LE DIRECT
Black Mirror

Les nouvelles formes de la méchanceté

5 min
À retrouver dans l'émission

Réseaux sociaux, TV, radio et presse : comment la méchanceté s’est-elle étendue ?

Black Mirror
Black Mirror

La méchanceté en actes à l'ère numérique, c'est le titre de ce livre de François Jost qui vient de paraître aux éditions du CNRS. La méchanceté / en actes / à l'ère numérique : il faut bien décortiquer le titre pour saisir la spécificité de ce projet : parce qu'il ne s'agit ni de définir la méchanceté, ni de dire qui ou ce qui est par essence méchant, ni enfin, parler du mal, dans la vie ou dans la fiction (ce qu'a déjà fait François Jost dans un livre précédent)... 

Non, il s'agit bien de se demander quelles formes prend la méchanceté, quand elle s'étend, au-delà du cinéma et des séries et au-delà de certains caractères, à la presse, à la radio, à la télévision, et bien sûr, aux réseaux sociaux... Ouvrage qui regorge d'exemples, de cas concrets et de situations, je vous en propose trois, et on commence avec un show télé des années 80, bien avant les humiliations de Cyril Hanouna...

Pour ma part, je ne connaissais pas du tout cette émission « Psy-show », je l'ai découverte grâce, ou à cause de, François Jost. Apparu au début des années 80, après la loi de 1982 sur la communication télévisuelle, censée rompre le lien pouvoir / télévision, « Psy-show », vous l'avez compris, était une confidence, ou déballage, de ses problèmes conjugaux et sexuels, face à un public, une journaliste et un psychanalyste. Une manière de s'ouvrir, de s'épancher, de s'extérioriser, ou comme le dit François Jost : une manière de se donner en spectacle, et même de se jeter en pâture, voire dans la gueule du loup. 

Et là est le paradoxe : c'est quand on cherche à donner la parole pour susciter l'empathie que l'on provoque son envers : la moquerie, le ridicule, l'ironie, l'humiliation, bref, de la méchanceté, comme empathie et méchanceté étaient presque identiques.... Mais pourquoi donc de la méchanceté ? A quoi tient-elle ici : à la personne raillée qui a pris le risque de s'exposer, au dispositif qui l'instrumentalise, ou encore, au regard du spectateur qui prend du plaisir, comme au bon vieux temps de la catharsis antique ? 

Peut-être un peu des trois, car l'autre paradoxe, c'est celui-ci : en donnant la parole à des personnes qui ne l’avaient pas jusque-là, en ouvrant le champ à tous, en se démocratisant, reviennent au galop des normes, se rétablissent des jugements de goûts, de morale, des hiérarchies, toute sorte d'évaluation...

2ème exemple : Saison 3, Episode 1, de la série britannique Black Mirror (qui se penche dans chaque épisode sur une facette de la technologie), et ici donc : sur cette manie de l'évaluation. Noter un chauffeur Uber, un restaurant sur Tripadvisor, voter pour éliminer un candidat, donner des points dans Un dîner presque parfait... 

Que la possibilité de donner la parole à tous, pour se livrer ou donner un avis, déchaîne les passions et bouleverse ou abolisse même les règles de la bienséance voire certaines normes morales, rien de plus logique. Mais pourquoi cette possibilité d'ouverture rétablit-elle, au final, des distinctions, un code d'honneur, une forme d'aristocratie qui élit non plus des chefs, mais des boucs émissaires ? Et pourquoi sur le mode de la méchanceté qui, même diversifiée, voulue, répétée, comme les trolls qui parasitent les sites, vise toujours une seule personne ? 

Avec l'ère numérique, on ne parle plus de bouc émissaire, ni de lynchage, mais de « bashing », c'est notre 3ème exemple : et ironie du bashing, celle qui bashe se retrouve bashée, et inversement. François Jost rappelle le nombre de Unes du Point ou de L'express sur la présidence molle de François Hollande, ou sur Valérie Trierweiler... A l'exposition et l'évaluation, rajoutons donc le bashing comme nouvelle forme de méchanceté. Et il est frappant de voir que ce qui soudait une communauté, comme l'élection ponctuelle d'un bouc émissaire, devient en fait le ferment d'une division perpétuelle. Et si la méchanceté rappelait, malgré tout et en négatif, les liens qui nous unissent ? 

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......