LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Dépression : une disparité cérébrale entre les sexes

4 min
À retrouver dans l'émission

La découverte d'une voie physiologique impliquée dans la dépression qui diffère selon les sexes et autres actualités scientifiques.

Crédits : Universal Images Group Editorial - Getty

Selon une nouvelle étude parue dans Biological Psychiatry les circuits neurologiques de la dépression varieraient selon le sexe. La dépression est une maladie qui touche deux fois plus les femmes que les hommes mais on ne sait pas pourquoi. D'autant plus que la plupart des études cliniques ne portent que sur des sujets de sexe masculin. 

Les chercheurs de l’Université d’État du Michigan se sont intéressés à une voie cérébrale impliquée dans la dépression : la voie qui part de l’hippocampe ventrale vers le noyau accumbens. L’hippocampe, structure importante du système limbique qui régule les réponses comportementales liées au stress, est pratiquement la même entre les rongeurs et l’homme au niveau de son organisation. Le noyau accumbens quant à lui, régule le plaisir et les circuits de la récompense. Dans une approche électro-physiologique et génétique, les chercheurs ont provoqué le même stress chez des souris mâles et femelles : les femelles montrent une hyper-excitation de cette voie cérébrale. Les chercheurs ont ensuite modifié l’activité de cette voie.

Interview avec Laurence Lanfumey, directrice de recherche à l’INSERM et responsable de l’équipe « Physiopathologie des troubles de l’humeur » au centre de psychiatrie et de neurosciences Sainte-Anne.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Laurence Lanfumey

En bref

  • L’épidémie du Cerf-Zombie prend de l’ampleur

Cette nouvelle maladie contagieuse, comparable à la vache folle, cause chez les cervidés des troubles neurodégénératifs qui provoquent la mort. Selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies, 24 états canadiens et américains sont touchés, mais aussi la Norvège, la Suède, la Finlande et la Corée du Sud. Le taux d’infection des cervidés peut atteindre 25 % chez certaines populations. Le Nevada, lui, vient d’interdire l’importation de carcasses de cerfs, de rennes et d’élans en provenance de l’extérieur de l’Etat. Des premiers échantillonnages et analyses sont en cours aux États-Unis.

  • Notre galaxie dérobe de la masse aux galaxies voisines

Selon une étude à paraître dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, notre Voie lactée a dérobé de la masse aux galaxies voisines. Il y a une cinquantaine de petites galaxies qui orbitent autour de notre Voie lactée, notamment, la galaxie naine de la Carène et la galaxie naine du Fourneau. Des chercheurs californiens se sont intéressés à elles grâce au télescope spatial Gaia. Selon eux, elles auraient été les satellites d’une autre galaxie voisine, beaucoup plus grande : le Grand Nuage de Magellan. Dans le processus de fusion en cours, la Voie lactée, beaucoup plus massive, a dérobé sous l’effet de la gravité les satellites du Grand Nuage de Magellan. Cela confirme les modèles cosmologiques. Selon cette prépublication, notre galaxie connaîtrait la fusion la plus massive de son histoire.

  • Publier les résultats négatifs pour faire avancer la science

Un article paru dans Nature relance un vieux débat : pour faire avancer la science, il faut publier les résultats négatifs. Cette idée va à l’encontre d’un dogme où seules les recherches aux résultats positifs ont le droit de cité - ou presque. Selon de récentes études, la littérature scientifique tend de plus en plus à ignorer les résultats négatifs. L'objectivité scientifique s’étiole, la pression pour publier une expérience positive est telle que les auteurs peuvent être amenés à présenter leurs travaux sous un meilleur jour. Cet article rappelle que les résultats négatifs font aussi progresser la recherche en montrant aux autres chercheurs où ne pas chercher. Cet article encourage les éditeurs à publier des résultats négatifs dans leurs revues.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
  • directrice de recherche à l’INSERM, responsable de l’équipe « Physiopathologie des troubles de l’humeur » au centre de psychiatrie et de neurosciences Sainte Anne
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......