LE DIRECT
Veillée d'armes avant le sommet de Porto : réunion lundi entre partenaires sociaux et la présidence française, en front uni pour un salaire minimum européen.

Sommet de Porto : l’Europe sociale aura-t-elle lieu ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Sommet européen social de Porto demain : les Etats ont deux jours pour avancer sur l’emploi, la formation et la pauvreté. Une Europe sociale plus difficile à faire que celle des vaccins ?

Veillée d'armes avant le sommet de Porto : réunion lundi entre partenaires sociaux et la présidence française, en front uni pour un salaire minimum européen.
Veillée d'armes avant le sommet de Porto : réunion lundi entre partenaires sociaux et la présidence française, en front uni pour un salaire minimum européen. Crédits : Ludovic Marin - AFP

Parmi les deux grands rêves économiques de l’Union, il y a l’Europe compétitive, et l’Europe Sociale ; et le second passerait aisément pour le « parent pauvre » écrit le sociologue Julien Damon des Echos : entre simple slogan et « assemblages de mécanismes bureaucratiques ». L'ambition sociale affirmée par le traité de 1958 est aussi limitée par ce même traité qui empêchent l’Union d'imposer ses normes, et depuis la crise de l’euro en 2008, c’est surtout le Pacte de Stabilité et de croissance qui a occupé l’agenda. 

Le Sommet social de Porto sous présidence portugaise – le premier depuis celui de Göteborg en 2017, sera donc d’abord un exercice de communication, le « signal » que l’Europe se soucie « du bien être de chacun »,  dit le Président du Conseil Charles Michel dans le journal La Croix.

Mais il doit aussi décider de réponses concrètes pour éviter de graves divergences entre les 27 Etats : dans Le Monde, le premier ministre portugais  Antonio Costa Costa s’inquiète d’un risque de « rupture importante » dans la reprise, la Confédération européenne des syndicats évoque les 40 millions de travailleurs au chômage temporaire comme « une bombe prête à exploser ».

Après avec la crise sanitaire et économique, la crise sociale

Selon l’ONU, en dehors du chômage global que les politiques de soutien maintiennent artificiellement bas, le chômage des jeunes européens a augmenté de 2 % entre février 2020 et février 2021 à 17,2 % ; les taux de précarité en Europe de l'Ouest et du Sud atteignent aujourd’hui entre 15 et 30 %, et 1/5 des européens vit dans la pauvreté ou est en passe de l’être. 

Dans l’urgence depuis la pandémie, l’UE a débloqué l’arrosoir à milliards, détaille Toute l’Europe : le Fonds social de l'Union représente 10 % du budget, celui pour la Reprise et la Résilience se monte à 672,5 Mrd € (sur les 750 du plan de relance) ; et près de 90 Mrd € sont distribués par un mécanisme de réassurance chômage communautaire inédit : SURE.   

Une nouvelle direction politique pour le projet social de l’après-covid ?

Beaucoup soulignent le momentum favorable : la présidence portugaise socialiste du Conseil Européen qui veut faire du sommet le « point culminant » de son mandat, une présidence française en 2022 qui prépare depuis deux ans le terrain pour un salaire minimum européen, la Commission Européenne d'Ursula von der Leyen qui multiplie depuis les financements sociaux dans le Pacte Vert,  ou via le programme appuyé sur les banques InvestEU. 

Le sommet de Porto est donc l’occasion de faire avancer le projet de « Socle Européen des droits sociaux » décidé en 2017, en incitant les Etats à proposer un plan d’action. 

Un Socle européen des droits sociaux, équivalent social du Pacte de stabilité ou du Pacte Vert ?

Le Pacte de Stabilité remonte à 1997 mais l’idée d’une stabilisation des droits sociaux est encore plus ancienne rappelle Toute l’Europe, de la Charte de Jacques Delors à la Commission Juncker en 2015.  

Depuis 2017, on observe même un « changement de paradigme » dit la chercheuse Sofia Fernandez de l’Institut Jacques Delors : « Au cours de la crise de la zone euro, on demandait à la Grèce et au Portugal de baisser les salaires et de couper dans leurs dépenses d’éducation ou de santé, ce qui allait à l’encontre des ambitions sociales de l’Europe. Aujourd’hui, la réponse européenne à la crise illustre une volonté de limiter son impact social ». 

Comme le Pacte de stabilité, le Socle édicte une vingtaine de principes sur l’égalité des chances, les conditions de travail, la protection et l’exclusion sociale, qui a permis les Directives l’« Equilibre entre vie privée et vie professionnelle » ou sur les « conditions de travail transparentes et prévisibles » pour les travailleurs précaires. Et comme dans le Pacte Vert, cette fois la Commission propose des objectifs chiffrés pour 2030 : un taux d’emploi de 78 %, un taux de formation de 60 % des adultes, et une réduction de 15 M du nombre de personnes dans la pauvreté. Les Etats sont au pied du mur.

Quelles possibilités de réalisations concrètes ?

Sans pouvoir imposer de norme sociale, l’essentiel sera dans la coordination entre les Etats : comme pour la transition climatique, ils devront définir  leurs propres objectifs sociaux pour 2030 ; mais surtout ils devront se mettre d’accord sur de nouvelles directives : celle sur les salaires minimums qui divise encore les Etats et les syndicats, ou d'autres possibles sur les travailleurs du numérique, ou encore le devoir de vigilance des multinationales…

Les revendications sont fortes dit La Croix, la Confédération Européenne des Syndicats veut des avancées sur les négociations collectives, le droit à la formation, et une directive sur la responsabilité sociale des entreprises ; et la France est sur tous les fronts, souligne dans le Point Corinne Lhaïk. 

Certains appellent pourtant déjà à aller plus loin : le rapporteur de l’ONU sur les droits de l'homme et l’extrême pauvreté Olivier de Schutter dénonçait mardi un manque d’ambition européen, victime de ses règles budgétaires depuis 2009 qu’il demande d’abandonner. 

XM  

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......