LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Cette photographie reçue par Jiji Press et prise par l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA) le 13 novembre 2019 montre l'astéroïde Ryugu par la sonde Hayabusa2

Hayabusa 2 : les roches de l’astéroïde Ryugu sont arrivées sur Terre

3 min
À retrouver dans l'émission

L'Agence spatiale japonaise a récupéré la précieuse capsule d’échantillonnage et autres actualités scientifiques.

Cette photographie reçue par Jiji Press et prise par l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA) le 13 novembre 2019 montre l'astéroïde Ryugu par la sonde Hayabusa2
Cette photographie reçue par Jiji Press et prise par l'Agence japonaise d'exploration aérospatiale (JAXA) le 13 novembre 2019 montre l'astéroïde Ryugu par la sonde Hayabusa2 Crédits : Handout / JIJI PRESS / JAXA - AFP

Mission réussie pour la sonde Hayabusa 2 qui vient de rapporter des échantillons de l’astéroïde Ryugu. Après 6 ans de voyage et plus de 300 millions de kilomètres parcourus, la sonde japonaise a délivré son précieux butin qui a atterri dans la nuit de samedi à dimanche en Australie. La JAXA, l'Agence spatiale japonaise, a récupéré la capsule d’échantillonnage et ses quelques centaines de milligrammes d’astéroïde. Lancée en 2014, la sonde a recueilli à la fois de la poussière de surface et de la roche vierge sous la surface, grâce à un impacteur et une petite charge d’explosif. Ces échantillons sont des reliques du système solaire primitif. On sait que les roches de Ryugu sont poreuses et fragiles, donc sans cette capsule d’échantillonnage, le météore se serait désintégré dans notre atmosphère terrestre et nous n’aurions jamais eu la chance de pouvoir l’étudier. Ces échantillons contiennent-ils de la matière organique ? En tout cas, ils vont nous aider à mieux comprendre la formation de l’Univers et l’origine de la vie. Pour Hayabusa 2, l’aventure n’est pas finie : la sonde repart pour 10 ans d’exploration spatiale. Elle se dirige vers deux autres astéroïdes pour 2026 et 2031.

Le vaccin de Moderna protège de la Covid-19 pendant au moins 3 mois

Selon une étude parue dans New England Journal Of Medicine, le vaccin contre la Covid-19 de Moderna crée une immunité pendant au moins 3 mois. Le vaccin à ARN du laboratoire américain crée bien des anticorps puissants. Les 34 participants de cette étude sur essai clinique de phase 1 ont reçu les deux doses de vaccin. 43 jours après la première vaccination, les cellules immunitaires sont apparues dans les examens sanguins. Même après trois mois, leur sang contenait toujours des anticorps neutralisants, dans tous les groupes d'âge, y compris chez les plus âgés. Le vaccin a également déclenché la réponse d'un certain type de lymphocytes T. Néanmoins, d’autres études à plus long terme seront nécessaires pour savoir combien de temps dure cette protection.

Un nouveau moteur à propulsion hypersonique

Selon une étude parue dans Chinese Journal of Aeronautics, une équipe chinoise a développé un nouveau moteur à propulsion hypersonique, hyper puissant. Selon les chercheurs, avec ce nouveau moteur, on peut atteindre Mach16, c’est à dire 19.000 km/h. A cette vitesse, vous pouvez vous rendre en avion partout dans le monde en seulement deux heures. Pour cela, l’équipe a perfectionné le procédé de statoréacteur. Le prototype chinois, baptisé Sodramjet, a été testé en soufflerie et est stable à des vitesses hypersoniques, mais il faudra attendre encore de nombreux tests avant de voir son exploitation commerciale.

La découverte d'une structure cellulaire végétale surprenante

Enfin, une étude parue dans Nature Communications décrit une architecture cellulaire surprenante et inattendue, cachée dans des cellules végétales. Des chercheurs américains s’intéressaient à l’un des organites d’une plante : le peroxysome. Ces microscopiques organes cellulaires ne mesurent qu'0,1 micromètre et jouent un rôle clé dans la synthèse des molécules. On pensait jusqu’à présent qu’ils étaient limités par une simple membrane, mais la structure de ces organites est en réalité beaucoup plus complexe. Les chercheurs ont identifié des vésicules : en plus de la membrane que nous connaissions, il y a également d’autres membranes à l’intérieur. Des études supplémentaires seront nécessaires pour comprendre leur fonction exacte et pour vérifier si les vésicules de peroxysomes existent aussi dans les cellules humaines.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......