LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Janet Yellen, en décembre 2017, peu avant son éviction du poste de Présidente de la FED par Donald Trump. ; une décision inhabituelle aussi dans l'histoire des Etats-Unis.

Janet Yellen : la femme du président ?

5 min
À retrouver dans l'émission

Rarement on a vu autant d’enthousiasme pour un ministre des Finances... UNE ministre en l’occurrence, Janet Yellen, première américaine à devenir Secrétaire au Trésor. Reconnaissance pour l’économiste et ex-présidente de la FED ; et un atout pour la stratégie de Joe Biden ?

Janet Yellen, en décembre 2017, peu avant son éviction du poste de Présidente de la FED par Donald Trump. ; une décision inhabituelle aussi dans l'histoire des Etats-Unis.
Janet Yellen, en décembre 2017, peu avant son éviction du poste de Présidente de la FED par Donald Trump. ; une décision inhabituelle aussi dans l'histoire des Etats-Unis. Crédits : Brendan Smialowski - AFP

C’est d’abord un unanimisme rare dans la période et pour le poste : louanges des grands économistes, les prix Nobel Joseph Stiglitz, et Paul Krugman qui voit en Janet Yellen « non seulement une femme d’expérience mais aussi une profonde penseuse » : ça c’est pour ses amis néo-keynésiens ; et Yellen réussit également le tour de force de réunir dans le même éloge la radicale Elizabeth Warren et Gary Cohn, ancien de Goldman Sachs et 1er Conseiller éco de Donald Trump : « excellent choix »… 

A 74 ans, Janet Yellen qui a effectué un tiers de sa carrière du bas de l’échelle au sommet de la Banque Centrale Américaine (FED) dégage une aura de sagesse : ses cheveux blancs et courts, son calme et sa voix posée, mais aussi ses positions progressistes et prudentes lui donnent un air de feu la juge Ginsberg, ou d’Angela Merkel. 

De sa direction à la FED, Yellen a d’ailleurs gardé la réputation d’être une « colombe » : favorable à l’emploi plutôt qu’à l’inflation (les « faucons ») : tout le débat entre keynésiens et libéraux aux Etats-Unis.    

Un choix de consensus politique  

En jouant sur la double image de progressiste et d’indépendante de Yellen, Biden tranquillise en même temps l’aile gauche des Démocrates et les milieux financiers. L'économiste était déjà sa conseillère, sans pour autant être encartée ; et l’ex banquière centrale de Barack Obama évince des concurrents plus politiquement marqués. 

D’ailleurs, comme lors de sa nomination à la FED en 2010, les marchés réagissent favorablement : record historique  pour le Dow Jones qui a dépassé pour la première fois hier les 30 000 points. Consensus donc : à l’époque, seul le site The Daily Beast critiquait une « femme du sérail », « parfaitement tiède, la boucle d’or de la FED en somme ». D’ailleurs, elle en a été chassée par l'ours Trump après un seul mandat, là encore un fait inhabituel. 

A la FED : Une « colombe » prudente ? 

Janet Yellen a déjà une expérience des crises : dette russe en 1998, crise financière de 2009, c’est elle qui sous Barack Obama a relancé l’économie à coups de moyens non conventionnels (baisse des taux et rachats de titres).  

Pour son bilan rappelez-vous seulement des trois « 2 » : forte baisse du chômage (supérieure à 2 %), satisfaction des investisseurs avec hausse de presque moitié pour Wall Street ; mais une inflation toujours basse avec une cible à 2 % jamais atteinte. « Echec » estime le Wall Street Journal, ou au contraire prudence, pense Arnaud Leparmentier dans Le Monde, pour éviter un scénario à la japonaise, où la remontée des taux trop rapide bloque la reprise.  

Prudente, mais pas falote : Janet Yellen s’était illustrée en février 2018 en sanctionnant durement la « conduite pernicieuse et persistante » de la banque Wells Fargo empêtrée dans ses affaires de faux comptes : c’était juste la veille de son départ de la FED.   

Janet Yellen, bras armé de Joe Biden ? 

Pour le Wall Street Journal, Janet Yellen vient « renforcer la main de Biden » pour relancer l’économie minée malgré le rebond (chômage à 8 %, récession prévue à 3,5 %). Or il en va de la Yellen et de la politique comme de la critique et de l’art : si la transition sera « facile », l’exercice sera difficile.    

Il faut non seulement rétablir en urgence les programmes d’aide (familles, PME, collectivités locales) achevés en juillet, mais aussi financer le programme de Joe Biden : salaire minium à 15 $, taxation des hauts revenus, et grands travaux écologiques… Tout en surveillant le déficit public qui a quadruplé à 20 % du PIB, deux fois celui des européens.  

Même si Janet Yellen s’est prononcée pour une politique budgétaire « importante », l’accord sur un deuxième plan de relance est pour l’instant bloqué par l’absence de majorité Démocrate au Congrès ; et pour le site The Investors Round Table, les négociations seront incertaines car elle est moins politiques et moins proche des milieux financiers que ses prédécesseurs. Revers de la médaille d’économiste sage.  

Quelle politique internationale ?  

Contrairement à sa concurrente - et jusqu’il y a peu favorite - Lael Brainard, également à la FED et spécialisée dans le commerce international quand elle travaillait à la Maison Blanche sous Obama.  

Or les dossiers sont pressants et litigieux : accords commerciaux avec le Royaume-Uni et l’Europe en souffrance ; guerre commerciale avec la Chine en trêve précaire, alors qu’en janvier rappelle Arnaud Leparmentier, Yellen avait tenu un discours offensif sur les aides d’Etat et les transferts technologiques forcés, reprochant à Donald Trump d’avoir négligé ces questions.  

Et ceci, alors que - et c’est nouveau - les USA cherchent à réinvestir les organisations internationales souligne Virginie Robert dans Les Echos : OCDE, Banque Interaméricaine de Développement, même le secrétariat d’une OMC décriée, où Washington soutien la candidate Sud Coréenne contre la nigériane déjà désignée. Janet Yellen aura-t-elle la volonté et capacité de poursuivre ce mouvement commencé sur la fin du mandat Trump ? Et pourra-t-elle contrôler les hommes de l’ancien président  ?

XM

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......