LE DIRECT
Une famille d'esclaves noirs dans un champ de cotton en Géorgie (Etats-Unis) en 1850.

Réparer l'esclavage

3 min
À retrouver dans l'émission

De récents travaux envisagent un système de réparations pour commémorer la mémoire et la souffrance des esclaves en Europe et aux États-Unis. En effet, l’héritage du système esclavagiste est prégnant dans nos sociétés.

Une famille d'esclaves noirs dans un champ de cotton en Géorgie (Etats-Unis) en 1850.
Une famille d'esclaves noirs dans un champ de cotton en Géorgie (Etats-Unis) en 1850. Crédits : Wikicommons

Au Musée national du Danemark à Copenhague, haut lieu du patrimoine danois, on pouvait encore voir récemment, une vidéo de l’ancien maire de la ville qui nous accueillait à l’entrée des salles consacrées aux anciennes colonies, au ton tout à fait déroutant : après nous avoir invités à admirer les beautés de la ville millénaire que l’on n’avait pas manqué de sillonner pour se rendre au musée, l’élu coupait court à notre contemplation ébahie devant les images très avantageuses de la ville historique pour nous dire, de mémoire : "Et bien tout cela a été financé par l’esclavage !". 

Sans aucune précaution rhétorique, l’élu déchirait la carte postale touristique et nommait l’exploitation et la soumission mise en œuvre au profit du visage actuel d’une des plus grandes capitales européennes. S’il est question ici de l’origine de l’argent employé pour déployer le faste de l’empire danois, aux États-Unis ce sont les infrastructures mêmes de l’économie qui sont pointées du doigts pour justifier les revendications de réparations financières de l’esclavage. 

"Les villes américaines d'Atlanta à New York utilisent toujours des bâtiments, des routes, des ports et des lignes de chemin de fer construits par des esclaves". Joshua F.J. Inwood et Anna Livia Brand nous livraient en février un résumé de leurs recherches à ce sujet dans la revue en ligne The Conversation

Le système esclavagiste ne subsiste pas seulement à l’état de traces résiduelles dans le paysage physique et économique nord-américain, il a légué des infrastructures encore déterminantes aujourd’hui, avec un chiffre-massue : sur la ligne qui dessert Atlanta en Géorgie, ce sont 198 milliards de dollars en produits agricoles et en matières premières nécessaires à l'industrie qui ont transité au cours de l’année 2012 à travers le Midwest. Ce sont d’ailleurs ces voies ferrées qui ont donné naissance à cette ville, une fois son site connecté au reste du continent. Les convois ferrés y avaient une importance vitale pour les plantations installées à l’intérieur des terres, pour se relier aux ports et franchir les reliefs, les marais, les montagnes et les rivières qui les séparaient du marché où elles écoulaient leurs produits à commencer par le coton, cultivé et récolté pas une main d’œuvre contrainte.

Envisager des réparations

Joshua F.J. Inwood et Anna Livia Brand invitent dans le survol des résultats de leur enquête à repenser la forme que pourraient prendre les réparations : s’ils avouent leur incapacité à calculer précisément et totalement l'impact économique de l'esclavage dans le monde contemporain, ils encouragent à envisager des réparations qui influent directement sur l’ordinaire en investissant dans les programmes de construction de logements et de soutien économique aux infrastructures, mais des infrastructures qui conditionneraient la vie au présent.    

Des discussions et des débats sur l’héritage du système esclavagiste dans nos sociétés contemporaines qui ne devraient pas manquer dans les prochaines semaines puisque la Fondation pour la mémoire de l’esclavage vient tout juste de lancer le "Mois des mémoires", une série d’évènements commémoratifs qui s’étend du 10 mai, date à laquelle on célèbre cette année le vingtième anniversaire de la loi Taubira, jusqu’au mois de juin où l’on commémore l’abolition de l’esclavage en Guyane, sans oublier, pour un mois tout à fait extensif, Saint Barthélémy en novembre et La Réunion en décembre. Un programme à suivre.

Liens :

"Slave-built infrastructure still creates wealth in US, suggesting reparations should cover past harms and current value of slavery" par Joshua F.J. Inwood et Anna Livia Brand - The Conversation - 05/02/2021.

Fondation pour la mémoire de l'esclavage - Mois des mémoires.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......