LE DIRECT
Horloge inspirée des « montre molles » du peintre Salvador Dali.

Rangeons à la cave la Doomsday Clock, une minute et quarante secondes avant la fin du monde.

5 min
À retrouver dans l'émission

Quelle est l'utilité de la Doomsday Clock ou horloge de l'apocalypse ? Ses aiguilles qui se rapprochent de la fin du monde font-elles de nous des citoyens plus conscients et acteurs de notre avenir commun ou nourrissent-elles notre sentiment d'angoisse, stérile et inutile, face à nos incapacités ?

Horloge inspirée des « montre molles » du peintre Salvador Dali.
Horloge inspirée des « montre molles » du peintre Salvador Dali. Crédits : Kmtextor

Alors que se prépare la grève mondiale pour le climat, la suite des "Fridays for Future », les 25 et 26 septembre, quels sont les indicateurs de notre sentiment sur l’état du monde ? Le bilan n’emporte pas l’enthousiasme : pandémies, crise migratoire, chômage de masse en perspective, dérèglement climatique et ces incendies dans le camp de Moria ou sur la côte ouest des Etats Unis qui semblaient nous proposer une image de la fin qu’on n’aurait préféré ne pas voir si réelle. Objectivement ça va mal. Et depuis janvier l’horloge de la fin du monde a avancé de vingt secondes, un évènement largement relayé, histoire de renforcer un peu ce sentiment d’inconfort qui nous taraude.  

L’horloge de de la fin du monde, la Doomsday clock, c’est l’angoisse incarnée et actionnée par de vieux messieurs, même si aujourd’hui le comité s’est nettement féminisé. Inventée en 1947, chaque année depuis, elle nous donne une idée rarement rassurante de l’état de la sécurité mondiale. Et que se passait-il en 1947 ? La guerre froide commençait, avec la doctrine Truman et le rapport Jdanov qui mettaient en position les deux ennemis prêts à se livrer une guerre, finalement moyennement froide, impliquant l’humanité à l’échelle planétaire dans les quarante décennies suivantes. Ce baromètre de notre situation avant la fin du monde est inventé par des physiciens issus du projet Manhattan et son cadran apparait pour la première fois en couverture du premier numéro de leur gazette, le Bulletin of Atomic Scientists. Nous étions alors à 7 minutes de la fin du monde.    

La Doomsday clock invente un autre temps qui n’est pas divisé par des mois et des années mais qui se déplace en fonction de la situation estimée de l’humanité sur l’échelle du risque de destruction. Ça n’est d’ailleurs plus un cadran entier depuis longtemps puisque nous ne nous sommes pas éloignés de minuit, l’heure symbolique de notre fin, de plus de vingt minutes, depuis son invention. 

En 1953, nous étions à deux minutes de minuit, les Etats-Unis et l’Union soviétique testaient, cette même année, des bombes à hydrogène à la capacité de destruction bien plus élevée que la bombe atomique qui avait achevé la Deuxième guerre mondiale.  Si l’invention de l’horloge de la fin du monde est l’héritage de Hiroshima et Nagasaki ET de la découverte de la capacité de destruction à grande échelle de l’intelligence humaine, d’autres risques se sont ajoutés pour calculer cette heure fatidique : les tensions diplomatiques qui nous rapprochent d’un risque de guerre entre grandes puissances à fort potentiel destructeur bien sûr ou le degré de dérèglement climatique. D’autres encore ont disparu : En 1991, on était bien ! A 17’ minutes de la fin du monde, on n’avait jamais été aussi loin de l’heure de notre disparition, grâce à la chute de l’Union soviétique. Mais ce répit n’a pas duré.

Aujourd’hui face à la détérioration de la sécurité mondiale nous sommes à une minute et quarante secondes du minuit apocalyptique, nous avons donc perdu 20 secondes avant la fin.  De quoi alimenter une angoisse et une paranoïa largement suffisantes pour nous paralyser et nous empêcher d’agir. Dans le cabinet de curiosités des objets inutiles nous pourrions donc remiser cette horloge de la fin du monde, un aveu d’impuissance, un outil d’alerte folklorique qu’on entend plus vraiment avant que la peur ne soit déjà là.

Rediffusion de la chronique du 21/09/2020

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......