LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Autoportrait avec la tête baissée", Egon Schiele, 1912, Leopold Museum, Vienne
Épisode 6 :

La colère

4 min
À retrouver dans l'émission

Petite histoire de la colère au travers du rap, de l'"Iliade" d'Homère, du cinéma et de la peinture.

"Autoportrait avec la tête baissée", Egon Schiele, 1912, Leopold Museum, Vienne
"Autoportrait avec la tête baissée", Egon Schiele, 1912, Leopold Museum, Vienne Crédits : Wikicommons

Colère divine, colère humaine

« On est venu cracher notre haine », c’est le titre Le Duc de Boulogne de Booba.
La colère est devenue le fonds de commerce d’un genre musical, le rap.
La colère est parfois gratuite, mais la plupart du temps elle est justifiée et ne devient problématique que quand elle s’accompagne d’une haine irrationnelle, d’une volonté de chaos et de destruction. Cette colère là, c’est la colère d’Achille chez Homère sur laquelle s’ouvre le premier chant de l’Iliade : « Chante, déesse, la colère d’Achille, le fils de Pélée ; détestable colère, qui aux Achéens valut des souffrances sans nombre et jeta en pâture à Hadès tant d’âmes fières de héros, tandis que de ces héros mêmes elle faisait la proie des chiens et de tous les oiseaux du ciel – pour l’achèvement du dessein de Zeus. Pars du jour où une querelle tout d’abord divisa le fils d’Atrée, protecteur de son peuple, et le divin Achille. »
Le mot, en grec, est « mênis », terme normalement exclusivement employé pour qualifier une colère divine, funeste et dangereuse. Achille est le seul mortel à qui s’applique ce terme dans tout le corpus homérique. La question de la colère est largement traitée par les auteurs antiques Aristote, Plutarque, Cicéron, Sénèque. Elle prend évidemment une nouvelle épaisseur avec l’arrivée du christianisme en raison de l’incarnation. C’est ce qu’expliquent Carla Casagrande et Silvana Vecchio dans leur Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge. La réflexion théologique sur la colère bloque sur une question pour le moins complexe : le Christ s’est-il réellement mis en colère en chassant les marchands du Temple ? Le thème est repris dans un sublime tableau de Rembrandt. On voit un Christ dont la colère paraît calme et donc justifiée, c’est le triomphe de la saine colère de Dieu, celle qui rappelle à la vérité et à l’ordre. En effet, les Pères de l’Eglise jugent la colère divine comme une « manifestation de la haute justice » et non comme un trouble passionnel. Lactance se situe à part en considérant que l’interdiction porte sur l’irascibilité permanente et non sur la colère. Pour Grégoire le Grand, la colère reste juste si elle est subordonnée à la raison. Toute la différence entre la colère de Dieu et la colère des hommes tient à ce que la première est un acte de volonté, tandis que la seconde est un acte de passion, où la volonté est soumise à l’ubris, à l’excès. À la colère du cœur, celle de l’indignation et de l’arrogance, s’ajoute la colère de la bouche avec les blasphèmes et les insultes, mais aussi la colère de l’action avec les rixes, la violence, le meurtre. Pour les Pères de l’Église, la colère a un pouvoir perturbateur, physiquement visible, c’est ce qu’on se dit en regardant le tableau d’Egon Schiele, La colère qui gronde. L’homme est contorsionné par la colère qui le démange et son regard trahit l’éclosion d’une folie intérieure que rien ne pourrait calmer.

La colère, mère du chaos

Quand on pense à la colère de la bouche, impossible de ne pas invoquer une madeleine, cette scène mythique du film Nos jours heureux qui montre l’animatrice Caroline jouée par Joséphine de Meaux « péter un câble » comme disent les jeunes face à un enfant particulièrement difficile. Effet comique garanti en raison de la disproportion de la réaction par rapport à la situation. C’est bien cet excès pourtant qu’il faut fuir par le détachement selon Sénèque, l’introspection selon Grégoire le Grand, car s’il y a des colères légitimes, celles qui ne le sont pas sont créatrices de chaos, elles perturbent l’ordre du monde et déstabilisent les nations.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......