LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Quand tout nous échappe, comment dire "je" ?
Épisode 4 :

André Gorz ou la réappropriation de soi

4 min
À retrouver dans l'émission

Auteur d'une vingtaine de livres, la pensée d'André Gorz continue à infuser les enjeux contemporains sur le travail, l'écologie et le capitalisme, avec une question centrale : quand tout nous échappe, comment dire "je" ?

Quand tout nous échappe, comment dire "je" ?
Quand tout nous échappe, comment dire "je" ? Crédits : Tara Moore - Getty

Né en 1923, André Gorz est l’auteur une vingtaine de livres, de son premier ouvrage Le traître, publié en 1958, à L’immatériel paru en 2003, sans oublier un texte sublime, Lettre à D. : histoire d’un amour, qu’il dédie à sa femme avec laquelle il s’est suicidé en 2007.
André Gorz, philosophe réservé, nous a laissé une œuvre majeure : sur le travail, le capitalisme et l’écologie qui continue à infuser les discours politiques et sociaux sans même qu’on ne le cite…
Pour en prendre la mesure, vient de paraître un entretien avec François Noudelmann aux éditions La Découverte : Penser l'avenir. On y découvre une pensée très actuelle, mais surtout une voix, une attitude, une manière d’être à l’existence…

Penser sans citations

Penser par soi-même, mais sans revendiquer une identité… tel semble être la posture d’André Gorz. Posture en équilibre, qui apparaît encore aujourd’hui dans toutes ces idées, ces textes et discours dans l’air du temps, développées chez lui, mais sans qu’il ne soit cité.
André Gorz, c’est la discrétion incarnée : une présence indéniable mais imperceptible, une voie et une pensée bien là mais qui ne s’imposent pas.

Son premier texte, Le traître, en témoignait : 

En deçà de toute considération théorique, il a horreur du moi. Plus simplement, il n’a pas de moi, pas de caractère, pas de goût affirmé sinon celui de s’effacer. Pas cette aisance de l’homme à l’aise dans sa peau, pas de spontanéité, pas de personnalité. Ce n’est pas assez que de parler d’horreur du moi ; il a la terreur de l’identification.

Se réapproprier en dehors du travail

Penser par soi-même, dire « je », mais sans s’enfermer dans une identité, tel était l’équilibre d’André Gorz, mais aussi l’enjeu de sa pensée et d’une vie telle qu’il la concevait.
Ses réflexions sur les transformations du travail dès lors que ses conditions de production ont été standardisées, dès lors aussi que la consommation est devenue un phénomène de masse, dès lors, enfin, que le travail a perdu le fait d’avoir un sens et n’a plus été une source de pouvoir… toutes ses réflexions tendent à poser cette question de la réappropriation de soi en contexte d’aliénation. C’est par cette question que François Noudelmann commence ainsi son entretien avec André Gorz : comment, quand on ne peut plus s’affirmer comme sujet, dans un projet existentiel, dans une action, peut-on encore dire « je » ? Comment se réapproprier soi-même ?

Quel soi ? 

Aux côtés de sa pensée du travail, André Gorz a développé toute une critique sociale du capitalisme qui doit nous conduire, dit-il, à une écologie politique.
Précurseur sur ces sujets, on y retrouve la même problématique : comment se réapproprier soi-même quand les conditions premières de survie sont menacées ? Quand une culture commune fait défaut ? Questions on ne peut plus d’actualité, mais troublantes : qui est ce « soi » aujourd’hui si ce n’est une identité individuelle ou collective (on peut penser à ces mouvements de fierté qui revendiquent des identités par exemple) ? Qui est ce soi si ce ne sont des corps aussi ? Gorz dira que ce soi, c’est le soi vital, de chaque vivant… Reste à chacun de ne pas s’enfermer dans cette nature parfois tout autant aliénante.

Sons diffusés :

  • Archives extraites de À voix nue, France Culture, 1991

Bibliographie

Penser l'avenir : entretien avec François NoudelmannAndré GorzLa Découverte, collection Cahiers libres, 2019

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......