LE DIRECT

Questions sur l'engagement de la France en Syrie

4 min
À retrouver dans l'émission

Le chasseur Rafale
Le chasseur Rafale Crédits : Pascal Rossignol - Reuters

Dans Le Monde , Philippe Droz-Vincent prévient contre le risque de tomber dans le piège « tendu par l’État islamique, qui bénéficiera d'une relégitimation nationaliste contre l'étranger ». D’autant que la France s’engagerait ainsi dans une situation aux enjeux régionaux complexes. Mais son raisonnement est entaché d’une curieuse prémisse lorsqu’on sait que 80% des 250 000 victimes syriennes sont dues aux forces gouvernementales : « L'enlisement de ce conflit résulte de l'affaiblissement du régime de Bachar Al-Assad » dit-il. Combien de morts supplémentaires – parmi lesquels une majorité écrasante de civils – devrait-on déplorer dans le cas contraire ? Et l’enlisement semble plutôt à mettre au compte du manque de soutien occidental à l’Armée syrienne libre. Myriam Benraad estime quant à elle qu’à terme une opération terrestre s’impose, les raids aériens n’ayant pas produit de résultats probants en Irak, une opération assortie – je cite « d'actions civiles d'assistance et de reconstruction, en particulier dans les territoires libérés où les populations sont livrées à elles-mêmes, comme à Kobané, réduite à un tas de ruines. La réalité de pouvoirs ayant échoué dans leur rôle de partenaires fiables, lorsqu'ils n'ont pas fait le jeu du terrorisme pour affermir leur emprise, et les dissensions qui minent les oppositions appellent au recentrage immédiat sur la sphère locale comme point de départ. » Mais qui reconstruira la cité antique de Palmyre, que les vandales de Daech ont entrepris de dépouiller et de détruire méthodiquement ? Dans les pages Idées de Libération l’historien Maurice Sartre évoque l’ancienne splendeur de la dénommée « perle du désert », « oasis au carrefour des influences de la Méditerranée gréco-romaine et de la Mésopotamie parthe, des cultures de la Syrie des sédentaires et du monde des nomades du désert. » Miraculeusement préservée depuis lors et « redevenue une grande étape après la construction d’une route directe de Damas vers la vallée de l’Euphrate dans les années 1980 – souligne-t-il – Palmyre avait vu revenir les touristes, près de 150000 avant la guerre. Quel avenir pour une ville désormais privée de son principal atout ? »

Les pages Champs libres du Figaro reviennent sur la question des réfugiés, en comparant la France et l’Allemagne

D’un point de vue économique et social, mais aussi sociétal. Jean-Louis Thiériot rappelle que « depuis la Seconde Guerre mondiale et ses traumatismes, la morale, l’État de droit et les valeurs « démocrates chrétiennes » sont au cœur de la vie politique allemande. La Grundgesetz, la loi constitutionnelle de la RFA, commence par des termes très forts : « Conscient de sa responsabilité devant Dieu et devant les hommes, le peuple allemand, animé de la volonté de servir la paix du monde en qualité de membre égal en droits dans une Europe unie… » Etc. Le spécialiste de droit franco-allemand observe qu’ « il en résulte un patriotisme singulier, le Verfassungspatriotismus , le patriotisme constitutionnel popularisé par Habermas qui s’interdit toute référence aux patries charnelles, assimilées au culte du sang et du sol de triste mémoire. » S’ajoute à cela « le souvenir de la politique nataliste du IIIe Reich, la mémoire des 5,5 millions d’Allemands chassés de leurs terres d’Europe orientale après 1945 auxquels les Syriens et autres Afghans sont facilement assimilés, la laïcité bienveillante et le poids de la culpabilité historique », tout cela rend « les Allemands culturellement imperméables à toute politique identitaire. » Mais, prévient-il, le multiculturalisme pratiqué de longue date dans le pays n’est pas sans risques, d’ores et déjà identifiés. L’Allemagne elle aussi est travaillée par « l’insécurité culturelle ». « Que surviennent des difficultés économiques – conclut le juriste - et l’Allemagne pourrait succomber au populisme qui l’a, jusqu’à ce jour, à peu près totalement épargnée. C’est le projet européen tout entier qui serait alors menacé. »

Jacques Munier

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......