LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Déboulonnage de la statue de Felix Dzerjinski 23/08/1991 à Moscou, Russie. Anatoly Sapronenko.

Un vote pour départager l’histoire qui trônera sur la place de la Loubianka à Moscou

3 min
À retrouver dans l'émission

Qui trônera sur la place de la Loubianka à Moscou ? Entre Felix Dzerjinski, inventeur du système répressif soviétique et Alexandre Nevski, saint orthodoxe et héros d'un lointain passé, l'heure est au choix.

Déboulonnage de la statue de Felix Dzerjinski 23/08/1991 à Moscou, Russie. Anatoly Sapronenko.
Déboulonnage de la statue de Felix Dzerjinski 23/08/1991 à Moscou, Russie. Anatoly Sapronenko. Crédits : AFP

Si l’on déboulonne volontiers en ce moment en Russie on s’apprête à rétablir un grand homme sur son piédestal mais reste à savoir lequel. Les habitants de Moscou doivent choisir qui de Felix Dzerjinski ou d’Alexandre Nievski trônera à l’avenir sur la place de la Loubianka. Cette place n’est pas n’importe laquelle puisqu’elle accueille déjà le siège du FSB, les services de sécurité russe, à proximité du Kremlin. A lire la liste des candidats c’est le choix d’une histoire à célébrer qui se pose aux moscovites : le premier candidat Felix Dzerjinski est une figure emblématique de l’histoire soviétique de la Russie, fondateur de la Tcheka, l’ancêtre du FSB. Dzerjinski est choisi par Lénine dès 1917 qui ironise sur ses qualifications en déclarant qu’il connait bien le système carcéral pour l’avoir lui-même amplement fréquenté en tant qu’opposant au régime tzariste pendant toute sa vie jusque-là.  

Felix Dzerjinski, fondateur de la Tcheka

Felix Dzerjinski figure en bonne place dans l’histoire du maintien de l’ordre social et politique à la mode soviétique. D’ailleurs la série documentaire sur le Goulag de Patrick Rotman, lui réserve une place choix dans son premier épisode disponible sur la plateforme d’Arte, au titre d’inventeur du système répressif soviétique. Il recrute dès 1918 près de 200 000 indicateurs, hommes de mains et espions qui vont écraser toute velléité d’opposition dès 1918 pour établir un climat politique conforme aux exigences du régime, une inauguration terrifiante du gouvernement bolchevique avec un bilan compris entre 10 et 15 000 morts, pour commencer. Cette campagne de répression s’accompagne aussi de la création de camps d’internement destinés aux ennemis avérés ou supposés du régime, les ancêtres du Goulag qui ne sera formalisé dans sa version la plus tragique qu’après la mort de Dzerjinskià la fin des années 1920. Comparé à ses successeurs qui ont établi la répression et le travail forcé à une échelle industrielle, Dzerjinski ferait figure d’humaniste si l’on oubliait qu’il est à l’origine de l’invention de ces camps punitifs, de la Terreur Rouge et de la déportation des socialistes révolutionnaires, des moines et des prêtres russes, effacés du paysage russe. Une statue de Félix Dzerjinski trônait déjà sur la place de la Loubianka de 1958 à 1991, déboulonnée et recouverte de graffitis, elle attend de connaitre son sort dans un parc de monuments soviétiques dans le centre de Moscou.  

Alexandre Nevski, héros national du XIIIe siècle

Le deuxième candidat au piédestal de la Loubianka c’est Alexandre Nevski, figure plus lointaine et consensuelle qui rassemble jusque-là une courte majorité des voix exprimées. Alexandre Nevski a quelques atouts : c’est un saint orthodoxe, un héros national russe du XIIIe siècle victorieux face aux Suédois et aux Chevaliers Teutoniques, une figure à vénérer bien éloignée des guerres civiles entre Rouges et Blancs et du communisme d’État, et un des personnages historiques préférés des Russes. Une neutralité peut-être bienvenue alors que la nostalgie de l’Union soviétique est croissante en Russie ? La légende d’Alexandre Nevski avait déjà été utilisée par l’État stalinien qui avait passé commande du film éponyme d’Eisenstein conçu pour stimuler la résistance aux appétits du nazisme en 1938.  

Comment les Moscovites vont-ils arbitrer entre ces deux époques de leur histoire à célébrer dans l’espace public ? Les résultats du vote qui s’achève aujourd’hui nous le diront bientôt.  

Liens :

  • À Moscou, début d'un vote controversé sur un monument face aux services secrets, Challenges, AFP, 25/02/2021. 
  • Documentaire de Patrick Rotman, Goulag - Une histoire soviétique (1/3) - Origines 1917-1933 
  • Anna Caiozzo, « Entre Orient et Occident, les légendes médiévales d’Alexandre le Grand dans l’historiographie récente », Médiévales, 72, 2017. 
Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......