LE DIRECT
Photo accompagnant le post de Sébastien Albertelli sur Facebook

Les archives contemporaines sont-elles fermées ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Ce matin dans le Journal de l’Histoire, l’accès aux archives, une question d’actualité.

Photo accompagnant le post de Sébastien Albertelli sur Facebook
Photo accompagnant le post de Sébastien Albertelli sur Facebook Crédits : Sébastien Albertelli

Un très bref papier paru dans Ouest France le 1er février m’avait mis la puce à l’oreille : l’article titré « Les historiens n’ont plus accès aux archives de 39-45, leurs travaux sont menacés » annonçait la fermeture des archives de la Défense et une menace sur la bonne santé de notre démocratie, sans plus de détails. Le quotidien avait titré un peu trop radicalement sur ces « blocages », les archives ne ferment pas mais leur communication se complique. Ces difficultés d’accès sont bientôt relayées sur Facebook par un long post de Sébastien Albertelli, spécialiste des services secrets sous de Gaulle, qui explique comment le travail de recherche qu'il a accompli ne serait plus envisageable aujourd’hui, et alerte sur les risques qui pèsent sur les recherches en cours et à venir. 

Les politiques au pouvoir affichent pourtant depuis vingt ans une volonté d’ouverture des archives : François Hollande avec la Seconde Guerre mondiale, Emmanuel Macron avec la guerre d’Algérie, tout gouvernement se doit d’ouvrir un pan de l’histoire nationale supplémentaire par les archives, et le bal est ouvert en 1997 par Lionel Jospin, alors Premier ministre. 

Comment expliquer que des documents jusqu’ici accessibles ne le soient plus ? 

D’après les professionnels des archives que j’ai contactés, la multiplication des attentats en France a provoqué une attention accrue aux risques qui pèsent sur la sécurité nationale, une vigilance qui atteint de nombreux secteurs de la vie de la nation jusqu’aux archives sensibles. Les archives représentent un tel volume que l’on ne sait pas exactement ce qui s’y trouve. Les ministères versent leurs documents aux archives avec des indications globales de contenu, mais sans en faire d'inventaire détaillé. Un labyrinthe dont s’emparent les professionnels, non sans mal. Par exemple, en 2016, Frédéric Quequineur, responsable des archives des services spéciaux de la Seconde Guerre mondiale témoignait de la difficulté de s’emparer des archives de la DGSE, la direction générale des services extérieurs, productrice par excellence de documents classés secrets. 

La DGSE avait un système de classement bien à lui, qui est un système de fichage. L'objectif est que les ennemis ne puissent pas accéder à ces fonds. Et donc ils mélangeaient tout, et eux seuls avaient la clef pour accéder aux informations contenues dans ces documents. Frédéric Quequineur

Des archives classées "secret"

Avant 2008, les documents étaient rendus accessibles globalement, par période. Depuis la loi de 2008, ce tri se fait par type de documents. Tous les documents du ministère de la Défense classés secrets sont concernés par cette nouvelle restriction mais ces papiers se trouvent aussi disséminés dans d’autres fonds, puisque la Défense communique avec les autres ministères.  C’est la corrélation des politiques de sécurité en lien avec le contexte géopolitique, et la réaction tardive du Service historique de la Défense aux nouveaux règlement qui explique donc le retrait de la consultation d’archives classées « secret » ou « très secret », un principe de précaution à retardement qui explique la fermeture de grande ampleur, temporaire mais brutale, d’une partie des archives, notamment pour les périodes de guerre. On peut effectivement parler de blocage pour la recherche en attendant la résolution du problème, qui rappelons-le, est un problème de kilomètres linéaires de documents à évaluer et tamponner pour être résolu.

par Anaïs Kien 

Pour plus d'informations : « Les historiens n’ont plus accès aux archives de 39-45, leurs travaux sont menacés », article de Benoit Robert, publié dans Ouest France, le 1er février 2020

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......