LE DIRECT
Contre le bouclier fiscal, mars 2009

L'accroissement des inégalités

5 min
À retrouver dans l'émission

Le Monde publie les premiers résultats d’une grande enquête internationale sur l’accroissement des inégalités, de revenu et de patrimoine.

Contre le bouclier fiscal, mars 2009
Contre le bouclier fiscal, mars 2009 Crédits : Giefem - Maxppp

Elle révèle, au-delà d'un accroissement global des richesses, sous l’effet de la libéralisation et de « l'explosion des échanges due à la mondialisation », une grande hétérogénéité de situations qui reflètent des « réponses culturelles et politiques très diverses ». Marie Charrel, Marie de Vergès et Philippe Escande ont fait la synthèse du Rapport sur les inégalités mondiales : « depuis les années 1980, le " top 1  % " des personnes les plus riches du monde a capté 27  % de la croissance du revenu, contre 12  % pour les 50  % les plus pauvres de la planète. Cette catégorie-là a tout de même vu ses revenus progresser du fait de l'essor des pays émergents, la Chine au premier chef ». Entre les deux, les classes moyennes « ont subi la plus faible croissance, voire la stagnation de leurs revenus ». Et si la hausse des inégalités au niveau mondial « semble s'être un peu tempérée à partir de 2007, c’est du fait de « la lente convergence des revenus moyens entre différentes parties du monde ». Où demeurent toutefois de grandes disparités, la croissance des inégalités s'étant poursuivie à des rythmes différents selon les pays, preuve selon les auteurs du rapport, " que les institutions et les politiques publiques jouent un rôle dans leur évolution ". Par exemple, « les Etats-Unis et l'Europe, malgré un niveau d'ouverture commerciale comparable, n'ont pas du tout suivi la même trajectoire ». Si les niveaux d'inégalités y étaient proches dans les années 1980, celles-ci se sont ensuite creusées beaucoup plus vite et plus fortement aux Etats-Unis. Protégée par son modèle social, « fait d'un système de redistribution généreux et d'une fiscalité plus progressive », mais aussi de politiques salariales plus favorables aux classes populaires et d’un système d'éducation relativement égalitaire, l’Europe « est la région où l'écart entre le 0,001  % le plus riche et les 50  % les moins aisés s'est le moins creusé ». Mais pour Lucas Chancel et Thomas Piketty, elle peut mieux faire : « on n'a pas su réguler le libre-échange au sein de l'Union par de la solidarité fiscale et une mise à contribution des premiers bénéficiaires de la mondialisation et de l'intégration économique ». Championne de la concurrence fiscale en son sein, elle s’expose ainsi au risque de miner le consentement à l'impôt, estiment les économistes, et de créer « un ressentiment dans les classes populaires et moyennes. A un moment, les contribuables captifs finissent par se rebeller. Cela se traduit par une montée insidieuse du sentiment antimondialisation et anti-Europe ». Le rapport pointe également « un transfert massif de la richesse publique vers le privé », qui « restreint la capacité des gouvernements à redistribuer les revenus et à limiter la progression des inégalités ».

Comment faire pour corriger cette dérive et ses conséquences néfastes ?

Outre la fiscalité progressive et la lutte contre l’évasion fiscale, Nicolas Duvoux suggère notamment dans La Croix de renforcer la lutte contre les discriminations, car ce sont souvent les mêmes qui en subissent les effets conjugués avec les inégalités de salaire, et en particulier les femmes. Le sociologue insiste également sur notre système de valeurs : celles « qui mettent en avant la responsabilité individuelle dans la réussite ou l’échec constituent un obstacle important à la correction des inégalités ». Dans la même page Débats du quotidien, Alain Trannoy confirme l’urgence d’une harmonisation fiscale en Europe, l’idée n’étant pas de « punir ceux qui réussissent, mais qu’ils prennent leur juste part au financement des services publics et des systèmes de redistribution ». Et l’économiste revient sur le rôle crucial de l’éducation : « Aux États-Unis, de nombreuses études montrent qu’une grande partie de l’écart grandissant entre riches et pauvres s’explique par la prime accordée aux salariés les plus qualifiés. Comme le système éducatif américain a eu du mal à augmenter le nombre de salariés les plus qualifiés, cette rareté a conduit à faire progresser leurs revenus bien davantage que ceux du reste de la population. » Dans sa lettre politique Laurent Joffrin se félicite que « l’Europe qui a maintenu vaille que vaille un Etat-providence en état de marche, qui a conservé des taux d’imposition redistributifs, qui a investi massivement dans l’éducation », ait ainsi résisté à la vague néolibérale qui vise à dépouiller l’État social. Et soit parvenue à contenir la faille sociale qui menace à terme de désintégrer la société. Le Rapport sur les inégalités mondiales, signé par une centaine d’économistes, « pose du coup un problème politique aigu à Emmanuel Macron, du moins tel qu’on le voit gouverner la France depuis six mois – enchaîne le patron de Libération, qui résume sa politique comme « une tentative peinte de couleurs attrayantes pour rapprocher la France du modèle anglo-saxon. Réduction des impôts pour les classes favorisées, libéralisation du marché du travail, ode à l’initiative individuelle et à la réussite matérielle : le macronisme est un libéralisme à visage juvénile. Il peut aboutir à un redressement économique. Mais il y a fort à parier qu’il débouchera sur des inégalités plus grandes. »

Par Jacques Munier

Chroniques

6H45
11 min

Les Enjeux internationaux

Russie. Le paysage de la campagne présidentielle
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......