LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Connaissez-vous le terme « musiquer » ?

Et vous, est-ce que vous "musiquez" ?

5 min

Connaissez-vous le terme « musiquer » ? Terme inventé par Christopher Small, musicien, compositeur et pédagogue disparu en 2011, il donne son titre à un l’un de ses essais, "Musicking", en français : « musiquer ». Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Connaissez-vous le terme « musiquer » ?
Connaissez-vous le terme « musiquer » ? Crédits : Bob Krist - Getty

Bach est-il une musique de supermarché ? 

Le mieux, pour comprendre ce que signifie « musiquer » est d’écouter plusieurs types de sons… Par exemple : un orchestre qui s’accorde avant un grand concert classique, une musique de supermarché, et un concert pop où tout le public chante et scande en chœur la même chanson…
Selon vous, entre ces trois types de sons, y a-t-il une différence ? 

Entre ces trois types d’extraits, il n’y a pas de différence pour Christopher Small, car il s’agit à chaque fois de musique.
Facile à dire et à comprendre. Et pourtant, on est tous d’accord pour dire qu’entre de la musique classique, un public déchaîné à un concert pop et de la musique d’ambiance, il y a de grandes différences : le public n’est pas le même, l’écoute et l’attention ne sont pas les mêmes, la musique elle-même n’est pas la même. 

Personne n’osera dire que Bach est une bonne musique d’ambiance ou qu’on peut hurler en chœur ses mélodies alors qu’il est joué à la Philharmonie. Alors, pourquoi garder encore ce terme de musique pour toutes les rassembler, les désigner, les définir ? 

C’est là où le terme de « musiquer » intervient, car ce qui intéresse Christopher Small avec ce néologisme, c’est l’expérience même de la musique, l’activité qu’elle implique, l’écoute, même diverse, qu’elle entraîne. Et pas l’œuvre qui, d’un seul nom, Bach, Rihanna ou Sheila, impose des préjugés, des hiérarchies, des distinctions entre ce qui serait de la « vraie » musique et de la « soupe ». 

Que se joue-t-il dans la musique ? 

Que se passe-t-il quand on écoute du Bach ? Ou quand on écoute du Rihanna, ou du Sheila ?
Est-ce qu’on « musique », comme le dit Christopher Small ? Et qu’est-ce que ça veut dire alors « musiquer » ? Par « musiquer », il faut entendre, je cite : « une activité par laquelle nous faisons exister un ensemble de relations qui façonnent notre rapport au monde, non pas tel qu’il est, mais tel que nous souhaiterions qu’il soit ».
Avec une telle définition, on pourrait se demander : quel rapport avec la musique ? Pourquoi ne pas faire exister des relations avec d’autres gens pour construire un autre monde, à travers le cinéma, le jardinage, la littérature, les musées, la fête ou les débats ? Pour Christopher Small, seule la musique, en concert, est une performance à laquelle des gens participent, ensemble, en même temps, à un endroit précis, nulle part ailleurs dans le monde, et pour la première et pour la dernière fois. 

Les facettes du « musiquer »

Comment la structure d’une salle de concert influence-t-elle notre écoute, comment construit-on ensemble la signification d’une œuvre musicale, comment le concert a-t-il quelque chose du rituel avec ses codes, ses usages et ses partitions, comment chaque représentation est-elle un art, de la représentation justement, tel du théâtre, du jeu, du drame, ou encore comment chaque interprète donne à entendre un Beethoven à chaque fois unique…
Telles sont les différentes facettes du fait de « musiquer », c’est-à-dire du fait de faire exister un ensemble de relations qui façonnent notre rapport au monde tel qu’on aimerait qu’il soit, c’est-à-dire encore, du fait de donner naissance à un collectif qui dessine un nouveau monde. 

La théorie est bonne : elle marche pour n’importe quel chanteur et chanteuse… mais encore une fois, il n’est question que de Beethoven ou de Bach dans ces pages.  On attend maintenant une telle analyse pour un concert de Rihanna !

Sons diffusés :

  • Bach, La Toccata et fugue en ré mineur, BWV 565, par Michel Chapuis
  • Beethoven, La Symphonie no 5 en ut mineur, op. 67
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......