LE DIRECT
L'animal appartenait à une espèce qui a disparu 15.000 ans avant notre ère. - North-Eastern Federal University in Yakutsk

Deux ours des cavernes vieux de plusieurs milliers d'années découverts en Sibérie

5 min
À retrouver dans l'émission

Des restes fossiles vieux d'au moins 22 000 ans ; et autres actualités scientifiques.

L'animal appartenait à une espèce qui a disparu 15.000 ans avant notre ère. - North-Eastern Federal University in Yakutsk
L'animal appartenait à une espèce qui a disparu 15.000 ans avant notre ère. - North-Eastern Federal University in Yakutsk

Les glaces du Pergélisol sont une aubaine pour les paléontologues. On y avait déjà trouvé un bébé mammouth, des canidés, des lions… En Sibérie, des scientifiques russe ont découvert un ours des cavernes et un ourson dans un état de conservation unique. Ils sont complètement préservés, avec tous les organes internes en place. Les images sont d’ailleurs assez impressionnantes, même leur truffe et leur pelage sont intacts.  Il s’agit d’Ursus spelaeus : une espèce une espèce  disparue il y a environ 15 mille ans et qui vivait en Eurasie au Pléistocène moyen et tardif. Ces spécimens seraient vieux de 22 000 à environ 39 500 ans. Il manque une analyse au radiocarbone pour affiner la datation. Mais c’est la première fois que l’on trouve un ours préhistorique dans un tel état de conservation; jusqu’à présent, nous n’en n’avions que des ossements.

Entretien avec Dominique Armand , paléontologue à l’Université de Bordeaux 1 et spécialiste de l'ours fossile.

Écouter
1 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - Dominique Armand

Catherine Dulac : lauréate 2021 des Breakthrough Prize

La française Catherine Dulac  est lauréates 2021 des Breakthrough Prize. Originaire de Montpellier, cette chercheuse en neurobiologie est Professeur et directrice de laboratoire à Harvard.  Elle est connue pour avoir identifié des circuits neuronaux chez la souris- et en l’occurrence ceux qui dictent leur comportement parental. Selon elle, cette découverte pourrait s'étendre à d'autres espèces et notamment, les humains. Le Breakthrough Prize est un prix américain doté de trois millions de dollars. Catherine Dulac a annoncé qu ‘elle offrait une partie de son prix à différentes causes humanitaire tels que l’éducation des femmes, la santés, et des population défavorisées.

Des nanoparticules d'or pour vaincre le cancer

Selon une étude parue dans la revue Nature Communications : la croissance de nanoparticules d'or à l'intérieur des tumeurs pourrait aider à tuer les cellules cancéreuses. L’or a des propriétés tout-à-fait étonnantes lorsqu’il est sous forme de particules de taille nanométrique. Des chercheurs américains ont réussie à faire pousser des nanoparticules d'or directement à l'intérieur des cellules cancéreuses. Pour faire entrer ces substances à l'intérieur des tumeurs ; l'équipe a utilisé le polyéthylène glycol :  pour délivrer de l'or ionique, qui est essentiellement des sels d'or dissous dans un liquide. Lorsqu'il est introduit dans le cancer, l’environnement cellulaire acide convertit l'or de sa forme ionique en nanoparticules d'or. Lors de tests sur souris, Ils ont d'abord fait pousser des nanoparticules d'or à l'intérieur de tumeurs de souris vivantes, puis les lasers ont ensuite tuer les cellules cancéreuse. 

Les effets paradoxaux des somnifères 

Selon une étude parue dans la revue Cortex, un somnifère aurait éveillé un patient qui soufrait d’un grave trouble de l’éveil. Les troubles de l’éveil peuvent se produire après un accident cérébral. Ils sont très handicapants, avec des trouble moteurs sévère, des Difficulté à rester éveiller- une apathie et un mutisme. C’est ce qui est arrivé à ce Néerlandais de 37 ans qui souffrait d'une grave lésion cérébrale. Depuis 8 ans,  n ne constatait aucune amélioration de son état… Jusqu’à ce que sa neurologue lui fasse prendre une dose de somnifère, du zolpidem. Vingt minutes après la prise, le patient s’est remis à parler et à marcher ! Avant que les effets ne se dissipent deux heures plus tard. Par la suite, le  médicament a rapidement cessé d'être efficaces. « Le mécanisme des effets paradoxaux de ce somnifère reste inconnu » écrivent les auteurs. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......