LE DIRECT
Sylvester Stallone, dans Rambo, 1982

Rambo is back

4 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd’hui, le Journal de l’Histoire est hollywoodien ! Car si cela vous a échappé, Anaïs Kien nous le rappelle : le dernier volet du blockbuster de Sylvester Stallone, "Rambo", sort aujourd’hui dans les salles américaines.

Sylvester Stallone, dans Rambo, 1982
Sylvester Stallone, dans Rambo, 1982

J’ai passé ma vie à affronter la mort, j’ai regardé ceux que j’aimais mourir, certains foudroyés d’une balle d’autres si abimés qu’il ne reste rien à enterrer, toutes ces années j’ai gardé mes secrets mais l’heure est venue d’affronter mon passé.

Rambo entretient toujours une certaine rancune contre un « ils » au pluriel, assez énigmatique, une présence menaçante le taraude et qui constitue le moteur de de l’intrigue. Pour comprendre qui est cet ennemi collectif, remontons aux origines de ce héros toujours armé et systématiquement désespéré qui nous raconte une part de l’histoire américaine.

Dans le premier film, sorti en 1982, John Rambo rentre du Vietnam marqué par les horreurs de la guerre et l’accueil au pays est un peu frais : Sans emploi, sans domicile et sans attaches, il accepte de repartir au Vietnam pour sauver un prisonnier et termine abandonné par ses supérieurs en territoire ennemi. Cette trahison leur vaudra une revanche tonitruante toute en deltoïdes, pectoraux et en fusil d’assaut jusqu’à l’intervention de l’ancien sergent de Rambo, appelé à la rescousse :

Si tu n’arrêtes pas maintenant ils vont te tuer. C’est terminé. Rien n’est terminé, rien, tout continue à cause de vous ! C’était pas ma guerre, c’est vous qui m’avez appelé ! J’ai fait ce qu’il fallait pour gagner, mais on n’a pas voulu nous laisser gagner. Et je suis revenu dans le monde, et j’ai vu ces larves m’attendre à l’aéroport, me conspuer comme un criminel. Ils m’ont traité de toutes les saloperies, ils m’ont appelé le boucher, mais qui sont-ils pour me faire des reproches, hein ? Est-ce qu’ils étaient à ma place en pleine jungle, ils ne savent pas de quoi ils parlent

Nous sommes à la fin du film, Rambo exprime par la rage et les pleurs son traumatisme. Il vient de mettre à feu et à sang une ville entière, il s’effondre et devient une icône pop du désormais célèbre PTSD des vétérans. Symbole de la défaite d’une Amérique qui a perdu sa virilité et sa dignité, les deux ne sont pas toujours liés, parce qu’elle a perdu. Jusque-là Hollywood a produit très peu de films qui traitaient frontalement des traces de la guerre du Vietnam en dehors de quelques indépendants. Le vétéran et ses blessures visibles ou invisibles fait peur, on le voit apparaître à la fin de la décennie décrit sous les traits de fous furieux, de déments ou de psychopathes, l’incarnation d’une angoisse sociale mal identifiée. Selon l’historienne Marjolaine Boutet, ce film, le premier Rambo, représente une transition dans l’histoire américaine. 

Le cinéma et la télévision des années 1980 présentent des anciens combattants qui ne font plus peur et qui provoquent désormais l’empathie des spectateurs confrontés à leurs souffrances et à leurs difficultés de réinsertion, le sort des traumatisés du Vietnam devient une noble cause.

Rambo n’est plus un loser c’est un martyr, un héros ! 

D’ailleurs dans les films suivants Rambo 2 et 3, il retrouve sa force de combat, sa virilité et gagne les guerres du Cambodge et d’Afghanistan à lui tout seul. Un nouveau costume impeccablement taillé aux mesures du néo-conservatisme de l’Amérique de Ronald Reagan qui modèle la mémoire de la guerre du Vietnam en en retaillant les angles pour lui donner sa place dans le récit national américain forcément victorieux. Cette débâcle absolue n’est désormais plus qu’une épreuve dont le pays serait sorti grandit, jusqu'au déni. 

Pour les fans de Rambo, il vous faudra patienter jusqu’à la semaine prochaine pour le voir en France. Et pour ceux qui voudrait aussi, l’un n’empêche pas l’autre, sortir du mythe national et hollywoodien jetez donc un œil à la série documentaire de Ken Burns et Lynn Novick, Vietnam, disponible en VOD et en DVD.

par Anaïs Kien

Pour plus d'informations : 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......