LE DIRECT
 col du Lautaret, dans les Alpes, le 4 juin 2018.

Les étonnantes micro-algues des neiges

5 min
À retrouver dans l'émission

Le premier consortium qui étudie ces écosystèmes mal compris et autres actualités scientifiques.

 col du Lautaret, dans les Alpes, le 4 juin 2018.
col du Lautaret, dans les Alpes, le 4 juin 2018. Crédits : Jean-Gabriel VALAY/JARDIN DU LAUTARET/UGA/CNRS

On commence ce journal avec une étude parue aujourd’hui dans la revue « Frontiers in Plant Science » sur les étonnantes micro-algues des neiges, qui peuvent parfois colorer la neige en rouge. C’est un phénomène mystérieux que l’on observe depuis longtemps. Le premier qui s’y est intéressé est Aristote. Vers 350 avant notre ère, il décrit quelque chose de rouge et velue à la surface de la neige. Puis, il y a des siècles d’études menées par des glaciologues qui pensent que ces algues accélèrent la fonte de la neige. Mais pour la première fois, un consortium rassemble désormais biologistes, écologues, glaciologues et climatologues pour mieux comprendre ces écosystèmes : le Consortium ALPAGA, regroupant cinq laboratoires français. Les chercheurs sont allés prélever de l’ADN environnemental dans les Alpes à différents niveaux, de 1.000 à 3.000 mètres d'altitude. Ils ont découvert que certaines espèces d’algues ne se développent que dans certains endroits. L’espèce Sangouina, par exemple, ne vit qu’à partir de 2.000 mètres d’altitude.  

Entretien avec Eric Maréchal, directeur de recherche au CNRS. Il dirige le laboratoire physiologie cellulaire et végétale de Grenoble et coordonne le consortium ALPAGA.

Écouter
2 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - jds Eric Marechal

Etat des lieux des dommages liés à l’alcool en France 

Selon un rapport de l’Inserm, la France est championne d’Europe du nombre de morts liées à l’alcool avec 41.000 décès par an. Pour cet état des lieux, les chercheurs de l’Inserm se sont appuyés sur 3.600 études. L’alcool est la première cause d’hospitalisation en France mais aussi l’une des principales causes de perte d’années de vie en bonne santé. Cancer, maladie cardio vasculaire, maladie digestive, maladie mentale : l’alcool est lié directement ou indirectement à une soixantaine de pathologies, et c’est sans compter les accidents… Chez les adultes, la consommation moyenne est de 3 verres par jour. C’est plus que la recommandation des dix verres maximum par semaine. Pour réduire les dommages liés à l’alcool, les experts préconisent un durcissement de la loi Evin, avec une meilleure régulation de la publicité, un encadrement plus strict de la vente et une meilleure prévention sur les risques encourus. 

Vers un vaccin universel contre la grippe 

On s’approche de la création d’un vaccin universel contre la grippe. Les chercheurs du National Institute of Health aux Etats-Unis cherche des volontaires pour un essai clinique de phase 1 pour tester le candidat vaccin : FluMos-v1, un vaccin expérimental à nanoparticules conçu pour stimuler des anticorps contre plusieurs souches de virus de la grippe. Des tests sur des animaux ont montré que FluMos-v1 produit des anticorps qui ciblent une partie de la protéine hémagglutinine. Pour cet essai clinique, 40 adultes en bonne santé seront répartis en trois groupes. Le premier recevra 20 microgrammes de FluMos-v1, et le second groupe, le groupe témoin, un vaccin standard contre la grippe. Puis, un troisième groupe recevra 60 microgrammes. Les chercheurs observeront le taux d'anticorps produits contre la protéine HA. La fin de cet essai est prévue pour mai 2023.

Le virus Zika découvert pour la première fois chez des chauves-souris sauvages

Enfin, selon une étude parue dans Scientific Reports, de l'ARN du virus Zika a été retrouvé pour la première fois sur des chauves-souris sauvages. Le virus Zika est un flavivirus transmis par les moustiques. Une équipe américaine a analysé des échantillons de 198 chauves-souris sauvages de la forêt de Zika en Ouganda, là où le virus a été trouvé pour la première fois. Des échantillonnages qui datent de 2009 à 2013, soit avant les grandes épidémies de 2015 à 2017 en Amérique du Nord et du Sud. Quatre chauves-souris de trois espèces différentes portent de l’ARN subgénomique de flavivirus, associé au virus Zika de la lignée asiatique. Ces résultats suggèrent que ces animaux peuvent être infectés naturellement par des moustiques et que l’écologie des flavivirus semble plus complexe que prévu. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......