LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des Irakiens frappent une statue de Saddam Hussein avec leurs sandales à Bagdad, le 9 avril 2003

Cinq millions d’archives du parti politique de Saddam Hussein de retour en Irak

3 min
À retrouver dans l'émission

Les archives du siège du parti Baas ont été confiées aux autorités américaines suite à la chute de Saddam Hussein en 2003 . Elles sont aujourd'hui de retour en Irak. Le retour d'une mémoire hautement explosive.

Des Irakiens frappent une statue de Saddam Hussein avec leurs sandales à Bagdad, le 9 avril 2003
Des Irakiens frappent une statue de Saddam Hussein avec leurs sandales à Bagdad, le 9 avril 2003 Crédits : PATRICK BAZ / AFP - AFP

Cinq millions de documents du parti Baas, le parti de Saddam Hussein, ont été restitués en toute discrétion à l’Etat irakien le 31 août dernier, dix-sept ans après l’invasion des Etats-Unis, alors dirigés par George Bush, qui s’était soldé par la capture de Saddam Hussein et la chute du régime.  

Écouter
39 sec
Arrestation de Saddam Hussein: extraits du discours de George W. Bush, RTS, 14/12/2003.

Ces archives avaient été retrouvées au siège du parti Baas dans la ville de Bagdad en ruines et confiées aux autorités américaines par l’archiviste et opposant, Kanan Makiya, alors que le pays s’enfonçait dans la guerre civile. D’après l’AFP, elles seraient composées de correspondances du parti avec les ministères, de dossiers de membres du parti, interdit depuis, et de lettres de délation incriminant des citoyens critiques du régime et de son leader ; 35 années d’archives accumulées, le miroir d'un pouvoir politique qui a construit l’histoire irakienne après le renversement de la monarchie en 1958. Les archives restituées ont été stockées depuis leur retour et le gouvernement irakien ne souhaite PAS les ouvrir aux chercheurs ou au public. Ce qui est en jeu : la paix sociale, et le risque hautement élevé que ces documents ne révèlent de manière incontrôlée l’identité des délateurs et de leurs victimes, après des débordements et des fuites dans la presse déjà connus par le passé.

Ces archives de l’Irak de Saddam Hussein sont devenues explosives pour l’Irak contemporain et leur sort ouvre un débat délicat dans le pays sur leur utilisation.  

Écouter
16 sec
Irak: Saddam Hussein continue de sévir, à travers ses archives, AFP, 26/09/2012

Les archives irakiennes ont été dispersées dans le chaos d’après-guerre alors que l’urgence était à la reconstruction des infrastructures élémentaires pour sa population et son Etat. Sources indispensables pour l’élaboration de l’histoire du pays, ces documents pourraient aussi faire la lumière sur les nombreux disparus sous le régime de Saddam Hussein et permettre aux familles de faire un deuil nécessaire. Dans une situation d’autant plus absurde, que des historiens américains triés sur le volet ont eu accès à ces archives jusqu’ici conservées et numérisées à la Hoover Institution, à l’université de Stanford, tandis que leur accès est toujours interdit aux historiens irakiens, alors qu’un travail sur l’histoire de l’Irak baasiste se fait urgent, à l’heure où sa mémoire bénéficie d’une certaine réhabilitation face à une classe politique au pouvoir désavouée par les Irakiens eux-mêmes.

Si la mise au secret de ces archives constitue un crime pour certains, d’autres craignent que leur contenu ne plonge le pays dans un nouvel épisode de violence. Le débat est donc ouvert sur le travail minimum de réconciliation à faire au préalable, mais celui-ci est-il tangible sans savoir ? Ces archives garantissent encore la possibilité d'une histoire mais pas nécessairement celle d'une paix retrouvée.

Irak : Les archives de Saddam, des armes disputées, CNEWS/AFP, 27/09/2012. 

Le retour en Irak d'archives du parti Baas de Saddam suscite un débat, La Croix/AFP, 11/09/2020. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......