LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'écrivain britannique J R R Tolkien (1892 - 1973), le 2 décembre 1955

Tolkien, un auteur inspiré par les sciences

4 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd’hui dans le Journal de l’histoire, il est question de littérature fantastique et de sciences.

L'écrivain britannique J R R Tolkien (1892 - 1973), le 2 décembre 1955
L'écrivain britannique J R R Tolkien (1892 - 1973), le 2 décembre 1955 Crédits : Haywood Magee/Picture Post/Hulton Archive - Getty

Comment Tolkien a-t-il inventé la langue des elfes ? Comment vole un dragon ? Quelle est la géologie de la Terre du Milieu ? Autant de questions que se posent les 39 auteurs du catalogue de l’exposition Tolkien, voyage en terre du milieu qui commence cette semaine à la Bibliothèque nationale de France, intitulé Tolkien et les sciences et dirigé par Roland Lehoucq, Loïc Mangin et Jean-Sébastien Steyer.

John Ronald Reuel Tolkien est un honorable professeur de littérature à Oxford lorsqu’il publie Le Hobbit en 1937 puis Le Seigneur des anneaux en 1948, devenus les succès mondialement connus depuis. La Terre du Milieu, cet univers fantastique qu’il crée au fil des ouvrages est relu avec un intérêt particulier pour toutes les sciences qui ont inspiré Tolkien : botanique, généalogie, linguistique, chimie, etc.

L'invention d'une histoire et de ses mythologies

Tolkien situe l’action du Seigneur des Anneaux plusieurs millénaires avant notre ère. Les origines fabuleuses de ce monde tourmenté par un combat moral autour de la question du pouvoir s’appuie sur l’Ancien testament. Le monde fantastique est peuplé de créatures angéliques trahies par Melkor qui ne tarde pas à vouloir assouvir sa soif de puissance. Tolkien invente toute une bibliothèque, et ses historiens, auteurs des ouvrages fondateurs qui transmettent ce récit des origines, recensent les inventions et le génie des Elfes, des Hobbits. Dans Les Chroniques des Jours anciens, Tolkien construit des mythologies, des univers spirituels et séculiers qui influent sur les modes de décisions de ses personnages et leurs quêtes, et nous éclairent sur leur conception de l’univers, de la création des éléments à ses différents âges historiques, en passant par ses langues, sa littérature courtoise, et sa géographie. Tolkien se présente comme un simple traducteur de ces traditions littéraires de civilisations perdues imaginaires dont il serait à la fois le dépositaire et le passeur.

Si Tolkien aime la science-fiction - il lit Asimov, David Lindsay et C.S. Lewis - il affectionne surtout la féerie et son esthétique. En développant sa répugnance pour les falsifications artificielles du récit dans la littérature d’évasion, il trouve le moteur de sa création littéraire et repousse les aspects ridicules de la science-fiction. Il préfère à une machine crachotante ou un taxi volant à la crédibilité douteuse, que ses personnages voyagent dans le temps par la réminiscence, la vision ou le songe.

Plus que l’histoire d’un monde, Tolkien invente la façon dont un monde se décrit à lui-même et transmet son savoir aux générations ultérieures. Damien Bador, co-auteur de Tolkien et les Sciences

Une œuvre si complexe que son auteur est mort avant de pouvoir l’achever. 

par Anaïs Kien 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  

Bibliographie

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......