LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ces onze images figurent l’astéroïde Kleopatra. Les clichés ont été pris entre 2017 et 2019 au moyen de l’instrument SPHERE qui équipe le VLT de l’ESO.

Des images hautement détaillées du plus atypique de nos astéroïdes

6 min
À retrouver dans l'émission

Mieux comprendre le mystérieux Kleopatra, l’astéroïde avec une forme d’os de chien et autres actualités scientifiques.

Ces onze images figurent l’astéroïde Kleopatra. Les clichés ont été pris entre 2017 et 2019 au moyen de l’instrument SPHERE qui équipe le VLT de l’ESO.
Ces onze images figurent l’astéroïde Kleopatra. Les clichés ont été pris entre 2017 et 2019 au moyen de l’instrument SPHERE qui équipe le VLT de l’ESO. Crédits : ESO

Deux études parues aujourd’hui dans la revue « Astronomy & Astrophysic » détaillent avec une précision inédite le plus atypique des astéroïdes de notre système solaire.  Il s’agit de l’astéroïde Kleopatra, en forme… d’os de chien : ni sphéroïde ni patatoïde (comme la plupart des objets de notre système solaire), il présente une forme d’haltère. Il orbite autour du Soleil, entre Mars et Jupiter, à plus de 200 millions de kilomètres de nous. Deux équipes internationales viennent d’imager cet objet avec la plus grande précision. Aujourd’hui, si on est capable d’imager, à cette distance, un petit objet de seulement 270 kilomètres de long, c’est grâce à l’instrument SPHERE du VLT, le Very Large Telescope, l'instrument le plus puissant au monde dans ce domaine, avec la meilleure résolution. Les chercheurs ont donc imagé Kleopatra à différents moments, entre 2017 et 2019, puis des algorithmes ont reconstitué sa forme 3D. Cet objet possède deux lunes et, grâce à l’orbite de ces lunes, on a pu déterminer avec précision sa masse, puis sa densité. Les résultats remettent en cause tout ce que l’on pensait de lui… 

Entretien avec Pierre Vernazza, chercheur CNRS au Laboratoire d’Astrophysique de Marseille et co-auteur de cette étude. 

Écouter
2 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Pierre Vernazza

L’ancienne Ministre de la Santé convoquée par la Cour de justice de la République  

L’ancienne ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn est convoquée par la Cour de justice de la République (CJR). Depuis juillet, cette cour enquête sur la façon dont le gouvernement a géré l’épidémie de Covid-19 en France. Selon les révélations du journal "Le Monde" ce midi, l’ex-ministre est convoquée demain devant la CJR. À l’issue de cet interrogatoire de première comparution, elle risque une mise en examen pour « abstention volontaire de combattre un sinistre »,  et pour « mise en danger de la vie d’autrui ».  Le 16 février 2020, elle avait démissionné de son poste, au moment même où la première vague de Covid-19 se déclarait en France. 

La contraception gratuite pour toutes les femmes de moins de 25 ans

En janvier, la contraception va devenir gratuite pour toutes les femmes de moins de 25 ans. C’est ce qu’a annoncé ce matin Olivier Véran, actuel ministre de la santé. A partir de janvier     prochain, toutes les contraceptions féminines (pilules et autres méthodes contraceptives) seront prises en charge par l’Assurance Maladie. Le ministre a déclaré qu’il y avait « un recul de la contraception chez les jeunes femmes », le plus souvent pour des raisons économiques, d’où l’extension de cette gratuité. Jusqu’à présent, seules les mineures pouvaient bénéficier d’un     accès gratuit.

ITER accueille l’aimant le plus puissant au     monde 

Enfin, le réacteur de fusion nucléaire ITER a accueilli ce matin l’aimant le plus puissant au monde.  ITER, le plus grand chantier scientifique mondial, est situé dans les Bouches-du-Rhône. Pour le cœur du réacteur à fusion tokamak, ITER a reçu le premier module du « Central Solenoid » : un aimant supraconducteur de mille tonnes et de 18 mètres de haut, soit un immeuble de 7 étages. Ce matin, la première pièce de 66 tonnes a été livrée. Les 5 autres devraient être assemblées d’ici 2024. C’est un élément-clé pour le réacteur, car le « Central Solenoid » pourra produire un puissant champ magnétique, avec une force de 13 teslas, soit 280.000 fois le champ magnétique terrestre. C’est ce changement de flux magnétique qui est nécessaire pour initier le plasma, générer le courant plasma et le maintenir pendant le temps de combustion. Toutefois, patience encore car les premières expériences n’auront pas lieu avant 2025. 

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......