LE DIRECT
Un nouvelle interface cerveau/machine testé sur un patient tétraplégique

Écrire par la pensée grâce à une nouvelle interface cerveau-machine

3 min
À retrouver dans l'émission

Écrire par la pensée grâce à une nouvelle interface cerveau-machine, et autres actualités scientifiques

Un nouvelle interface cerveau/machine testé sur un patient tétraplégique
Un nouvelle interface cerveau/machine testé sur un patient tétraplégique Crédits : futurasciences

Selon une étude parue hier dans la revue Nature, une intelligence artificielle a traduit les pensées d’un patient tétraplégique en écriture manuscrite.  

Les chercheurs de l'Université de Stanford ont créé une nouvelle interface cerveau-machine qu’ils ont testée sur un patient paralysé depuis 2007. Ils lui ont implanté deux petits réseaux de capteurs juste sous la surface du cerveau, pour enregistrer l'activité électrique de 200 neurones dans le cortex moteur. L’homme a d’abord du imaginer qu’il tenait un stylo et qu’il écrivait chaque lettre de l’alphabet sur du papier. Les électrodes ont ainsi enregistré l'activité cérébrale associée à chacun de ces mouvements. Puis, ces données ont été traitées par une IA (un algorithme d’apprentissage automatique) qui a ainsi pu reconnaitre la signature neuronale spécifique à chaque lettre. Enfin, par la simple pensée, le patient a pu écrire des phrases sur un écran, à une vitesse de frappe record et un taux de précision de 99%. Ce système est capable de taper 90 caractères par minute, ce qui est presque aussi rapide que la vitesse d'un adulte valide qui écrirait un texto. C’est aussi 2 fois plus rapide que les systèmes de suivi de la tête ou des yeux, où il faut pointer un curseur sur un écran. C’est la première fois qu’une interface cerveau-machine est capable d’interpréter avec autant de précision la finesse du mouvement de l’écriture manuscrite.

CoVid-19 : des anticorps dans le sang au moins pendant 8 mois

Selon une étude parue dans Nature Communications, après une infection, nous conservons des anticorps contre le SARS-CoV-2 pendant au moins 8 mois. Une équipe italienne a suivi 162 patients positifs et symptomatiques au CoVid-19. Les chercheurs ont observé le taux d’anticorps neutralisant présent dans leurs échantillons sanguins sur la période de mars à novembre 2020. Les réponses des anticorps au SARS-CoV-2 évoluent au cours de l'infection et au fil du temps. Le taux d'anticorps neutralisants chute progressivement 5 à 8 semaines après l’apparition des premiers symptômes, mais chez la grande majorité des patients guéris, ces anticorps sont toujours détectables dans leur sang jusqu'à 8 mois après et ce, peu importe leur âge, leurs comorbidités ou encore la gravité de la maladie qui touche ces patients.

Lutte contre le VIH : la PreP prescrite en juin chez les médecins de ville

La haute autorité de Santé a accepté la prescription de la PreP chez n’importe quel médecin généraliste. La PreP , (Prophylaxie Pré-Exposition) est un traitement anti-rétroviral qui protège du VIH et qui empêche le virus de pénétrer dans le corps. C’est un traitement efficace qui se prend avant ou juste après une relation sexuelle à risque et qui peut aussi se prendre en continu. Dans la lutte contre le sida, la PreP est efficace mais elle restait encore trop peu accessible et peu diffusée : en effet, elle n’était prescrite que dans des centre spécialisés. Après de longs mois de retards, en juin, il sera désormais possible de se faire prescrire ce traitement chez votre médecin généraliste.

La découverte d'un nouveau type d'aurores

Enfin, selon une étude parue dans Journal of Geophysical Research : Space Physics, des chercheurs ont découvert un nouveau type d’aurores en analysant un vidéo veille de 19 ans. En 2002, un physicien a étudié et filmé les aurores boréales dans le nord du Canada, mais sans s’y attarder. Il avait noté un phénomène étrange et l’enregistrement est tombé dans l’oubli. Des scientifiques britanniques et américains se sont intéressés à cette vidéo, et les 2 heures de film analysées par un programme informatique font apparaitre un phénomène auroral jamais observé auparavant. Une aurore diffuse qui subitement s’efface, dans laquelle il apparait un trou puis qui récupère sa luminosité en quelques secondes. Ce phénomène a été baptisé "évènement de gomme" ou "gomme aurorale diffuse". Si on comprend bien la physique des aurores, les chercheurs n’expliquent pas du tout ce qui cause cet effacement.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......