LE DIRECT
Un jeune nationaliste jette une pierre sur des policiers dans le quartier de Springfield Road à Belfast le 8 avril 2021. Photo : Paul Faith

Le retour de la guerre civile en Irlande du Nord plâne sur la Grande-Bretagne post-Brexit

3 min
À retrouver dans l'émission

Belfast est de nouveau la scène de violences entre unionistes et nationalistes ... Des images qui ravivent la mémoire de trente ans de guerre civile nord-irlandaise.

Un jeune nationaliste jette une pierre sur des policiers dans le quartier de Springfield Road à Belfast le 8 avril 2021. Photo : Paul Faith
Un jeune nationaliste jette une pierre sur des policiers dans le quartier de Springfield Road à Belfast le 8 avril 2021. Photo : Paul Faith Crédits : AFP

Alors que le deuil du mari de la Reine du Royaume-Uni nourrit la presse anglaise, le retour des violences urbaines en Irlande du Nord lui impose une concurrence féroce. Après plus d’une semaine de violences entre Unionistes et Nationalistes, les responsables des deux communautés ont appelé à l’apaisement plus précisément, Michelle O’Neill, la vice-première ministre et vice-présidente du Sinn Fein, le parti nationaliste catholique et républicain, a appelé la jeunesse à ne plus prendre part aux affrontements. Si le retour d’une frontière en mer entre les deux Irlandes lié au Brexit inquiétait déjà, ce sont les funérailles de Bobby Storey, un ancien membre de l’IRA, qui ont servi de levier au retour de la violence. L’enterrement organisé à Belfast en juin 2020, en violation incontestable des mesures de restrictions sanitaires a été suivi par un peu moins de deux milles participants que la police a décidé début avril de ne pas poursuivre en justice. Une indulgence considérée comme une inégalité de traitement qui ne passe pas du côté des loyalistes, partisans de la Couronne britannique, mais une mesure probablement décidée pour éviter de plus grandes atteintes à l’ordre public déjà sensible en tolérant ce dernier hommage. Bobby Storey représentait cette part de la génération des anciens combattants de l’IRA qui a transformé son engagement armé en militantisme politique après la fin de la guerre civile avec le prestige du vétéran emprisonné à de multiples reprises dès son adolescence, et impliqué dans la très spectaculaire évasion de la prison de Maze en 1983, lorsque 38 prisonniers républicains s’en sont évadés. Un exploit au regard de l’histoire carcéral britannique qui annonce aussi son retour derrière les barreaux, dont il est libéré l’année même de la signature des accords de paix en 1998.  

Bobby Storey a passé près de vingt années en prison avant de s’engager dans un militantisme plus conventionnel jusqu’à devenir président du Sinn Fein.  

La tolérance policière lors de son enterrement donne une idée de la place de la mémoire de ces combattants, ignorés avec application au plus fort de leur répression dans les années 1980 par la première-ministre de l’époque Margaret Thatcher, impassible face aux grèves de la faim meurtrières des détenus, aux conditions de détention exaspérées par les protestations des prisonniers qui revendiquaient leur statut politique. Au-delà de ces actes de résistance entrés dans la légende de l’héroïsme nationaliste la guerre civile nord-irlandaise a fait 3500 morts en trente ans, une guerre dont la mémoire resurgit aujourd’hui au sein d’une génération qui ne l’a pas vécue. Mais c’est aussi l’importance de cet après-guerre civile qui réapparait à travers ce conflit ravivé par une frontière et des funérailles.  

A quelques semaines du centenaire de la création de l’Irlande du Nord, que l’on commémore en mai, la mémoire de la guerre civile n’aura jamais été plus présente dans les esprits britanniques qu’en ce moment.  

Liens :

Hadrien Holstein, "Anciens combattants de l’IRA,poursuivre ou transmettre la lutte ?", Noria Research, 03/2019. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......