LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une photo mise à disposition le 29 septembre 2020 par l'Observatoire européen austral montre une impression d'artiste du trou noir central et des galaxies piégées dans sa toile de gaz.

La détection d’un gigantesque trou noir supermassif très ancien

5 min
À retrouver dans l'émission

Une découverte qui éclaire les mystères de la formation des trous noirs supermassifs et autres actualités scientifiques.

Une photo mise à disposition le 29 septembre 2020 par l'Observatoire européen austral montre une impression d'artiste du trou noir central et des galaxies piégées dans sa toile de gaz.
Une photo mise à disposition le 29 septembre 2020 par l'Observatoire européen austral montre une impression d'artiste du trou noir central et des galaxies piégées dans sa toile de gaz. Crédits : L. CALCADA / Observatoire européen austral - AFP

Une étude parue aujourd’hui dans la revue Astronomy & Astrophysics décrit la détection d’un gigantesque trou noir supermassif très ancien. C'est grâce au Very Large Telescope que cette équipe internationale a fait cette nouvelle observation. Il s'agit d'un trou noir supermassif de très gros volume, qui représente un milliard de fois la masse du Soleil : c’est quasiment la masse d’une petite galaxie. En comparaison, Sagittarius A* - le trou noir de notre Voie lactée - fait environ 4 millions de masses solaires. Avec cette étude, on remonte jusque dans les premiers temps de l’Univers, quand les galaxies ont tout juste commencé à se former alors que l'Univers n'avait même pas un milliard d’années. Ce qu'il y a de nouveau aussi avec ce trou noir, c’est qu’il est entouré de filaments cosmiques et de six galaxies. Selon les auteurs, c’est l’environnement direct du trou noir qui lui a permis de s’alimenter et de grossir. Cela éclaire - en partie - les mystères de la formation des trous noirs supermassifs.  

Entretien avec Michel Marcelin est directeur de recherche émérite au CNRS au Laboratoire d'Astrophysique de Marseille.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Michel Marcelin

Un prochain « forfait patient urgences »

À partir du 1er janvier 2021, il faudra désormais payer un forfait fixe pour un passage aux urgences. Jusqu’à présent, un passage aux urgences n’est déjà pas tout à fait gratuit. On délivre au patient un « ticket modérateur » qui lui laisse régler 20% du coût de ses soins. Si vous n’avez pas d’assurance complémentaire à votre charge, ces frais peuvent s’avérer élevés. Le nouveau projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLESS) a été présenté hier pour réformer la tarification des urgences. Il prévoit donc pour janvier 2021 un « forfait patient urgences », pour toute personne qui ne nécessite pas d’hospitalisation. Le prix de ce forfait fixe sera prochainement défini par arrêté. 

Le système solaire aurait deux plans d'alignement orbital

Selon une étude parue dans The Astronomical Journal, le système solaire aurait deux plans d'alignement orbital. Dans notre système solaire, les planètes sont plus ou moins alignées sur un plan plat, qui encercle l'équateur du Soleil. Ce plan orbital, c’est ce qu’on appelle "le plan de l'écliptique" : ce serait un vestige de la formation du système solaire. Mais, la trajectoire des comètes de longues périodes suggère que d’autres forces externes influencent leur mouvement. Selon les nouveaux calculs analytiques de cette chercheuse japonaise, ces comètes migrent sur un second plan orbital, incliné à 120° : un "plan de l'écliptique vide". Ce plan aurait pu être généré par la marée galactique - par les champs gravitationnels de notre galaxie elle-même. 

Octobre Rose 2020

L’opération "Octobre Rose" commence aujourd'hui. Depuis 1985, “Octobre Rose” cherche à sensibiliser et à soutenir la recherche autour du cancer du sein. Chaque année, le cancer du sein touche près de 59.000 femmes - une femme sur huit - et reste la première cause de mortalité par cancer avec plus de 12.100 décès par an. L’association Ruban Rose le rappelle donc : plus le cancer est dépisté tôt, plus les chances de guérison sont élevées. C’est pourquoi il important de faire les dépistages proposés gratuitement tous les deux ans aux femmes de 50 à 74 ans. Cependant, avec la pandémie de CoVid-19, l’Institut national du cancer craint que les dépistages prennent du retard. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......