LE DIRECT
Pourquoi nous pousser à tout prix à vivre l’instant présent ?
Épisode 2 :

Stop au « carpe diem » !

5 min
À retrouver dans l'émission

Livres, restaurants, salons d’épilation… l’adage « Carpe diem » est devenu un slogan. Mais pourquoi nous pousser à tout prix à vivre l’instant présent ?

Pourquoi nous pousser à tout prix à vivre l’instant présent ?
Pourquoi nous pousser à tout prix à vivre l’instant présent ? Crédits : GeorgePeters - Getty

Je rappelle l’idée de cet "anti-manuel de philosophie" : tous les vendredis, je vais m’attacher, et même m’attaquer, à toutes ces petites phrases censées nous aider, nous rendre meilleurs, et que l’on met à la sauce philosophique, pour leur donner une légitimité, une validité. Comme par exemple : s’aimer soi-même avec Sénèque, savoir dire non avec Schopenhauer, ou prendre le temps avec Bergson, je dis tout ça au hasard, mais ça pourrait exister. Les sujets ne manquent pas, quoi qu’il en soit. Mais il y en a pourtant un qui s’est imposé assez rapidement, vous savez, c’est cette locution latine devenue une sorte de slogan… CARPE DIEM !

La mode du Carpe diem

Le hasard fait bien les choses : alors même que je me demandais de quelle injonction pseudo-philosophique, j’allais bien pouvoir vous parler, j’ai reçu une nouvelle édition des Odes d’Horace. Poète latin, c’est à lui que l’on doit justement cet adage, si galvaudé, du Carpe Diem. Les éditions Rivages l’ont bien compris et ont ainsi intitulé ce recueil de textes d’Horace, non pas Odes mais Carpe Diem, sûrement pour plus de lisibilité… et pour plus de ventes.

Livres, chansons, restaurants, et même tatouages… L’expression n’a pas seulement inspiré Ronsard, Molière ou Hugo, mais il est devenu un slogan marketing, une promesse de vente, un credo personnel, un élément de langage. Littéralement « cueille le jour », on en rencontre la version actualisée avec l’injonction de « vivre au présent ».

Mais ça veut dire quoi vivre au présent ? Ça veut dire quoi de cueillir le jour ? Cette idée m’a toujours interloquée : est-ce que je ne vis pas déjà et de fait au présent ? Et quand je pense au passé, que je me remémore des souvenirs, ou quand je fais des projets, est-ce que ça fait de moi quelqu’un de déconnecté du présent ?

Penser le présent au lieu de le vivre

Qu’est-ce que ça veut dire d’être ancré dans l’instant présent ?
Est-ce que ça voudrait dire que, quand j’écris cette chronique ou quand je vous la lis, je ne suis pas dans l’instant, je suis déjà projetée au moment où vous l’écouterez, peut-être dans quelques jours, ou alors, au contraire, ça veut dire que je suis encore collée au passé, au moment de la rédiger, en train de me demander si je dois mettre un point ou une virgule, un mot ou autre, etc. ?

Voilà, je suis en train de vivre tout le paradoxe du « Carpe Diem », tout le paradoxe de cette injonction à « vivre l’instant présent » : vivre l’instant présent suppose de s’arracher au cours du temps pour saisir le présent, le considérer, le mettre à distance. Mais est-ce que ce n’est pas le contraire de ce qu’on veut en prônant à tort et à travers « Carpe Diem » !?

Je veux bien me mettre à vivre l’instant présent, mais quand je m’y mets, j’y pense, et je ne saisis rien, je ne fais qu’échouer à saisir quelque chose. C’est le problème et c’est ça qui me fascine ou me désespère avec cette histoire de « Carpe Diem » : qu’on nous dise de vivre l’instant présent, alors qu’on le vit déjà, et que se dire qu’on doit le vivre empêche de le vivre… vous suivez ?

C’est quoi le problème avec le temps qui file ?

Il faut que je me rende à l’évidence : le « Carpe Diem » fait vendre, à défaut de faire vivre.
Tapez « Carpe Diem » sur Google, et vous aurez des adresses de salons d’épilation et des cafés, cliquez sur l’onglet vidéos : vous tomberez sur cet extrait du film, Le cercle des poètes disparus, extrait devenu archi célèbre. Qu’est-ce qui peut bien plaire dans cet appel à cueillir le jour ? Qu’est-ce qui est séduisant ? Pourquoi ça nous parle ?

Peut-être que ça plaît parce que, comme on l’entend dans l’extrait, c’est une manière de se rappeler qu’on va mourir et qu’il faut en profiter, peut-être qu’on s’en veut de ne pas jouir de ce merveilleux trajet en transport en commun, de ce délicieux sandwich avalé en quelques minutes à midi, de ce sublime moment d’attente au supermarché.
Ou tout simplement, peut-être parce qu’on a un problème avec le temps : entre les injonctions à prendre son temps et à vivre l’instant présent, voir filer le temps semble insupportable.
Mon conseil : laisser donc faire, ne pensez plus au temps, car c’est en y pensant que vous perdrez le vôtre.

Sons diffusés :

  • Chanson de MC Solaar, Carpe Diem
  • Extrait d'une méditation de pleine conscience
  • Extrait du film Le cercle des poètes disparus, de Peter Wir, 1989
Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Bibliographie

Carpe diemHoraceRivages Poche, collection Petite Bibliothèque, 2019

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......