LE DIRECT
Fête de la musique à Nice

Y’a de la joie

5 min
À retrouver dans l'émission

« On va pas se mentir, travailler sur la joie c’est pas toujours gai » annonce en préambule le dossier Joies politiques, puissance d’agir de la revue Vacarme…

Fête de la musique à Nice
Fête de la musique à Nice Crédits : Franck FERNANDES - Maxppp

Mais au final, on peut se réjouir de cette joyeuse livraison. Dans sa contribution sur les vertus de la joie au pays des passions tristes (suivez mon regard déclinant) Alexandre Charrier a l’heureuse idée de citer Simone Weil décrivant l’ambiance des grandes grèves de 36, d’où « émerge une joie pure, sans mélange… Joie de parcourir librement les ateliers où on était rivé sur sa machine… Joie d’entendre, au lieu du fracas impitoyable des machines, de la musique, des chants et des rires. Joie de passer devant les chefs la tête haute… On se détend complètement, on n’a pas cette énergie farouchement tendue, cette résolution mêlée d’angoisse si souvent observée dans les grèves. On est résolu, bien sûr ; mais sans angoisse. On est heureux. » L’article est paru dans La Révolution prolétarienne du 10 juin 1936. « Quand la joie est là, le temps ne compte plus. Elle fait place nette. Elle prend de la place. Occuper des espaces et subvertir le pouvoir, ça produit une joie qui ne s’interroge pas » prévient l’édito de Vacarme après l’ouverture en témoignages couleur et images noir et blanc, sur « ce que déplace Nuit debout ». La prodigieuse dynamique de la joie en politique, Pierre Zaoui en tire la leçon chez Spinoza, qui définissait la joie comme une augmentation substantielle de la puissance d’être et d’agir. Et dans un fragment de joie révolutionnaire Sophie Wahnich raconte – les documents sous les yeux – une fête de la Liberté au Champ-de-Mars le 15 avril 1792. Du Moniteur à L’Ami du peuple en passant par Les Révolutions de Paris, la presse de l’époque décrit la fête comme le spectacle vivant d’un grand « pacte social ». Un spectacle qui « culmine en une cérémonie qui invente les gestes rituels d’un culte civique rendu à une divinité païenne : la Liberté arc-boutée à un texte sacré, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ». Un autre temps de la fête souveraine s’ouvre ainsi : « La nuit mit fin à cette cérémonie, alors commencèrent des danses et des farandoles, égayées encore par des chants civiques ». Le Moniteur insiste sur les compétences populaires à faire l’économie de la violence dans l’art politique, d’autant que « pas un seul alguazil à cheval, pas un seul pousse-cul stipendié n’ont paru pour mettre le désordre, sous prétexte de mettre le holà »… Pour l’historienne, « Être citoyen à part entière est une fête, et la fête est le lieu où chacun trouve une place et joue son rôle indispensable à l’articulation de la vie politique et de la vie comme telle. »

« La joie est en tout, il suffit de savoir l’extraire » disait Confucius

Et compter avec ses doigts est le début du bonheur pour Stella Baruk, qui voit là une façon ludique de développer les aptitudes méconnues des enfants à l’abstraction. « Au départ la numération est un jeu en soi » affirme-t-elle dans les pages idées de Libération. Laissons-les s’amuser avec les chiffres « au lieu de les accabler avec une supposée réalité car trop souvent l’erreur est dans l’énoncé du problème ». Par exemple celui-ci, en CE2 : « un cinéma peut accueillir 376personnes, la caissière a vendu 239 tickets. Combien de fauteuils sont restés inoccupés? Il faudrait soustraire 239 tickets de 376 personnes pour trouver des fauteuils? Et que penser « de la «réalité» de cet énoncé, en CE1? Un camion transportant 92 bidons en a perdu 79… Vous avez vu souvent un camion perdre des bidons sur la route? Et si oui, pouvoir en semer jusqu’à 79? La mathématicienne évoque le classement Pisa 2012 qui estime que les élèves de 15 ans, en France, ont « un niveau très bas » en mathématiques. La réalité est donc plus nuancée « Il y a trop d’enfants en grande difficulté, mais aussi de bons élèves, voire de très bons élèves »…

Par Jacques Munier

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......