LE DIRECT
Vladimir Poutine rencontre des anciens combattants après le défilé militaire, Moscou le 9 mai 2021, 76e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

La loi russe et l’histoire de la Deuxième guerre mondiale

3 min
À retrouver dans l'émission

Interdire la comparaison entre nazisme et stalinisme, c'est le but d'un projet de loi déposé récemment à la Douma.

Vladimir Poutine rencontre des anciens combattants après le défilé militaire, Moscou le 9 mai 2021, 76e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.
Vladimir Poutine rencontre des anciens combattants après le défilé militaire, Moscou le 9 mai 2021, 76e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Crédits : AFP

Cette année pour célébrer la fin de la Deuxième guerre mondiale en Russie, on veut protéger l’histoire par la loi. Alors que comme chaque année chars et soldats défilaient sur la place Rouge pour rendre hommage à la victoire du peuple russe sur le nazisme en 1945, un projet de loi était déposé à la Douma, “visant à renforcer l’arsenal juridique contre la falsification de l’histoire”. L’idée centrale consiste à interdire la comparaison entre nazisme et stalinisme. Grand classique des magazines d’histoire des années 1990, Staline et Hitler ont effectivement souvent été représentés en duo sur les couvertures, le plus souvent pour illustrer des comparaisons entre crimes nazis et crimes soviétiques. Un raccourci trop rapide du débat qui habitait aussi la pensée intellectuelle au cours de la guerre froide, Hannah Arendt ou encore François Furet se sont interrogés sur les similarités structurelles de ces deux systèmes, du parti unique à l’embrigadement de sociétés entières et de la mise au pas de l’économie par l’État. Courrier international rappelle que les sanctions pour la “diffusion d’informations notoirement fausses sur les agissements de l’Union soviétique durant la Seconde Guerre mondiale et sur les vétérans de la grande guerre patriotique”, ont déjà été durcies en mars dernier, et avec elles, l’interdiction de la négation des décisions du tribunal de Nuremberg et la réhabilitation du nazisme. Un terrain historique sensible largement exploité par le gouvernement et des sanctions sévères financières et pénales puisque les citoyens reconnus coupables risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement. A titre d’exemple, l’opposant Alexeï Navalny a notamment été accusé d’avoir offensé un ancien combattant, parmi les nombreuses charges avancées contre lui par la justice russe. Le quotidien russe indépendant Kommersant publie la réaction de l’historien Oleg Boudnitski, inquiet de voir fleurir les interprétations orientées qui pourraient assimiler un débat historique à un crime et souligne que le texte de loi prête le flanc aux interprétations arbitraires du travail des historiennes et des historiens.  

Ce goût de la Deuxième guerre mondiale ou de la Grande guerre patriotique du peuple soviétique n’est pas nouveau dans les interventions de Vladimir Poutine sur l’histoire. Un conflit s’est même ouvert entre l’État russe et l’Union européenne en 2019 lorsqu’une résolution controversée avait été adoptée par le Parlement européen qui plaçait sur un pied d’égalité la dénonciation du nazisme et du communisme d’État. Depuis le président de la Fédération de Russie n’a de cesse de dénoncer ce qu’il considère comme une « falsification de l’histoire » et « un mensonge impardonnable ». Il avait alors déclaré : « Notre réponse au mensonge, c’est la vérité. Nous continuerons de raconter les événements, les faits de la Grande Guerre patriotique (de la Seconde Guerre mondiale, donc,), d’ouvrir et de publier les archives (…). Car on dirait bien que certains de nos adversaires ne savent pas lire, ou même écrire, qu’ils n’ont pas d’yeux, qu’ils ne savent rien.” Une guerre des interprétations de l’histoire qui agit aussi bien au plan intérieur qu’à l’extérieur pour faire la démonstration de la vitalité russe à défendre le point de vue de son gouvernement.  

Mémoire. Une loi russe va bientôt interdire d’assimiler les actions de l’URSS à celles de l’Allemagne nazie,Le Courrier International, 09/05/2021. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......