LE DIRECT
Notre-Dame de Paris, 16 avril 2019,

Notre-Dame : comment reconstruire ?

5 min
À retrouver dans l'émission

Le débat est ouvert.

Notre-Dame de Paris, 16 avril 2019,
Notre-Dame de Paris, 16 avril 2019, Crédits : AFP

Pour Benjamin Mouton, ancien architecte en chef de la cathédrale, la reconstruction ne doit pas émaner d’un geste créateur solitaire et « hors sol » mais intégrer la tradition du savoir-faire artisanal français. Il souligne dans Le Monde qu’il faudra « se mettre dans les pas des grands architectes, ces géants anonymes, qui se sont succédé à partir de 1164 et jusqu’à nos jours pour bâtir cette cathédrale, toujours en renforçant son harmonie » Car ils « ne travaillaient pas pour eux, mais pour l’architecture, pour l’œuvre elle-même ». Et d’insister sur la place que doivent avoir « les compagnons d’aujourd’hui, maîtres tailleurs de pierre, charpentiers ou verriers », héritiers des bâtisseurs de cathédrales du Moyen-Age. Pour autant, l’idée d’une reconstruction à l’identique est illusoire, le bâtiment ayant évolué au fil du temps. Benjamin Mouton rappelle que « dans les années 1930, des maîtres verriers ont proposé de remplacer les vitraux installés au XIXe siècle par Viollet-le-Duc, qu’ils trouvaient trop tristes, par des vitraux plus gais. Trois décennies plus tard, après de longs débats, cela a été accepté. Si ces vitraux très récents ont pu s’intégrer à l’ensemble, ce n’est pas parce qu’ils répètent un vocabulaire ancien, mais parce qu’ils respectent l’harmonie et la composition du lieu. » Dans Le Figaro, Paul Thibaud – l’ancien directeur de la revue Esprit - évoque même « le génie d’une architecture sans architecte » et la force plastique de Notre-Dame, « la manière parfaite, exhaustive pourrait-on dire, qu’elle a d’occuper son lieu, de se placer dans le tissu parisien, le récit parisien, avec une autorité sereine, discrète et d’autant plus convaincante ». 

Son site, elle l’occupe complètement. Pour cela, du côté du chevet, elle met en œuvre la capacité du gothique de se répandre, grâce à la série des arcs-boutants qui montent et descendent du fleuve à l’édifice et qui tendent la main, peut-on dire, au bout de l’île, à la crypte de la déportation.

Et sur la grandiose façade ouest, « le gothique s’exprime avec un accent classique, tant les lignes verticales et les lignes horizontales s’y équilibrent », composant un ensemble sur lequel les deux tours « se trouvent à l’aise parce qu’elles poursuivent, achèvent en y ajoutant seulement un peu plus de verticalité, mais dans le même registre, une belle mélodie ». D’où l’« extraordinaire force ascensionnelle » que déploie « cette composition stable et ancrée ». 

#TouchePasNotreDame

Julien Lecarme, de l’Institut de la charpente et de la construction bois des Compagnons du devoir estime quant à lui sur le site de l’hebdomadaire Le Point que l’on peut reconstruire à l’identique, une tâche courante sur les monuments historiques, même si les métiers sont en tension. La flèche, notamment, réalisée sur instructions de Viollet-le-Duc par le compagnon Henri Georges, « un ouvrage exceptionnel, qui a d’ailleurs une sœur sur la cathédrale d’Amiens », dispose d’une maquette chez les Compagnons. Quant au bois de charpente, « la ressource forestière existe » et l’on peut laisser pousser tranquilles les chênes centenaires car « les matériaux bio et géo-sourcés doivent être présents sur ce bâtiment. Ce serait un contre-sens historique de ne pas avoir de matières renouvelables au XXIe siècle pour restaurer un ouvrage du XIIIe siècle ». Cela dit, la question du temps imparti à ces travaux par le président de la République – cinq ans – revient chez tous les professionnels de la restauration. « On est sur une échelle de temps long – souligne Julien Lecarme. Le compagnonnage vient d’ailleurs de là : la plupart des ouvriers ne vivaient pas assez longtemps pour voir l’ouvrage achevé. » La sécurisation du site doit d’abord être assurée : une phase de confortement d’extrême urgence, destinée à assurer l’équilibre général des volumes, a déjà débuté : tout ce qui doit être étayé, voire déposé pour la stabilisation de l’ensemble. Sous les trombes d’eau déversées par les pompiers, les mortiers en ont bavé et il faut examiner toutes les jointures de la structure de pierre, notamment celle des pignons qui pourraient entraîner un effondrement des tours. C’est alors seulement que la phase d’expertise pourra commencer. L’enquête elle-même sur l’origine de l’incendie est une tâche de longue haleine, dans les décombres de ce qu’on appelait la forêt en désignant l’immense charpente. Essayez de mettre le feu à une bûche avec une allumette et vous comprendrez l’enchaînement nécessaire à enflammer 1000 m2 de toiture avec une charpente constituée de 1300 fûts de chêne… Autant dire que les touristes affluant aux Jeux olympiques d’été en 2024 risquent fort de trouver la cathédrale engloutie sous une forêt d’échafaudages. 

107 ans, c’est ce qu’il a fallu pour construire la cathédrale, d’où le dicton que rappelle Michel Zink dans l’édition papier de l’hebdomadaire Le Point : « On ne va pas attendre 107 ans ». Le professeur au Collège de France évoque un conte médiéval tiré d’un sermon de Sully, évêque bâtisseur de Notre-Dame : l’histoire d’un moine qui se promène en forêt et entend un oiseau dont le chant le ravit. De retour au monastère plus personne ne le reconnaît car il a pris cent ans dans l’intervalle, une bribe d’éternité au regard de Dieu.

Par Jacques Munier

Chroniques

6H45
10 min

Les Enjeux internationaux

Inde : Modi contre Gandhi, une polarisation dangereuse ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......