LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des portraits de Mustafa Kemal Ataturk et du président turc Recep Tayyip Erdogan sont vus à côté d'une horloge «Evet» (oui) sur le mur d'un salon de thé le 16 avril 2017 à Istanbul, en Turquie.

La Turquie, de Mustafa Kemal Ataturk à Recep Tayyip Erdoğan

4 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd’hui dans le journal de l’Histoire un documentaire qui retrace l’histoire de la Turquie à travers deux figures politiques majeures Mustafa Kemal Ataturk et Recep Tayyip Erdoğan.

Des portraits de Mustafa Kemal Ataturk et du président turc Recep Tayyip Erdogan sont vus à côté d'une horloge «Evet» (oui) sur le mur d'un salon de thé le 16 avril 2017 à Istanbul, en Turquie.
Des portraits de Mustafa Kemal Ataturk et du président turc Recep Tayyip Erdogan sont vus à côté d'une horloge «Evet» (oui) sur le mur d'un salon de thé le 16 avril 2017 à Istanbul, en Turquie. Crédits : Chris McGrath - Getty

Recep Tayyip Erdogan le président de la république de Turquie a déclenché une attaque contre les Kurdes du Nord de la Syrie avec le soutien du principal parti d’opposition le Parti républicain du peuple, qui s’inscrit dans l’héritage politique kémaliste. Le documentaire Turquie, nation impossible pourrait apporter quelques explications à cette union de rivaux politiques. Les réalisateurs Jean-François Colosimo et Nicolas Glimois établissent un parallèle entre les deux grandes figures de l’histoire politique de la Turquie : Mustafa Kemal Ataturk et Recep Tayyip Erdoğan.

Deux rivaux en miroir

Si tout semble opposer les deux hommes Ataturk, féru de culture occidentale et partisan d’une laïcité radicale et Erdogan, l’islamiste, le second pourrait bien avoir hérité du premier. A commencer par leur manière de museler leurs opposants. On se souvient de la répression de grande ampleur qui a touché la société turque en 2016 après une tentative de coup d’Etat ratée. Ataturk a saisi une opportunité similaire lui aussi en 1926 après avoir échappé à une tentative d’assassinat. L’historien Hamit Bozarslan témoigne dans ce documentaire : 

Les ressemblances entre la tentative d'attentat en 1926 et le coup d'Etat de 2016 sont assez importantes et Mustafa Kemal a profité de cette aventure vouée à l'échec pour réprimer tous ses opposants. Si le putsch ou l'attentat réussissent l'autocrate est renversé mais si le putsch ou l'attentat réussissent, l'autocrate devient encore plus autocrate. 

Ce duel orchestré pour le documentaire revient sur la place de l’islam dans l’identité turque

Ataturk impose la laïcisation à marche forcée dans les années 1920 après avoir relégué les minorités aux marges de la nation lorsqu’elles n’ont pas été exterminées avant son arrivée au pouvoir. A commencer par le génocide arménien, perpétré en 1915, que l’Etat turc refuse toujours de reconnaître. La mémoire sombre de la reconstruction de la Turquie après la Première guerre mondiale, un Etat construit contre la vérité historique. 

En 1914, 30% de la population du territoire de la Turquie actuelle n’est pas musulmane et dix ans plus tard ils ne sont plus que 2%. Les Kurdes et les Alévis, musulmans, sont également effacés et pourtant toujours présents pour permettre au roman national turc de s’épanouir. La fabrique d’une nation homogène où les singularités ethniques, religieuse et culturelle se fait redoutable pour construire une société turque unifiée telle que la souhaitait Ataturk et dont la composante musulmane sunnite turcophone reste centrale, une condition préalable à la laïcité dans la conception de Mustafa Kemal Ataturk : 

Si on résumait ses textes sur la laïcité il dit en gros : nous sommes tous turques, puisque nous sommes turques nous sommes tous musulmans et puisque nous sommes tous musulmans nous pouvons tous être laïques. Donc l'islamisation est posée comme la condition préalable de la laïcité elle-même.

Erdogan relance une guerre pour la sauvegarde d’un nationalisme reconquis par la religion tout en reprenant le mythe fondateur mis en place par Ataturk, il y presque un siècle.

Pour plus d'informations : Le documentaire Turquie, nation impossible de Jean-François Colosimo et Nicolas Glimois, disponible jusqu'au 17 octobre 2021 sur Arte.tv  

par Anaïs Kien  

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......