LE DIRECT
Une librairie à Paris

A quoi ressemble votre bibliothèque idéale ?

5 min
À retrouver dans l'émission

La collection Champs Flammarion fête ses 40 ans et poursuit son ambition de créer une « bibliothèque idéale du savoir ».

Une librairie à Paris
Une librairie à Paris Crédits : DENIS MEYER / HANS LUCAS - AFP

A quoi ressemble votre bibliothèque idéale ? A quoi précisément ressemble votre bibliothèque idéale du savoir ? Cette question, je me la suis posée hier quand j’ai reçu 10 livres de la collection Champs Flammarion.  Oui, 10 livres ! Car la collection fête ses 40 ans et pour l’occasion, elle republie dix de ses ouvrages classiques (Jankélévitch, Einstein, Durkheim, Georges Duby, ou encore, Fernand Braudel, entre autres), et sur chacun de ces ouvrages, on peut lire ce bandeau : « La bibliothèque idéale du savoir »… D’où ma question : à quoi ressemble une bibliothèque idéale ? Une bibliothèque idéale rassemble-t-elle tous les livres ou doit-elle seulement sélectionner les meilleurs ? Et sur quels critères alors : de goût, de succès et de reconnaissance de l’auteur, ou encore de format ? 

On ne se lasse pas de cette archive de 1964 alors que le livre de poche débarquait tout juste sur le marché…. Et ce jeune étudiant en médecine qui prône une aristocratie des lecteurs dit, quand même, bien une chose : une bibliothèque idéale n’est pas forcément une bibliothèque universelle… Borges s’y était heurté, avec la Bibliothèque de Babel : le projet d’une bibliothèque aux combinaisons infinies et ouvertes à tous, a le goût d’utopie, elle reste précisément idéale, impossible à réaliser. 

Alors, comment faire ? Comment, malgré tout, à défaut d’universalité, constituer une bibliothèque idéale pour soi ? Qu’est-ce qui, en chacun, peut justifier que tel ou tel livre fasse partie de sa bibliothèque idéale, et pas un autre livre, et pas pour une autre personne ? 

C’est justement la question que la collection Champs Flammarion, pour son anniversaire, a posé à plusieurs chercheurs contemporains et qui ouvre chacune des rééditions de ces 10 ouvrages : pourquoi ce livre ? Pourquoi, par exemple, La Méditerranée de Fernand Braudel a-t-il marqué François Hartog ? Comment Etienne Klein a-t-il lu Comment je vois le monde de Einstein ? Ou encore, quel souvenir Frédéric Worms garde-t-il du tout 1er livre publié dans cette collection Champs Flammarion : La mort de Jankélévitch… 

Oui, c’est bien Vladimir Jankélévitch qui a ouvert le bal de cette collection en 1977 avec La mort. Et quand Frédéric Worms présente ce livre, il rappelle bien l’idée qui l’a alors frappé lorsqu’il l’a découvert : l’apparition d’une méditation sur la mort, et du coup, aussi sur la concrétude de la vie, sur le vivant et le vitalisme sur lequel il travaille aujourd’hui… 

Mais il rappelle aussi les raisons, beaucoup plus diffuses, de l’importance d’un livre pour chacun : l’effet qu’il a sur nous et sur les autres, un effet mystérieux, inexplicable, mais bien présent. Comme Jankélévitch et ce souvenir de lecture de Schopenhauer… 

Une bibliothèque idéale, c’est donc cela : c’est une bibliothèque d’idées, où celles-ci ne flottent plus au-dessus de nous mais sont contenues dans quelques pages à portée de mains, mais c’est aussi cette bibliothèque rêvée dont les causes et les effets peuvent nous échapper… 

    

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......