LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les gens font la queue en attendant un test PCR pour le nouveau coronavirus dans un laboratoire médical à Paris au milieu de la pandémie de Covid-19 le 4 septembre 2020.

Covid-19 : des laboratoires sous-tension

5 min
À retrouver dans l'émission

Les couacs et les limites de l'actuel dispositif de dépistage massif et autres actualités scientifiques.

Les gens font la queue en attendant un test PCR pour le nouveau coronavirus dans un laboratoire médical à Paris au milieu de la pandémie de Covid-19 le 4 septembre 2020.
Les gens font la queue en attendant un test PCR pour le nouveau coronavirus dans un laboratoire médical à Paris au milieu de la pandémie de Covid-19 le 4 septembre 2020. Crédits : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT - AFP

Dans la lutte contre le covid 19, les laboratoires d’analyses sont sous-tension. Vous l’avez surement vu ces deux dernières semaines – et pas seulement si vous vivez à Paris - des files d’attentes interminables devant les laboratoires d’analyses et de dépistage. Les demandes de tests ont explosé : chaque semaine, 1 million de Français sont testés. Mais problème, les capacités des laboratoires sont limitées et - comme rien n’a été prévu pour faire face à cette forte demande - ils saturent. Ces derniers jours à Paris, pour obtenir ses résultats d’analyse, les délais s’allongent et dépassent les soixante-douze heures. Cela risque de compromettre toute la stratégie de traçage des cas contacts et de leur isolement et de rendre cette campagne de dépistage contre-productive. 

Entretien avec Catherine Hill,épidémiologiste et ancienne chercheuse à l'Institut de cancérologie Gustave Roussy. Selon elle, l’essentiel de la diffusion du virus nous échappe complètement. 

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Catherine Hill

Un étrange système à trois étoiles

Dans la revue Science, les astronomes ont découvert un étrange système à trois étoiles. Une équipe internationale a observé, grâce au Very Large Telescope au Chili, G.W Orionis, situé dans la constellation d'Orion, à environ 1 300 années-lumière de nous. Deux étoiles intérieures tournent en orbite l'une autour de l'autre ; tandis que la troisième, gravite autour du duo. Dans le cas de ce triple système, le disque protoplanétaire est scindé en 3 anneaux inclinés. De plus, les trois étoiles ne gravitent pas sur le même plan et sont mal alignées ; les unes par rapport aux autres et par rapport au disque. Ce désalignement est mal compris. Peut-être que la déchirure de ce disque serait liée à la présence d’une planète entre ces anneaux. Une planète qui graviterait autours de 3 étoiles, cela laisse rêveur… 

Un brevet pour une trajectoire plus rapide vers la Lune 

La NASA a calculé une trajectoire plus rapide pour se rendre vers la Lune et l’a breveté - comme pour toute « propriété intellectuelle ». Issue de ses modélisations numériques, l’agence américaine a breveté cette trajectoire plus efficace et plus économique. Une sorte d’autoroute vers la Lune, qui permet de rejoindre une orbite géosynchrone et de faire le reste du chemin avec moins de carburant et moins de propulseur. Officieusement, ces brevets empêchent aussi la mainmise d’entreprises privées et leurs exploitations commerciales à des sommes exorbitantes. Ce nouvel axe prévu pour de petits satellites sera emprunté par Dapper - un engin compact de la NASA, qui a pour mission l’étude de la matière noire et des âges sombres de l'Univers. 

Recherche d'intelligence extraterrestre : extension du projet "Breakthrough Listen" 

Et enfin, selon une prépublication à paraître dans « the Monthly Notices of the Royal Astronomical Society », le Projet Breakthrough Listen pourrait s’étendre à plus d’astres que prévu. Pour la recherche de signaux extraterrestres : c’est l’un des projets les plus aboutis. Le Breakthrough Listen traque des techno-signatures et cherche dans notre galaxie des systèmes stellaires susceptibles d’abriter des émetteurs radio. Pour cela, les radiotélescopes Green Bank et Parkes ont recueilli les données radio de 1 327 étoiles. Selon les calculs de ces chercheurs britanniques, les étoiles qui se trouvent en arrière-plan peuvent aussi être des cibles. Cela signifie qu’environ 280 000 étoiles supplémentaires peuvent-être candidates. Selon eux, moins de 0.04% des systèmes stellaires ont le potentiel d’héberger des civilisations avancées avec une technologie-radio équivalente ou plus avancée que les humains du 21ème siècle. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......