LE DIRECT
Portrait de Maurice Ravel (1875 -1937) au piano en 1912

Vladimir Jankélévitch et Alexandre Tharaud racontent Maurice Ravel

5 min
À retrouver dans l'émission

Les rééditions de "Ravel" du philosophe et musicologue Vladimir Jankélévitch et "Montrez-moi vos mains" du pianiste Alexandre Tharaud, nous font pénétrer dans le mystère des notes par les mots.

Portrait de Maurice Ravel (1875 -1937) au piano en 1912
Portrait de Maurice Ravel (1875 -1937) au piano en 1912 Crédits : Wikicommons

Deux livres qu’on ne saurait que recommander sont parus le mois dernier aux éditions du Seuil : Ravel de Vladimir Jankélévitch et Montrez-moi vos mains d’Alexandre Tharaud.

Le Ravel de Jankélévitch, un ami fidèle

Le premier est une réédition d’un texte paru pour la première fois en 1956, Ravel de Vladimir Jankélévitch, complété cette fois-ci d’une préface inédite du pianiste Alexandre Tharaud, dans laquelle Tharaud raconte que le livre lui a été offert à l’âge de 12 ans par son professeur de piano Carmen Taccon-Devenat. Il ne le quittera plus. L’opus du philosophe et musicologue Jankélévitch lui permettra de mieux aborder et mieux comprendre l’œuvre virtuose du compositeur français Maurice Ravel. Je cite : « J’ignorais encore son rapport au passé, la pudeur, les secrets contenus dans un extrême retenue, la dimension réelle de sa mélancolie, la sophistication à laquelle il apportait un soin quasi mystique. Je n’avais pas encore abordé les concertos, la Pavane pour une infante défunte, Gaspard de la nuit, Le Tombereau de Couperin. Ce livre allait m’y amener. Tout doucement. »  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Rencontre du philosophe et du compositeur

L’œuvre de Maurice Ravel a fait l’objet de plusieurs essais, y compris de son vivant, mais pour Alexandre Tharaud, Jankélévitch impose la première véritable étude sur le compositeur, « une sythèse puissante, faisant le tour du sujet avec acuité et intuition, en si peu de pages, un travail tout ravélien en somme », selon ses propres mots. Tout est vrai ! En se plongeant dans le Ravel de Jankélévitch on se retrouve immédiatement chez un grand maître parlant d’un autre grand maître.

Dans la première partie, Jankélévitch s’attache à mettre en lumière toutes les influences de Ravel, de Schubert à Fauré et de Chabrier à Massenet, tout en répétant que la rapidité avec laquelle Maurice Ravel trouve la perfection tient du prodige, il est, selon les mots du philosophe, « presque tout de suite lui-même ». Dans la deuxième partie, Jankélévitch explore le caractère et les traits marquants des œuvres de Ravel. La musique de Ravel est du côté de l’extrémisme passionné, du paradoxe aigu, de l’abandon des préjugés. Elle est une matérialisation de l’aventure et du scandale. En somme c’est une gageure permanente, alliant tour de force et volonté de fer. Le rythme, l’harmonie, la virtuosité instrumentale, tout, dans l’œuvre de Ravel, témoigne de son génie. Dans une dernière partie, enfin, Jankélévitch parle de l’œuvre de Ravel, de son caractère exotique, de son rapport à la danse, de sa sensualité et de sa véhémence, manière aussi de parler de l’homme dont la biographie regorge de secrets. On referme le Ravel de Jankélévitch avec l’envie fiévreuse de n’écouter plus que Ravel et de ne lire plus que Jankélévitch.

La vie de pianiste

C’est là qu’intervient le deuxième livre, Montrez-moi vos mains d’Alexandre Tharaud.
On quitte l’analyse du philosophe-musicologue pour rentrer dans l’intimité du pianiste et découvrir le quotidien d’un concertiste mondialement connu. 

Son enfance d’abord, toute entière dévouée à la construction de scènes de fortune, « mon enfance s’est inventée de mille théâtres » écrit Tharaud. Mille théâtres imaginaires qui deviendront rapidement bien réels avec leur lot de rituels. L’avion où il ne faut pas trop manger pour bien dormir, les bagages dans lesquels le pianiste emporte des centaines de gélules homéopathiques, les piscines des hôtels qui lui apportent le silence nécessaire à la concentration, la découverte, à chaque fois, d’une nouvelle scène et d’un nouveau piano. On apprend le rôle extraordinaire de l’accordeur. Pour Tharaud, c’est Kazuto Osato. Je cite : « Avec Kazuto Osato, nous parlons peu. Je dis le son est cartonneux, d’un éclair, il comprend. Un peu de nuit dans les graves, plus de cristal dans les aigus, il répond oui, deux minutes. Deux minutes après, j’ai mon crépuscule, mon cristal, moins de carton. Secrets de sorciers ». Fin de citation. On apprend aussi que la position du pianiste, assis de profil, a été inaugurée au début du XIXème siècle par le compositeur tchèque Dussek, qui ne voulait pas tourner le dos à l’auditoire, tout en voyant, en partie au moins, les musiciens. C’est par coquetterie donc et par envie de voir l’effet qu’il produisait sur les femmes assises au premier rang que Dussek a inventé le pianiste soliste prédateur. Tout le monde, depuis, s’est mis au diapason. On apprend aussi à connaître les tourneurs de page, ces voisins de train que vous n’avez pas choisi, mais avec lesquels vous communiez dans le même rituel. Et puis, il y a l’agent, celui qui porte, entoure, écoute et protège. Les salles ensuite, dont aucune ne se ressemble. Les compositeurs, enfin, qui parfois accompagnent, parfois résistent et qui appellent, de la part du public, les réactions les plus variées. Alexandre Tharaud dissèque avec passion chacun des aspects de sa vie de pianiste, explique patiemment ce qu’être pianiste veut dire, se confie sur ses doutes et ses triomphes, sur l’exigence absolue que nécessite une vie entièrement vouée à la musique. 

Que l’on soit philosophe, mélomane, pianiste, novice ou profane, la lecture du Ravel de Vladimir Jankélévitch et de Montrez-moi vos mains d’Alexandre Tharaud, deux livres parus simultanément en Points Seuil, s’impose pour rentrer dans le mystère des notes par les mots.

Bibliographie

RavelVladimir JankélévitchSeuil / Points, 2018

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......