LE DIRECT
Wuhan Motor Show

Macron, « le cheval qui domine le dragon »

5 min
À retrouver dans l'émission

En mandarin, la transcription du nom de Macron est Makelong, soit « le cheval qui domine le dragon », c’est dire si le président est accueilli avec considération.

Wuhan Motor Show
Wuhan Motor Show Crédits : Chen Wen - AFP

On sait que le voyage présidentiel a plusieurs objectifs : se poser en interlocuteur européen privilégié des Chinois et conclure d’importants contrats, notamment pour Airbus et Areva. Dans le contexte créé par le repli isolationniste des Etats-Unis, l’ambition géopolitique est loin d’être secondaire, alors que l’Union européenne est le premier partenaire commercial de la Chine, devenue le deuxième importateur mondial. L’aspect culturel n’est pas négligeable non plus pour les deux pays et le président français a d’emblée placé sa visite sous ces auspices, en rendant un vibrant hommage à la culture chinoise et à tout ce qu’elle a inspiré chez nous, de Paul Claudel à Victor Segalen ou les pionniers de la sinologie. Courrier international traduit les attentes chinoises telles qu’elles s’expriment dans le South China Morning Post : pour le quotidien de Hong Kong, viennent en tête « les relations commerciales bilatérales et le désir d’accroître l’influence des deux pays à l’international ». Le professeur Ding Chun, qui dirige le département d’études européennes de l’université Fudan, à Shanghai rappelle que « Le gouvernement Macron doit assumer la dure tâche de revitaliser l’économie française, et la Chine est le bon partenaire pour y parvenir ». Il ajoute que la Chine comme la France sont favorables au multilatéralisme et à la réforme de la gouvernance mondiale, une base solide pour des discussions et une compréhension mutuelle. Shi Zhinqin, professeur en relations internationales à l’université de Tsinghua estime que « Macron a apporté de la stabilité à l’UE, ce qui va dans le sens des intérêts chinois », car « La Chine veut une Europe stable et prospère, surtout dans le contexte de protectionnisme et d’incertitude géopolitique engendré par le président Donald Trump ». Les partenariats dans les technologies de pointe, notamment le secteur énergétique – nucléaire et renouvelables –, l’aéronautique et l’intelligence artificielle sont également mis en avant, de même que la lutte contre le changement climatique. Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles et s’il est vrai, comme le montre Pierre Grosser dans un livre paru chez Odile Jacob sous le titre L’histoire du monde se fait en Asie, que le pivot du monde est en train de se déplacer vers l’Extrême-Orient, nul doute que cette visite présidentielle ne se place dans l’axe de cette évolution. L’ouvrage revient d’ailleurs en détail sur les prémisses du basculement, avec la victoire du Japon face à la Russie en 1905, déterminante pour le jeu des alliances qui entraîna la Première Guerre mondiale, ou sur le conflit en Mandchourie, terre de rivalité entre Chinois, Russes et Japonais dans les années 20, qui amorça la situation géopolitique à l’origine de l’extension planétaire de la Seconde Guerre mondiale. Décentrer le regard, comme le fait aujourd’hui l’histoire globale, permet de mieux comprendre le cours du monde, notamment dans ses convulsions. Et rend justice à l’aspiration des pays émergents à mettre en cause la domination occidentale, jusque dans le récit des événements. Reste que si la démocratie n’est pas un produit d’exportation comme un autre, les droits humains doivent être défendus comme une valeur universelle. « L'année 2017 restera pour la Chine celle où le président, Xi Jin-ping, a su renforcer ses pouvoirs comme aucun de ses prédécesseurs en quatre décennies de rapide développement économique. Elle demeurera aussi l'année où un Prix Nobel de la paix, Liu Xiaobo, est mort en détention » rappelle Harold Thibault dans Le Monde. Si l’on préfère évoquer les cas de dissidents dans la discrétion sous prétexte qu’on optimise ainsi les chances de résultats, cette discrétion réduit du même coup la pression, estime le journaliste. Qui rappelle la visite à Pékin du président américain, s'étonnant d’un Wow ! « en voyant les drapeaux agités par des enfants sur son passage, une prouesse de régime autoritaire » et oubliant du même coup « de tenir tête à son homologue Xi Jinping, se couvrant ainsi de ridicule ». Une défaite aussi « pour ceux qui ont cru qu'avec la prospérité économique, le pouvoir concéderait un minimum d'espace civique ». Avec la croissance économique, la projection de puissance par le projet de " nouvelles routes de la soie ", le président chinois « a fait miroiter à son peuple un rêve d'enrichissement et de grandeur. Mais pour ce qui est du droit à se défendre devant une justice équitable et indépendante, ou de celui d'exprimer son désaccord avec le parti unique, la situation est déplorable » conclut Harold Thibault. Dans ce domaine comme dans d’autres, rien ne remplace les vertus du dialogue. Dans un débat à Taipei sur Tchouang-tseu et la philosophie, le sinologue Jean-François Billeter tentait de traduire des concepts fondamentaux comme raison, matérialisme, sujet ou politique. Leur signification et leur champ sémantique ne sont pas directement transposables. Le mot politique, par exemple, qui renvoie pour nous à la cité grecque et suggère l’idée d’une association de citoyens libres et égaux délibérant publiquement de la façon de prendre en main leur destin n’a qu’un équivalent affaibli en chinois dans un néologisme récent qui associe le concept de gouvernement au fait d’assurer le bon fonctionnement de quelque chose. Si l’on veut encourager la démocratie en Chine, il faudra faciliter l’acculturation d’une notion étrangère à sa culture par le dialogue entre les peuples.

Par Jacques Munier

Chroniques

6H45
10 min

Les Enjeux internationaux

"L'affaire Russe" a-t-elle vraiment détérioré les relations Washington-Moscou?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......