LE DIRECT

Les médias et l'événement

4 min
À retrouver dans l'émission

On entend fuser les critiques sur la préférence nationale accordée par les médias au FN, alors même que sa présidente n’est pas réputée leur être favorable

On le sait, Marine Le Pen n’est pas une grande amie de la liberté de la presse, elle dont le directeur de cabinet déclarait à la journaliste du Point en mai 2014 : "On va vous marcher dessus. On va vous rentrer dans le lard. – Vous ? – Tous ces connards de journalistes institutionnels !" – fin de citation. La présidente du Front national a la rengaine facile du procès en victimisation, entonnée jadis à volonté par son père. Pourtant, comme le montre le baromètre de L’Argus de la presse, elle aura été de très loin la candidate la plus médiatisée de la campagne des régionales. Régulièrement accusée de favoriser son parti, au point que le hashtag #BFN a fait florès sur les réseaux sociaux, la chaîne d’information continue fait l’objet d’une enquête dans les InRocKuptibles . Entre moulinage à vide de l’info et révélations nuisibles – comme en janvier dernier lorsqu’elle annonçait qu’une femme était cachée dans la chambre froide de l’Hyper Cacher de Vincennes – BFMTV a fait son trou dans le paysage audiovisuel en flattant nos pulsions scopiques. Au risque de créer une « bulle informative », dénoncée par notre confrère de Mediapart Hubert Huertas. « Il n’y a pas d’événements nouveaux chaque seconde. C’est de la publicité mensongère » estime-t-il avant de désigner la stratégie médiatique consistant à donner du spectacle info en continu comme du « storytelling », une version journaleuse de la télé-réalité… Un modèle low cost et populaire analysé dans la foulée par Jean-Marie Charon, sociologue des médias : « sa progression – observe-t-il – s’est produite en pleine explosion d’internet, qui a développé une écriture différente et l’omniprésence de la vidéo ». Visant un public populaire – mais on la subit aussi chez le dentiste à mâchoire déployée – sa stratégie « a consisté à être le média qui fait débattre de l’actualité », tout comme les tabloïds anglais ou allemands, au bar-tabac. C’est ainsi que la chaîne peut se targuer d’être à l’origine d’une expression passée dans le langage courant : la BFMisation, de la vie politique, de l’info, des esprits ou de ce qu’il en reste après plusieurs canons.

Dans les médias, selon un ancien policier, « le terrorisme fait vivre davantage de gens qu’il n’en tue »

C’est évidemment le cas des « spécialistes » et autres « experts » qu’on s’arrache en temps de galerne, l’objet de l’enquête de Géraldine Catalano et Anne Vidalie pour l’Express . De la police et de l’armée, du renseignement ou de la justice antiterroriste, ils sont seulement quelques-uns à être harcelés au téléphone jusqu’à 250 fois par jour dès lors que l’actualité gronde… « Avant même que l’information parvienne jusqu’à nous – confesse Eric Denécé, directeur du centre français de recherche sur le renseignement, qui suivait tranquillement dans son salon le match France-Allemagne au soir du 13 novembre – les chaînes d’infos nous tombent dessus comme la vérole sur le bas-clergé breton. » S’ensuivent des débats où « tout finit par s’emmêler un peu dans cette discussion qui peut virer au café du Commerce » et sombrer dans la banalité ou l’approximation… « Les djihadistes regardent la télé, eux aussi – assure David Thomson, journaliste à RFI très sollicité en ce moment – et parfois ils se marrent… »

Une belle histoire d’amour et d’argent, pour finir

« C’est l’opérateur le plus sexy d’Europe. » L’histoire commence ainsi, elle est racontée par Fabienne Schmitt dans les pages Idées et débats des Echos. « Trois des quatre grands acteurs des télécoms français lui ont déjà fait des avances. » Télécom Italia se paie le luxe d’être convoité à la fois par Vincent Bolloré et Xavier Niel. « Quant au patron d’Orange, Stéphane Richard, il a été le premier à déclarer sa flamme, mais sans jamais passer à l’acte. Si Telecom Italia leur fait tourner la tête, c’est parce que c’est une belle endormie. Et, comme la Belle au bois dormant, tout le monde se demande aujourd’hui quel est le Prince charmant qui va lui donner le baiser pour la réveiller… » L’actif a, paraît-il un gros potentiel, à suivre dans Les Echos

Jacques Munier

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......