LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
CRISPR Cas9 : quel rôle pour le traitement de maladies génétiques ?

CRISPR Cas9 double la durée de vie de souris atteintes de progéria

4 min
À retrouver dans l'émission

CRISPR Cas9 double la durée de vie de souris atteintes de progéria. Et autres actualités scientifiques.

CRISPR Cas9 : quel rôle pour le traitement de maladies génétiques ?
CRISPR Cas9 : quel rôle pour le traitement de maladies génétiques ? Crédits : Getty

Selon une étude parue dans la revue Nature : Crispr Cas 9 doublerait l’espérance de vie de souris atteintes de progéria. C'est ce que mettent en évidence ces travaux de recherche menés par une équipe de l’université de Harvard. La progéria, autrement nommée syndrome de Hutchinson-Guilford, est une maladie génétique très rare, à peine une centaine de cas dans le monde, et qui provoque une sénescence, un vieillissement accéléré des enfants qui en souffrent. L’espérance de vie des patients atteints de progéria est actuellement très limitée puisqu’elle est de 12 ou 13 ans en moyenne. Cette pathologie est causée par une altération des lamines A / C, deux protéines structurales de l’enveloppe des noyaux des cellules et jusqu’à présent aucune thérapie génique ne s’est montrée efficace pour la soigner. L’équipe de Harvard a utilisé le ciseau moléculaire CRISPR Cas9 non pas pour couper une séquence d’ADN déficiente, mais pour remplacer une lettre de l’ADN par une autre, un processus qu’on appelle l’édition de base. Les chercheurs ont ainsi pu corriger la lettre responsable de presque tous les cas de progéria dans ce gène qui produit la Lamine A déficiente. Le résultat est spectaculaire puisque les  souris atteintes de progéria qui ont été l’objet de cette modification par CRISPR ont vu leur espérance de vie multipliée par deux, passant de 215 à 510 jours.  Il s’agit d’une piste sérieuse pour traiter bon nombres d’autres pathologies, puisque la moitié des mutations génétiques pathogènes impliquent la modification d’une seule lettre qui, selon le responsable de l’étude, pourrait être corrigée efficacement par CRISPR Cas9. 

Un nouvel état de la matière a été découvert

Liquide-glace, voilà ce  nouvel état de la matière découvert par des chercheurs de l’Université de Constance en Allemagne qui ont publié leurs travaux dans la revue PNAS. Ni liquide, ni solide, cet état observé à l’échelle microscopique apporte une partie de la réponse à la compréhension de la transition encore énigmatique entre les deux états liquide et solide. Cet état liquide-glace intrigue déjà puisque les chercheurs responsables de l’étude ont montré que les particules de liquide glace sont capables de se mouvoir, mais pas de tourner. 

En 2020, la Terre a tourné un peu plus vite sur elle-même

Les 28 jours les plus rapides depuis 1960 ont eu lieu en 2020. Après avoir ralenti pendant des décennies, la vitesse de rotation de la Terre a de nouveau accéléré l’année dernière et les jours ont été en moyenne plus courts de 0,05 millisecondes. Ce changement léger signifie que la Terre tourne un petit peu plus de 365 fois sur son axe pour faire un tour complet du Soleil. Certains travaux suggèrent que le changement climatique et notamment la fonte des glaces avec la redistribution des masses que cela implique, pourrait faire tourner la Terre plus vite sur son axe. Cette accélération pourrait poser problème pour l’ajustement des horloges atomiques qui synchronisent les satellites et d’autres équipements. Les responsables du Service international de la rotation terrestre et des systèmes de référence réfléchissent déjà au recours à une seconde intercalaire négative pour compenser cette accélération.

Six formes de prédiabète ont été identifiées

Les travaux menés par une équipe de médecins allemands viennent de paraître dans la revue Nature medicine. Le diabète n’apparaît pas du jour au lendemain et la phase pré diabétique peut durer plusieurs années. En se basant sur les caractéristiques physiologiques de près de 900 personnes les médecins ont pu identifier six groupes de prédiabatiques présentant des risques de diabètes allant de faibles à forts. Cette classification a été confirmée par l'analyse d'une seconde cohorte de 7.000 volontaires en Angleterre cette fois. Les médecins espèrent que cette grille de lecture pourra permettre d'identifier plus tôt les personnes les plus exposées au diabète de type 2 et leur proposer le traitement adapté.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......