LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les Chicago Seven et de leurs avocats lèvent les poings devant le palais de justice où ils étaient jugés pour complot et incitation à l'émeute. 08/10/1969.

Les sept de Chicago, justice et violence d’Etat

4 min
À retrouver dans l'émission

Chicago, 1968. En pleine convention nationale démocrate, une manifestation d'opposants à la guerre du Vietnam se solde par une sanglante répression policière. S'ensuit le procès de sept activistes. Un procès aussi saugrenu que politique.

Les Chicago Seven et de leurs avocats lèvent les poings devant le palais de justice où ils étaient jugés pour complot et incitation à l'émeute. 08/10/1969.
Les Chicago Seven et de leurs avocats lèvent les poings devant le palais de justice où ils étaient jugés pour complot et incitation à l'émeute. 08/10/1969. Crédits : David Fenton - Getty

Un épisode de l’histoire resurgit simultanément sur nos écrans avec un film d’Aaron Sorkin sur Netflix, un documentaire sur Arte et sous la forme d’un roman graphique : Les 7 de Chicago, un procès qui s’est déroulé en 1969 avec sur le banc des accusés les leaders des mouvements anticonformistes des années 1960.  Ce procès dit la violence d’Etat de ces années charnières, Richard Nixon vient d’être élu à la présidence et son gouvernement décide de régler leur compte au SDS, Students for a Democratic Society aux Yippies, du Youth International Party (YIP), une vengeance à rebours menée par un ministre de la justice bien décidé à faire taire les opposants les plus virulents à la guerre menée par les Etats-Unis au Vietnam.

L'objectif : se débarrasser de toute l’intelligentsia de cette jeune gauche contestataire

Ce procès des « 7 de Chicago », c’est le résultat de l’exhumation d’un dossier enterré. En 1968 le SDS organise une manifestation de protestation contre la guerre à Chicago à l’occasion du 35e congrès du parti démocrate. Toutes les composantes de la gauche non gouvernementale sont là, y compris Bobby Seale, le leader du Black Panther Party, qui a accepté de venir faire un discours avant de repartir aussitôt sans assister à la suite. Les forces de l’ordre chauffées à blanc poussent à bout les manifestants, les coups pleuvent et la manifestation tourne à l’émeute. Pourtant le gouvernement en place à l’été 1968 décide de classer le dossier sans poursuivre qui que ce soit après avoir conclu que la provocation des services de sécurité et de leurs agents infiltrés avait largement contribué à l’exaspération de la situation. Le dossier exhumé sous Nixon devient rapidement un procès politique. Les sept accusés : Abbie Hoffman et Jerry Rubin, pour les Yippies, Tom Hayden et Rennie Davis pour le SDS, et le pacifiste David Dellinger, côtoient sur le banc des accusés deux étudiants « alibis », de ceux que l’on pourra relaxer pour la forme en montrant que le jury a été clément, et de Bobby Seale, pour faire d’une pierre plusieurs coups et se débarrasser de toute l’intelligentsia de cette jeune gauche contestataire que Richard Nixon et le patron du FBI Edgar Hoover considèrent comme les pires ennemis de l’Amérique. C’est sans compter la popularité de ces mouvements après quatorze années de guerre et un bilan humain très lourd du côté de la jeunesse mobilisée au sein de l’armée américaine envoyée au Vietnam.

Un procès forcément politique

En cette année 1969, nous sommes aussi au lendemain des assassinats de Martin Luther King, de Malcolm X et de Robert Kennedy, l’illusion de l’expression publique pacifique a fait long feu, la violence est là, se défendre est devenu un motif légitime. Les « 7 de Chicago », c’est le récit d’un procès forcément politique avec un juge partie prenante pour un ordre social suranné qui n’hésite pas à faire ligoter et bâillonner Bobby Seale aux yeux de tous dans le tribunal sans comprendre à quel point cette violence est devenue insupportable devant une forêt de caméras et de micros prêts à en témoigner. La résurgence de ce procès, c’est  une histoire des années 1960 américaines quand la critique de la défense à tout prix de l’American way of life se fait jour et des mouvements politiques qui ont temporairement gagné une guerre culturelle reprise dans la campagne présidentielle américaine en cours.

Les 7 de Chicago, film de Aaron Sorkin diffusé sur Netflix. 

Black Panthers, documentaire de Stanley Nelson diffusé sur Arte. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......