LE DIRECT
Pierre Balmain ajuste un détail à la robe portée par le mannequin

Qu’est-ce que créer, selon la mode

5 min
À retrouver dans l'émission

De Baudelaire à Pierre Balmain, comment la mode se crée-t-elle et éclaire les mystères de la création ?

Pierre Balmain ajuste un détail à la robe portée par le mannequin
Pierre Balmain ajuste un détail à la robe portée par le mannequin Crédits : DANIEL FALLOT / INA - AFP

Rediffusion du 29/11/2017

Ca fait déjà quelques semaines que je pose ce genre de questions : qu’est-ce que lire, qu’est-ce qu’écrire, qu’est-ce que composer… et aujourd’hui, j’ai décidé d’en remettre une couche, avec une question encore plus vaste, massive, incontournable : qu’est-ce que créer ? Et pour la poser, heureusement, je suis aidée, et pas par un, mais par plusieurs auteurs : Baudelaire, Barthes, Simmel, Freud, ou encore Marx… tous sont rassemblés, en une anthologie tout juste parue, autour d’un champ particulier, la mode !

Comment se crée la mode ? Déjà, on se posait la question en 1949 dans l'émission "La Tribune de Paris". Mais, en fait, on se posait la question même bien avant : à lire ces textes, on se rend compte, par exemple, que Baudelaire, dans « Le peintre de la vie moderne », paru au cours de l’année 1863, décelait déjà, à travers toute une série de planches de modes, la variation essentielle de la mode, son essence profondément instable, fluctuante, nouvelle. On se rend compte, aussi, avec Théophile Gautier qu’en 1858, dans un court texte, « De la mode », voyait dans les costumes modernes la beauté propre à la mode… 

Vêtements, habits, costumes, tous ces termes pour dire la mode, révèlent ainsi que la mode, en tant que telle, en tant que concept, soulève déjà, par elle-même, de nombreux problèmes… Alors, pourquoi l’associer à celui de la création ? Pourquoi se demander « qu’est-ce que créer » avec elle ? C’est parce qu’avec elle, avec la mode, que tout le monde peut observer, partout, que tout le monde peut pratiquer, porter, expérimenter, éprouver, se pose de manière concrète la question de la création : comment la mode se crée-t-elle ? S’invente-t-elle ou s’établit-elle ? Advient-elle de nulle part, ou de quelques personnes, ou d’un seul esprit ? S’impose-t-elle à tous, avec sa logique, ou est-elle le fruit d’une décision, concertée ? Est-elle pure nouveauté, ou reprise de l’époque, de ses mœurs, de ses goûts ? 

Se demander « qu’est-ce que créer », grâce à la mode, on pourrait dire que c’est comme faire une robe selon Pierre Balmain. Comme le rappelle le couturier, dans cette conférence donnée en 1954, ce n’est pas en rajouter, ce n’est pas l’orner, ce n’est pas rajouter la question de la mode à celle de la création, c’est en fait revenir à la question simple de ce qu’elle est, c’est, donc, au contraire, la dépouiller. Qu’est-ce que créer, la question, elle aussi ne cesse de revenir dans la tête des philosophes et des artistes, comme la robe en studio pour être retouchée, pour être dépliée… 

Et ils y répondent par : la définition de la création ; les formes de la création ; la fonction sociale de la création ; ou encore, sa place dans la culture. La création se déplie ainsi en diverses dimensions, qui elles-mêmes n’admettent jamais une seule réponse, tout comme la mode, tout à la fois expression d’une époque pour Roland Barthes, ou tromperie selon Pascal, instrument de résistance ou fétiche marchand pour Marx… de quoi en rajouter des tonnes, de quoi orner à foison. 

Revenir alors à la simple question de la création, c’est revenir au squelette de ce qu’elle est, c’est « couper dans la masse » : ce qui pose question en elle, ce qui fait problème, et là, est l’essence de la création, que seule la coupe d’une robe semble expliciter aussi simplement. 

« A gauche, à droite, c’est la mode », chante David Bowie dans « Fashion »… et ce qu’elle nous indique ainsi, ce qu’elle nous explicite aussi simplement, c’est que la création, c’est d’abord une question insoluble, un paradoxe en bonne et due forme, un coup à gauche, un coup à droite : elle ne vient pas de rien, mais elle n’est de personne, elle est faite de tout mais semble advenir de nulle part, elle est dans l’air du temps mais surprend tout le monde, et pire ne plaît à personne… comme une robe, donc. 

Bibliographie

.

Les grands textes de la modeEditions du Regard/ Institut français de la mode, 2017

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......