LE DIRECT

Inverser le processus de vieillissement biologique, une première tentative ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Une étude clinique montre un renversement de l'horloge épigénétique de ces patients, et autre actualités scientifiques.

Crédits : Getty

Une étude publiée dans Aging Cell fait grand bruit outre-Atlantique : un traitement inverserait le processus de vieillissement biologique. Quelques précautions sont à prendre : il s'agit d’abord d'une toute petite étude clinique, menée en Californie sur seulement neuf hommes, âgés de 51 à 65 ans. Et autre point limite, il n’y a pas eu de groupes contrôles, des personnes non traitées ou sous placebo, pour comparer les résultats. 

Pour cette étude, l'équipe s’est concentrée sur le thymus, une glande qui a un rôle essentiel sur la fonction immunitaire. Elle synthétise les globules blancs mais se rétrécit après la puberté. Les patients ont suivi pendant un an un traitement à base d’hormones de croissance. Il s’agissait de vérifier si le thymus pouvait ne pas rétrécir avec l’âge. Après une analyse épigénétique, on constate que d’une part, les patients ont perdu en moyenne deux ans et demi de leur âge biologique et, d’autre part, que leurs systèmes immunitaires montrent des signes de rajeunissement. 

Entretien avec le généticien Hugo Aguilaniu qui travaille sur le vieillissement cellulaire depuis plus de vingt ans.

En Bref

  • Après son alunissage raté, la sonde indienne Vikram a été localisé

Dans la nuit de vendredi à samedi, Vikram, l’atterrisseur indien de la mission lunaire Chandrayaan-2, a manqué son alunissage. L’Inde a perdu tout contact avec la sonde quelques minutes avant l’atterrissage. Hier, l’agence spatiale indienne a rétabli un contact visuel : Vikram a été localisé à la surface de la lune. Pour le moment, impossible de rétablir la communication et on ne sait pas dans quel état est le module. Le robot Pragyan embarqué à bord, devait explorer le pôle Sud de la Lune pour ses cratères, susceptibles de contenir de l’eau. Néanmoins, la mission Chandrayaan-2 se poursuit grâce à la sonde « orbiteur », pendant sept ans, elle va étudier le sol et l’atmosphère lunaires.

  • Les femmes ont un cycle mensuel, mais ainsi un cycle hormonal quotidien

Selon une étude parue dans Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, les femmes ont un cycle mensuel, mais aussi un cycle hormonal quotidien. Les chercheurs de l'Université de Harvard ont mesuré les niveaux d'hormones de reproduction de 17 femmes pendant 9 jours et toutes les 2 heures : les taux d’œstrogène et de progestérone en premier lieu, mais aussi des hormones folliculo-stimulantes et des hormones lutéinisantes qui agissent toutes les deux sur les ovaires. Ils ont découvert que pendant la première partie du cycle menstruel, celui de l’ovulation, ces hormones suivent, chaque jour, des cycles réguliers. Les chercheurs avancent l’hypothèse que cela aurait une influence sur l’excitation sexuelle et sur les humeurs. Il reste à le vérifier par une étude de plus grande ampleur.

  • Le plumage des chouettes effraie blanche les aide à chasser

Une moitié des chouettes effraies est dotée de plumes rousses, l’autre moitié de plumes blanches. Pourquoi du blanc pour un prédateur nocturne ? C’était un mystère biologique. Après avoir suivi pendant plus de 20 ans différents groupes de chouettes, une équipe suisse vient de publier ses résultats dans la revue Nature Ecology & Evolution. Pour la chasse, la chouette blanche est plus performante que la rousse. Les soirs de pleine lune, lorsqu’elle ouvre ses ailes, les rongeurs sont éblouis et restent pétrifiés. Pourquoi la chouette blanche a cet avantage évolutif sur la rousse ? Voici un nouveau mystère.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......