LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le pot-de-vin, collection privée.

Un sujet brûlant : le porte-monnaie de nos élus.

3 min
À retrouver dans l'émission

L’argent et la politique ne font pas bon ménage dans l'opinion public. La rémunération de nos hommes politiques et le financement des campagnes restent des sujets hautement polémiques qui questionnent les principes de notre démocratie.

Le pot-de-vin, collection privée.
Le pot-de-vin, collection privée. Crédits : Getty

Nicolas Sarkozy, président de la République de 2007 à 2012, est actuellement jugé pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire des « écoutes ». Le Parquet national financier (PNF) a requis à son encontre une peine de prison ferme. Une première pour un ancien chef de l’Etat français. Le procureur financier Jean-Luc Blachon a conclu son réquisitoire en déclarant « On ne peut pas admettre qu’un ancien président oublie la République”.  

La rémunération des élus, ou pas !, le financement des partis et des campagnes électorales, a fait l’objet de très nombreux débats depuis la Révolution française.  

Mais un des moyens considéré comme instrument de lutte contre la corruption, les indemnités parlementaires et les frais de représentation ont longtemps été délaissés par l’histoire et la sociologie politique. Frédéric Monier dans son introduction au numéro des Cahiers Jaurès du premier semestre 2020, consacré à cette question, avance l’argument selon lequel la thèse de Max Weber a longtemps suffi à penser cette question en proposant deux idéaux-types :  

« la politique des honneurs exercée à titre gracieux par des notables, et la politique comme métier, exercée par des professionnels rémunérés ».  

Un champs politique animé exclusivement par des notables fortunés, difficile à défendre dans une république démocratique et d’ériger en principe que les élus soient indépendants du fait de leur fortune personnelle et non du fait de la garantie de l’Etat. L’honneur de servir sa patrie n’est pas tout à fait suffisant pour assurer la relative diversité sociale de ceux qui s’engagent en politique.  

La France est l’un des premiers pays à avoir créé une indemnité pour ses députés en septembre 1789, son histoire est directement liée à l’histoire des régimes politiques : les restaurations de la monarchie la suppriment invariablement mais elle ne constitue pas pour autant une norme républicaine et continue à faire débat jusqu’au début du XXe siècle et la consolidation de la IIIe République.  

Ce qui se joue dans cette rémunération c’est la sociologie des éligibles et toute une réflexion sur les facteurs d’autonomie financière et morale de celui, puisqu’à l’époque les femmes n’ont pas le droit de vote et ne sont pas éligibles, de celui donc, auquel un mandat est confié par la voie du suffrage.  

La rémunération des parlementaires est justifiée par la lutte contre un gouvernement laissé aux mains des plus fortunés mais cette rétribution est souvent jugée indigne face au privilège de servir une si noble cause. « Tout se passe comme si les systèmes de valeurs civiques rendaient la rémunération, ou « l’indemnisation » du mandat nécessaire, mais sans lui assurer pour autant une pleine légitimité morale » selon Frédéric Monier. Après la Première guerre mondiale pour sortir des polémiques endémiques sur le niveau de ces rémunérations, l’indemnité parlementaire est alignée en 1938 sur les salaires des hauts fonctionnaires. Une professionnalisation salariale par défaut. 

L’argent et la politique, un travail de recherche historique, toujours en cours.  

Liens : 

L’argent des politiques : rémunération des élus et financement des partis en Europe, Cahiers Jaurès, 2020/1-2 (N° 235-236),  Société d'études jaurésienne. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......