LE DIRECT
Manifestation à Londres, 20/09/19

Un sommet pour le climat

4 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd’hui s’ouvre à New York le Sommet des Nations Unies pour le climat. Et vendredi la mobilisation, notamment de nombreux jeunes, a été importante partout dans le monde.

Manifestation à Londres, 20/09/19
Manifestation à Londres, 20/09/19 Crédits : Getty

En raison d’un appel à la grève de plusieurs organisations syndicales portant sur l’activité des techniciens de la Direction aux antennes affectés à France Culture, nous ne sommes pas en mesure de diffuser l’intégralité de nos programmes habituels. Ni de vous proposer certaines réécoutes ou podcasts. Nous vous prions de nous en excuser.

Plus de quatre millions de personnes ont manifesté et « 5 800 actions dans 163 pays, 73 syndicats, 820 associations de la société civile ou encore 3 024 entreprises » ont été engagés dans le mouvement de grève pour le climat, selon le bilan présenté par l’ONG internationale 350.org, que cite Le Monde. « Commencées en Asie, les manifestations ont été particulièrement réussies en Australie, avec près de 400 000 personnes, mais aussi des milliers de manifestants au Japon, en Inde, aux Philippines, au Pakistan ou encore en Thaïlande. La jeunesse africaine a elle aussi défilé, avec 5 000 personnes en Afrique du Sud, mais aussi des centaines de lycéens à Kampala, en Ouganda. » C’est L’Allemagne qui remporte la palme du pays qui a le plus mobilisé, avec 1,4 million de marcheurs. Manifestation très suivie également à Londres, avec 100 000 personnes dans les rues. Les jeunes se sont mobilisés aussi au Portugal, en Turquie, aux Pays-Bas, en Grèce, en Italie… En France, 40 000 manifestants se sont rassemblés dans plusieurs villes. Comme Greta Thunberg, la Canadienne Severn Cullis-Suzuki s’était fait connaître à l’âge de 12 ans, en 1992, à la tribune du sommet de la Terre de Rio. Aujourd’hui biologiste et écologiste, elle poursuit son engagement aux côtés d’un peuple autochtone, les Haïda, et affirme que nous devons nous inspirer de leur sagesse pour vivre en harmonie avec la nature. Dans les pages idées de Libération, elle « insiste sur la nécessité d’un combat intergénérationnel ». Elle souligne la surreprésentation des filles dans ce mouvement. 

Ce sont les femmes qui, sur cette planète, s’occupent le plus souvent des enfants, font attention à leur éducation, à leur santé, lisent la liste des ingrédients sur les aliments qu’elles donnent à manger, donnent à des ONG environnementales, se préoccupent de l’avenir.

Alors que la société ne valorise pas ces comportements et les valeurs qui les sous-tendent, elle observe que « notre PIB, qui n’a jamais été censé mesurer la qualité de vie, croît après le passage d’un ouragan ». Et elle cite l’ex-ministre des Finances canadien, Joe Oliver, qui n’a pas hésité à affirmer « que le Canada profitera du changement climatique car cela fera croître notre PIB ». C’est pourquoi elle s’interroge « sur nos valeurs. Nous avons besoin de plus de femmes au pouvoir pour contrebalancer cela », estime-t-elle. Et pour illustrer notre situation actuelle, elle rappelle que l’esclavage a été « le moteur de l’économie mondiale pendant des siècles. Les antiabolitionnistes brandissaient la menace d’un désastre économique, de la même manière que les lobbys des énergies fossiles nous assurent qu’on ne peut pas se passer de celles-ci. »

"À ceux dont les îles seront englouties"

Courrier international publie un texte de Robert Templer, auteur irlandais aujourd’hui consultant en matière de sécurité et de risques pour l’ONU. Il s’agit d’une lettre adressée aux derniers habitants des Maldives en 2060, là où une forme de tourisme « probablement l’une des plus polluantes du monde » s’est développée à une échelle industrielle. 

Si nous avions commencé en 2000, il aurait fallu réduire les émissions de gaz carbonique de 3 % par an, soit un seuil gérable, pour maintenir la hausse des températures à 2 °C. Si nous avions commencé en 2019, il aurait fallu baisser de 10 % par an. Cela nous aurait coûté environ 3 000 milliards de dollars par an en investissements dans les énergies propres pour limiter le réchauffement à 1,5 °C – une somme considérable, mais bien en dessous des quelque 5 000 milliards par an engloutis par les énergies fossiles sous forme de subventions diverses.

L’hebdomadaire indique qu’à l’initiative de la Columbia Journalism Review et de The Nation, 170 organes de presse se sont engagés à renforcer leur couverture de la crise climatique.

Un Sommet action climat

L’Humanité évoque le sommet qui doit rassembler aujourd’hui une soixantaine de chefs d’État et de gouvernement à New York. « Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, ambitionne de ranimer une dynamique internationale aujourd’hui léthargique. » Marie-Noëlle Bertrand précise que pour lui seuls les États qui auront des engagements clairs à mettre sur la table auront accès à la tribune. « En faisant cela, le secrétaire général de l’ONU prend le risque de s’attaquer à Trump et à ses partenaires », relève Maxime Combes, économiste et membre d’Attac.

La Croix fait sa une de l’événement et suggère plusieurs pistes pour agir sur le climat : consommer moins d’énergie, modifier nos habitudes alimentaires et se déplacer autrement. Marine Lamoureux souligne que le sommet de l’ONU doit également convier le monde de la finance et la société civile.

Et à propos de la journée sans voiture à Paris, hier dimanche, Alain Devès rappelle dans Les Echos que bien que la marche soit « citée par 49 % des Parisiens comme le premier mode de déplacement utilisé en journée, les trottoirs et voies piétonnes n’occupent que 11 % de l’espace public de la capitale, quand 50 % est encore dédié aux véhicules motorisés qui ne représentent plus que 13 % des modes de déplacement dans Paris 

Par Jacques Munier

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......