LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un mutilé de guerre se recueille sur la tombe du Soldat inconnu. 10 novembre 1957. Keystone-France

Se souvenir des soldats de la Première guerre mondiale mais comment ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Comment honorer les soldats de la Grande Guerre ? Très tôt la question s'est posée et les réponses ne furent pas sans créer la polémique.

Un mutilé de guerre se recueille sur la tombe du Soldat inconnu. 10 novembre 1957. Keystone-France
Un mutilé de guerre se recueille sur la tombe du Soldat inconnu. 10 novembre 1957. Keystone-France Crédits : Getty

Maurice Genevoix entre au Panthéon aujourd’hui. Cette consécration se veut une reconnaissance du sacrifice des Poilus de la Première guerre mondiale. Académicien, prix Goncourt, Maurice Genevoix, s’il n’incarne en rien le poilu invisible a contribué par son œuvre littéraire à rendre sensible l’expérience de cette guerre inédite. Son parcours incarne le combat à fronts multiples de cette Grande guerre : blessé au cours des combats, il reste partiellement invalide, avec de nombreuses séquelles et la perte de l’usage de sa main gauche, après sa convalescence, il est atteint par la grippe espagnole.  

C’est pourtant un autre auteur qui est plébiscité dans l’après-guerre par les anciens combattants : Roland Dorgelès qui publie Les Croix de bois en 1919. Adapté au cinéma dès 1932, le récit du quotidien des soldats est salué par la critique et les anciens combattants, qui vont d’ailleurs jouer dans sa transposition cinématographique sous la direction du réalisateur Raymond Bernard, en quête d’une restitution au plus près de la réalité des combats.  

Au-delà du choix de la personne par laquelle une foule se voit reconnue dans la mémoire nationale, ce qui reste en suspens c’est une dette impossible à honorer. Ces soldats de la Première guerre mondiale parmi lesquels 700 000 n’ont pas été retrouvés, un chiffre inimaginable et leurs dépouilles gisent encore sur les sites des champs de bataille que l’on retrouve à l’occasion de chantier ou de fouilles plus ciblées. Ce 11 novembre c’est un hommage à ces inconnus de l’histoire, célébrés à travers un corps celui du Soldat inconnu.  

La question est posée dès 1916 « pourquoi la France n’ouvrirait-elle pas les portes du Panthéon à l’un de ces combattants ignorés morts pour la patrie ? ». Ce qui apparaît ici c’est l’impossibilité de célébrer seulement les chefs de guerres. Après l’Armistice, en 1918, les députés optent pour le dépôt au Panthéon d’un livre d’or où serait inscrit tous les noms des morts de la guerre qui vient de s’achever. L’incarnation semble insuffisante et l’année suivante une nouvelle proposition est formulée dans une loi qui propose d’inhumer un corps de soldat qu’aucun proche n’aurait réclamé pour incarner le sacrifice de la multitude et permettre aux familles de disparus de pleurer un corps à la fois symbolique et bien réel. 

L’idée est entreposée dans les couloirs de la chambre mais un an plus tard c’est la Grande Bretagne qui franchit le pas et annonce vouloir édifier une sépulture de combattant anonyme. Une querelle nationale commence devant la frilosité du gouvernement français. Elle concerne d’abord le lieu choisi : toutes les tendances politiques de la nation ont œuvré à la victoire et le choix du Panthéon, créé par la Révolution française, en tant que lieu ultime de sépulture du combattant ne recueille pas tous les suffrages, ce sera donc l’Arc de Triomphe. Cette polémique racontée par Jean-Yves Le Naour pose la question irrésolue du sens à donner au Soldat inconnu : « s’agit-il d’un héros ou d’une victime ? D’un exemple ou d’un martyr ? Justifie-t-il la guerre ou bien est-il une sentinelle de la paix ? » Une interprétation mouvante qui reste disponible à chaque 11 novembre célébré depuis.  

11 novembre 1918. Récit d'une journée qui a fait le siècle, L'Histoire, mensuel N°336, novembre 2008. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......