LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

La France a-t-elle raté son déconfinement ?

7 min
À retrouver dans l'émission

Les leçons à retenir du premier déconfinement et autres actualités scientifiques.

.
. Crédits : Corbis News - Getty

Le gouvernement a annoncé hier la mise en place d’un second confinement, dès ce soir à minuit. Il faut tout même rappeler qu’assez peu de pays s’en sortent bien face à cette pandémie. En Europe : aux Pays-Bas, en Belgique, au Royaume-Uni, en Suisse, beaucoup sont dans une situation difficile. Ce n’est facile nulle part. Mais, est-ce que la France a raté son déconfinement?  Pour Dominique Costagliola, directrice de recherche à l’INSERM, spécialiste en épidémiologie et membre de l’Académie des Sciences, pour elle, cela ne fait aucun doute. Depuis juin, lors de la phase III du déconfinement, elle remarque un assouplissement des mesures de contrôle, avec notamment l’abandon du télétravail.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Dominique Costagliola 1

Concernant la stratégie « tester, tracer isoler », pour Dominique Costagliola, elle n’a pas été bien menée. Certes nous avons fait plus de tests - environ 1 million et de demi par semaine - mais ils ont été conçus « comme un simple acte de biologie médicale » pour reprendre ses mots. C’est-à-dire sans la logistique nécessaire derrière pour que cela soit efficace. Des laboratoires saturés, jusqu’à l’absence d’une mise en place sérieuse d’isolement des patients malades : cette campagne de dépistage a été un échec. Et enfin, selon l’épidémiologiste, l’exécutif n’a pas été assez attentif aux messages d’alerte que le conseil scientifique lance depuis des mois. 

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Dominique Costagliola 2

En six mois, LIGO et Virgo ont détecté 39 événements d'ondes gravitationnelles 

En seulement six mois, LIGO et Virgo ont détecté 39 événements d'ondes gravitationnelles. Du 1er avril au 1er octobre 2019, la collaboration LIGO-Virgo a détecté, en moyenne, 1,5 événement d'ondes gravitationnelles par semaine. Des évènements qui se produisent dans l’ensemble lors d’une collision de deux trous noirs - ou de la collision d’étoiles à neutrons. Au total, le catalogue d'ondes gravitationnelles transitoires - le GWTC-2 - compte désormais 50 événements de ce type. Pour les sciences spatiales, c’est une révolution. Il y a encore 5 ans, nous n’avions encore jamais détecté d’ondes gravitationnelles.

La comète Tchouri et sa glace tendre comme de la barbe à papa

Selon une étude parue hier dans la revue Nature, la glace sous la surface de la comète Tchouri est tendre comme de la barbe à papa. En 2014, la sonde Rosetta a lâché l’atterrisseur Philae sur la comète Tchouri. Le robot avait alors rebondi deux fois avant de se stabiliser. En rebondissant, Philae a ainsi produit quatre entailles qui ont révélé la glace primitive sous la couche de poussière de la comète. Les données du site de l’atterrissage ont été analysées par les scientifiques de l’ESA. Les chercheurs découvrent avec surprise la grande porosité du rocher de la comète. "Cette glace vieille de 4,5 milliards d’années est - je cite - aussi molle que la mousse qui recouvre votre cappuccino, aussi molle que l’écume de mer sur la plage, elle est plus douce que la neige la plus molle après une tempête de neige". Cette caractéristique étonnante de la glace cométaire aidera les futurs atterrisseurs à trouver un endroit plus sûr pour atterrir. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......