LE DIRECT
Exhumation des cadavres par une commission d'enquête guidée allemande, le professeur Orsos disséquant l'un des les cadavres exhumés en présence du pr. Saxen, du Dr Markov, du pr. de Burlett, 1943

1940, l'énigme du massacre de Katyn

3 min
À retrouver dans l'émission

Dans son documentaire "Les bourreaux de Staline. Katyn,1940", Cédric Tourbe revient sur l'une des principales énigmes de la Seconde Guerre mondiale - qui ne sera résolue qu'à la fin de la Guerre froide - le massacre de plusieurs milliers d'officiers polonais dans une forêt du nord-ouest de la Russie

Exhumation des cadavres par une commission d'enquête guidée allemande, le professeur Orsos disséquant l'un des les cadavres exhumés en présence du pr. Saxen, du Dr Markov, du pr. de Burlett, 1943
Exhumation des cadavres par une commission d'enquête guidée allemande, le professeur Orsos disséquant l'un des les cadavres exhumés en présence du pr. Saxen, du Dr Markov, du pr. de Burlett, 1943 Crédits : Hanns Hubmann / ullstein bild - Getty

En 1941, le pacte germano-soviétique est rompu et les Polonais en exil comptent leurs forces pour prendre part à la libération de l’Europe depuis l’invasion allemande. On cherche ces milliers d’hommes disparus que l’on pensait prisonniers de l’Armée rouge. Pourtant, ces officiers restent introuvables et les Soviétiques ne semblent pas vouloir expliquer ces disparitions. La Wehrmacht, qui met un temps les forces soviétiques en déroute, annonce la découverte d’un charnier à Katyn en août 1941 et le régime nazi en profite pour transformer cette découverte en un trésor de propagande sur la cruauté intrinsèque au communisme, sans savoir réellement à qui l’ont doit ces exécutions massives. Pendant près de 50 ans, le doute est entretenu sur les auteurs de ce massacre aujourd’hui connus : le NKVD, futur KGB, la police secrète soviétique. 

L'histoire d'une politique de l'effacement 

Le documentaire de Cédric Tourbe retrace l’histoire de ceux qui ont perpétré ce massacre et de la constitution de cette force secrète, qui concevra et administrera le système concentrationnaire du Goulag, et qui devient bientôt emblématique du régime stalinien : les nettoyeurs de toute la violence mise au service de la vitrine soviétique qui promettait le bonheur enfin trouvé pour toutes et tous. Les bourreaux de Staline raconte l’histoire d’une politique de l’effacement et du secret : effacement des concurrents politiques, des récalcitrants au nouvel ordre socialiste selon Staline, mais aussi effacement de ceux qui prêtent leur force à cette dissimulation pour faire disparaître toute trace des crimes du régime et renouveler ses dirigeants abîmés par leurs basses œuvres. Une politique du secret d’Etat qui le définit bientôt, une mémoire constamment effacée pour sauvegarder le régime de son propre épuisement, avec la complicité des Occidentaux qui ont besoin de cet allié de taille pour gagner la guerre, et par la suite, pour ne pas enflammer une guerre dite "froide".

Si les doutes ont circulé jusqu’à la chute de l’Union soviétique, dès 1943 les observateurs d’une enquête de la Croix Rouge internationale ont acquis la conviction que le charnier ne pouvait être attribué à la violence nazie. Mais ce n’est qu’après 1990 que le bilan est établi : au total 22 000 membres de l’élite polonaise, cadres et officiers, intellectuels et hommes politiques, ont été exécutés pour faciliter la soviétisation des territoires de l'est de la Pologne. Un bilan qui s’ajoute à celui déjà très lourd de la Seconde Guerre mondiale et qui pèse encore aujourd’hui sur la Pologne.

par Anaïs Kien 

Pour plus d'informations : Les bourreaux de Staline - Katyn, 1940 de Cédric Tourbe, un documentaire à voir sur la plateforme d’Arte ou mardi prochain à 20h50 sur votre écran de télé. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......