LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
17/06/1966 - Arrestation de membres du mouvement Provo lors d'une manifestation de protestation contre l'action américaine au Vietnam. Photo : Evers, Joost / Anefo. (Wikimédia)

Mais que s’est-il passé cette semaine aux Pays-Bas ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Les révoltes urbaines qui embrasent les Pays-Bas cette semaine nous ont laissés perplexes. En effet, les Néerlandais ne nous ont pas habitués à de telles explosions de violence.

17/06/1966 - Arrestation de membres du mouvement Provo lors d'une manifestation de protestation contre l'action américaine au Vietnam. Photo : Evers, Joost / Anefo. (Wikimédia)
17/06/1966 - Arrestation de membres du mouvement Provo lors d'une manifestation de protestation contre l'action américaine au Vietnam. Photo : Evers, Joost / Anefo. (Wikimédia)

Aux Pays Bas on ne fait pas grève, c’est le territoire par excellence du consensus politique et social, les images des émeutes ont étonné parce qu’on ne s’attendait pas à un épisode insurrectionnel à cet endroit-là. Pourtant à la veille des mouvements révolutionnaires de 1968 Amsterdam était dans toutes les têtes. Le Mai 68 français est devenu l’emblème du soulèvement étudiant mondial mais les Français ont été quelques-uns à puiser leur inspiration chez les Néerlandais en observant le mouvement des Provos, une contestation éphémère qui a su frapper fort. 

En 1965, bien avant que les étudiants de Nanterre ne décident de mettre le feu aux poudres, le mouvement provo apparaît à Amsterdam tous les samedis soirs sur la petite place du Spui autour d’une statue de garçonnet à mi-chemin entre l’angelot et le garnement offerte par un Hunter, un fabricant de cigarettes. Autour de cette statue, on manifeste en toussant avec un chœur de tousseurs et de tousseuses acharnés, pour dénoncer l’empoisonnement de la société nourrie par les industries et la société de consommation. Ce qui inquiète les Provos c’est la destruction du monde et de l’humanité qui s’intoxique et se trouve coincée sous la menace nucléaire permanente de la guerre froide avec un côté « no futur » largement développé par la mouvance punk à la fin des années 1970. Mais les Provos sont généralement de bonne famille, étudiants, jeunes travailleurs, il se disent anarchistes surtout pour se démarquer du communisme. Leur consensus est dans ce qu’il refuse : vivre la même vie que leurs parents, au sein d'une société de consommation tueuse de désir. Leur programme, le « Plan blanc » est à la fois responsable et jouisseur, il s’inspire autant de la pensée écologiste de Rachel Carson que de Mike Jaeger, et leur talent d’agitateur ludique et créatif se nourrit aux sources des chartes graphiques de l’underground américain.  

Limiter le trafic des voitures, partager gratuitement les vélos, faire la promotion de l’éducation sexuelle des adolescents pour qu’ils en profitent, de la sexualité, et non pas pour leur faire peur, toutes les propositions des Provos se parent de blanc y compris l’officier public qu’ils imaginent à mi-chemin entre le policier et l’assistant social : le « poulet blanc » chargé de distribuer les objets de premières nécessité : pansements, allumettes, contraceptifs et cuisses de poulet pour nourrir le « provotariat » affamé. 

A côté de cette agitation joyeuse, le coup d’éclat des Provos a lieu en 1966 lors des festivités qui accompagnent le mariage de la princesse Beatrix, donc la future reine, avec un ancien membre des jeunesses hitlériennes. Un fait d’armes qui a terrifié les autorités légèrement soulagées lorsqu’une simple poignée de tracts a volé sur le cortège qui passait dans la rue. L’action la plus agressive imputable aux Provos à côté de leur manie de tout peindre en blanc.  

Par leur créativité et la bonne humeur de leurs happenings permanents les Provos attisent la curiosité de leurs voisins et leur mouvement se propage sous des formes adaptées en France, en Belgique et en Italie. Après une participation discrète au conseil municipal les Provos néerlandais se séparent en 1967.  Un pavé dans la mare qui a touché par ses ondes tous ceux qui attendaient qu’il se passe quelque chose. 

Liens : 

  • Indignation aux Pays-Bas après les violences lors des manifestations anti-couvre-feu, Le Courrier International, 25/01/2021. 
Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......