LE DIRECT
Avec les étudiants de Nanterre

La vie intellectuelle en France

4 min
À retrouver dans l'émission

Journée spéciale sur France Culture à l’occasion de la parution au Seuil de la monumentale histoire des intellectuels dans notre pays, des lendemains de la Révolution jusqu’à nos jours, publiée sous la direction de Christophe Charle et Laurent Jeanpierre.

Avec les étudiants de Nanterre
Avec les étudiants de Nanterre Crédits : Le Progès - Maxppp

Et on commence par la fin : l’essor des sciences humaines et sociales depuis l’âge d’or des années 60 et 70

Mathieu Hauchecorne relève le paradoxe : au début de cette période, le contraste est grand entre la présence dans l’université de ces disciplines et l’attraction qu’elles opèrent dans le monde intellectuel, alors que de nos jours elles sont installées dans le monde universitaire, délivrent des diplômes et disposent de revues spécialisées mais peinent à se faire entendre face aux discours tendant à « naturaliser » le monde social. Pourtant l’évolution des sciences humaines et sociales vers un pragmatisme qui confine à l’expertise de terrain, toujours bienvenue dans les médias au moment des grandes crises sociétales, aurait dû asseoir leur légitimité dans l’espace public. Il n’en est rien, comme en témoigne la sortie récente d’un premier ministre à propos des analyses et des éclairages portés sur les attentats de Paris : « expliquer, c’est déjà vouloir excuser ».

Dans les années 60, l’expansion des sciences humaines est aussi due à un facteur démographique

L’accroissement des effectifs étudiants entraîne l’augmentation du nombre d’enseignants dans ces disciplines nouvelles à l’université : « entre 1967 et 1973, la part relative des sociologues parmi les enseignants du supérieur double quand celle des linguistes triple ». De nouvelles facs comme Nanterre ou Paris-Dauphine, dévolues aux SHS, sont créées, Vincennes en 1968, comme « le lieu d’innovations pédagogiques et théoriques souvent radicales ». Une « politique des sciences sociales » soutient cette expansion : commandes publiques pour des enquêtes de terrain, institutions de recherche comme le Centre d’étude des revenus et des coûts ou le Centre de coordination et d’orientation des recherches sur le développement économique et social, rattaché au Plan, ont recours aux services des « ingénieurs sociaux ». L’intérêt des décideurs publics se traduit également dans toute une série d’événements scientifiques : colloques, publications, controverses, traductions. Et de grandes enquêtes enrichissent et modifient la perception de l’économie française ou d’institutions comme l’État ou l’École.

Le débat d’idées est alors vif, constructif et consistant dans la sphère intellectuelle

C’est sans doute la raison de son rayonnement international. Nous sommes à la grande époque du structuralisme. Comme le rappelle Jacqueline Léon, c’est la rencontre de Lévi-Strauss, Jakobson et Cassirer à New York en 1941 qui en est à l’origine, avec l’application de la méthode phonologique à l’anthropologie. Les relations de parenté peuvent ainsi être formalisées de manière algébrique, et les mythes qui se pensent dans les hommes et à leur insu, forment des structures qui régissent et ordonnent sous le vécu des individus. Lacan participe de ce mouvement en mettant l’accent sur la dimension linguistique de l’inconscient et en dénonçant « la représentation de l’homme comme sujet autonome et conscient de soi ». Althusser conteste la thèse philosophique selon laquelle les hommes sont les sujets de l’histoire et tire de sa lecture de Marx les arguments d’un « anti-humanisme » qui s’oppose à l’existentialisme. C’est la mort annoncée de « cette étrange figure du savoir qu'on appelle l'homme », d’invention récente et dont Foucault prédit dans Les Mots et les Choses qu’elle pourrait bien s’effacer « comme à la limite de la mer un visage de sable ». Mais un tournant s’opère au terme de ces deux décennies, que Foucault incarne parfaitement avec ce qu’il appelle les « processus de subjectivation » à l’œuvre dans le souci de soi, sujet du dernier volume de son Histoire de la sexualité. Comme le résume Jean-François Bert, « ces schémas de pensée qui postulaient que les acteurs vivent dans l’illusion, sont inconscients de leurs véritables déterminations sociologiques, historiques et langagières perdent de leur vigueur au cours des années 1970 » et un regain d’intérêt se manifeste pour les formes de l’autonomie individuelle et de l’émancipation, dans les « nouveaux mouvements sociaux » étudiés par Alain Touraine, ou la part de stratégie personnelle mobilisée dans ce que Bourdieu a défini comme l’habitus. En linguistique la primauté est donnée à l’énonciation sur l’énoncé, à la dimension performative et aux actes de parole. Les sciences humaines informent autant qu’elles suivent l’esprit du temps dans un mouvement qu’on pourrait qualifier de dialectique. Conclusion de Mathieu Hauchecorne : « Structurées autour de groupes de pairs, qui permettent à des spécialistes de s’exprimer auprès d’autres spécialistes et d’être évalués par eux, elles se définissent aujourd’hui autour d’objets, de questions et de méthodes qui leur sont spécifiques, au risque de perdre en influence sur le monde ce qu’elle ont gagné en indépendance. »

Par Jacques Munier

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......