LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Conteneurs chinois au port de Long Beach, Los Angeles, 29/09/2018

Mondialisation : le jour d’après

5 min
À retrouver dans l'émission

La guerre commerciale Etats-Unis/Chine suscite les commentaires sur l’état et l’avenir de la mondialisation.

Conteneurs chinois au port de Long Beach, Los Angeles, 29/09/2018
Conteneurs chinois au port de Long Beach, Los Angeles, 29/09/2018 Crédits : M. Ralston - AFP

Œil pour œil, dent pour dent c’est ainsi qu’on peut la résumer. « Une conséquence du même genre d’émotions – la peur et l’orgueil – qui déclenchent de vraies guerres » observe Gideon Rachman dans le Financial Times, un article relayé par _Courrier International_qui publie un dossier consacré au sujet. 

Si les deux rivaux sont prêts à prendre le risque de se lancer dans une véritable guerre commerciale, c’est parce que chacun croit pouvoir gagner

ajoute l’éditorialiste, qui rappelle que lorsqu’une guerre éclate, « toutes sortes de nouvelles armes sont développées ». In fine, au terme de la surenchère sur les taxes douanières, l’arme ultime de la Chine pourrait bien se trouver dans l’achat de la dette américaine. Il lui suffirait de cesser d’acheter des bons du Trésor américain pour faire pression sur les États-Unis, qui peineraient alors à financer leur déficit. Cela dit, on pensait jusqu’à présent que « la Chine ne se débarrasserait jamais de ses titres de dette américains car cela ferait plonger la valeur de ses propres économies »… Un jeu à somme nulle ? Dans Le Monde diplomatique, Martine Bulard souligne l’initiative commune de « la très branchée Silicon Valley – bastion démocrate » et de la très ancienne Rust Belt (« ceinture de la rouille ») – fief du président américain – et les géants de la sidérurgie » pour faire front commun contre la Chine. Mais en l’occurrence, « il s’agit davantage de défendre les actionnaires que les ouvriers en colère, même si certains peuvent bénéficier de la lutte contre les importations à bon marché ».  C’est que « le libre-échange vanté un peu partout – y compris par M. Xi – a laissé sur le carreau des millions de salariés à travers le monde et causé des dégâts écologiques sans précédent », mais « le protectionnisme entièrement tourné vers le libre profit tel que le pratique M. Trump ne changera guère la donne pour l’immense majorité des citoyens américains. Le bras de fer commercial risque donc de ne faire que peu de gagnants... voire aucun » conclut Martine Bulard. Qui se demande « où s’arrêtera l’escalade ? », c’est le titre de son article. Car la Chine – souligne-t-elle – se refuse désormais à faire profil bas, rejetant « la doctrine du père des réformes, Deng Xiaoping, qui préconisait « de cacher ses talents et d’attendre son heure ». A contrario, l’actuel président a choisi de s’affirmer sur la scène internationale comme numéro un d’un « grand pays » – pour reprendre son expression – traitant d’égal à égal avec l’Amérique ». Si Pékin « aime à vanter ses résultats (800 millions de Chinois sortis de l’extrême pauvreté) », le pays « a surtout utilisé en sa faveur les règles édictées par les nations les plus puissantes, États-Unis en tête. 

Mais rien n’obligeait les dirigeants occidentaux à ouvrir leur pays à tous les vents commerciaux, à encourager les délocalisations et à supprimer un à un leurs instruments d’intervention économique sous la pression des multinationales – lesquelles se sont ruées sur le territoire chinois . Martine Bulard

Et de souligner qu’aujourd’hui encore, « plus de quatre exportations chinoises sur dix (42,6 %) sont effectuées par des entreprises étrangères qui maîtrisent la totalité de la chaîne du produit (de la conception à la vente) et engrangent le maximum de profits. L’exemple le plus connu est celui de l’iPhone d’Apple, assemblé en Chine, mais dont la part chinoise ne représente que 3,8 % de la valeur ajoutée, quand 28,5 % reviennent aux États-Unis. »

Multipolarité contre multilatéralisme

C’est ce que rappelle également Zaki Laïdi dans sa contribution au dossier de la revue Le débat sur les « Troubles dans la mondialisation ». Il y insiste sur le fait que les « chaînes de valeur ont profondément modifié la nature des enjeux commerciaux. Le schéma selon lequel un pays exporte un produit fini vers un autre est aujourd’hui presque obsolète. » Plus de 6 voitures allemandes sur dix vendues aux Etats-Unis sont fabriquées dans le pays. Le cas de l’iPhone l’illustre autrement : la valeur ajoutée par sa fabrication chinoise est négligeable. « Les chaînes de valeur constituent de fait l’instrument le plus effectif contre le protectionnisme car en taxant des produits importés on accroit le prix du produit final utilisant ces produits importés comme intrants. » Le système commercial multilatéral, du Gatt à l’OMC, s’en trouve concrètement renforcé. Reste que dans un monde devenu largement multipolaire, le multilatéralisme qui était l’horizon d’une mondialisation régulée et profitable à tous est désormais entré en crise du fait notamment de ceux qui ont su en profiter le plus, comme la Chine. Et si les Etats-Unis ne sont « plus assez puissants pour dominer le jeu commercial multilatéral, ils demeurent redoutables dès qu’ils en sortent », même s’il faut rappeler aussi que le jeu a été et « demeure largement favorable aux intérêts américains ». Dans Les Echos, Dominique Moïsi estime que la confrontation Chine Amérique est le risque majeur des années à venir

Les deux premières puissances mondiales sont poussées, l’une pour Washington, par une volonté de se retirer du monde trop vite et pour Pékin par le désir d’imposer son nouveau statut trop rapidement. 

Par Jacques Munier

Chroniques
6H45
10 min
Les Enjeux internationaux
ONU : un multilatéralisme social est-il possible ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......