LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Découverte de la tombe du pharaon Toutankhamon, l'archéologue Howard Carter (1874-1939) examinant le troisième sarcophage en forme de momie, 1922, photographie ancienne

Obsession momie

4 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd’hui dans Le Journal de l'histoire, l’actualité de l’histoire sur le Web avec le lancement par l'archéologue Amandine Marshall de "Toutankatube", première chaîne consacrée à l'Egypte ancienne sur Youtube, dont le premier épisode est déjà en ligne.

Découverte de la tombe du pharaon Toutankhamon, l'archéologue Howard Carter (1874-1939) examinant le troisième sarcophage en forme de momie, 1922, photographie ancienne
Découverte de la tombe du pharaon Toutankhamon, l'archéologue Howard Carter (1874-1939) examinant le troisième sarcophage en forme de momie, 1922, photographie ancienne Crédits : DEA PICTURE LIBRARY - Getty

"Les momies égyptiennes pouvaient-elles exploser ?" Amandine Marshall applique les recettes élémentaires de la course au clic sur le Net. Mais si le titre est racoleur, la réponse que propose la vidéo, elle, est solidement documentée, et collective puisque Amandine Marshall a su s'entourer d’archéologues dont les travaux permettent de répondre à la question de manière scientifique. Il y est bien sûr question d’embaumement et de bandelettes, d’éviscération et d’onguents nécessaires à la bonne tenue de l’enveloppe corporelle des classes supérieures égyptiennes de l’Antiquité. 

Toutankatube promet un épisode par mois pour partager l’état des connaissances archéologiques... mais également pour démonter les fausses vérités qui pullulent sur l’Egypte ancienne.

De l'égyptophilie à l'égyptomanie 

Si la fake news égyptomaniaque est si présente, rappelons aussi que cette passion pour les mystères s'inscrit dans une histoire très longue. A commencer par ses voisins et envahisseurs, et ce malgré le déclin politique de l’Egypte, ses contemporains admirent le raffinement égyptien. Au XIXe siècle, l’Europe transforme cette égyptophilie en égyptomanie. Les morceaux de momies plus ou moins authentiques sont parés de vertus guérisseuses, on organise des soirées "débandelettage" de momie, les formes pyramidales s’installent dans l’espace public des grandes métropoles et les apprentis archéologues se lancent dans l’exploration des sites en rêvant de découvrir tombeaux et trésors. Les ancêtres d’Indiana Jones s’installent pour longtemps dans la représentation de l’ésotérisme exotique des anciens pharaons. De Théophile Gauthier à Woody Allen, l’Egypte ancienne devient un territoire d’aventures romantiques et littéraires. Ce tropisme égyptomaniaque se développe particulièrement chez nos voisins britanniques. 

Pourquoi l’Egypte fascine-t-elle autant les écrivains de l’Angleterre victorienne ?

Pour Nolwenn Corriou, auteure de la thèse Le retour de la momie : du gothique impérial au roman archéologique britannique (1885-1937), cette égyptomanie coche toutes les cases de l’anxiété qui travaille la société victorienne : la momie en tant que cadavre ambulant sublime la déstabilisation frémissante de l’empire britannique en perte de vitesse. Tandis qu’en métropole, l’ordre social victorien se fissure sous les coups des revendications syndicales et des suffragettes. On joue à se faire faire peur sans oublier la dimension sexuée qui agrémente les récits de fiction. Le mâle blanc archéologue et conquérant s’affronte à toutes ses failles dans sa rencontre avec la momie féminisée qui trouble ses certitudes occidentales et coloniales. Un cocktail idéal pour un fantasme inépuisable. 

par Anaïs Kien 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......