LE DIRECT
image d'artiste de la planète extrasolaire Tau Bootis b au-dessus d'une lune hypothétique

Le premier signal radio d'une exoplanète vient peut-être d'être détecté

3 min
À retrouver dans l'émission

Une détection importante qui reste encore à confirmer et autres actualités scientifiques.

image d'artiste de la planète extrasolaire Tau Bootis b au-dessus d'une lune hypothétique
image d'artiste de la planète extrasolaire Tau Bootis b au-dessus d'une lune hypothétique Crédits : Stocktrek Images - Getty

Selon une étude parue dans la revue « Astronomy & Astrophysics », le premier signal radio d'une exoplanète vient peut-être d'être détecté. Grâce au grand réseau de radiotélescopes des Pays-Bas, le LOFAR, une équipe internationale aurait détecté un signal radio en provenance de Tau Boötis b, une exoplanète découverte en 1996, une Jupiter chaude qui orbite autour de l'étoile Tau Bootis A, à environ cinquante années-lumière de nous. Selon les chercheurs, ce signal de 14 à 21 mégahertz viendrait plutôt de la planète que de l’étoile, et indiquerait la présence d’un champ magnétique. Mettons tout de suite fin aux fantasmes : détecter un signal radio d’une exoplanète n’est pas un signe d'intelligence extraterrestre. Nous n’en trouverons pas sur Tau Boötis b où la température locale est estimée à 1.400°C. En revanche, si ces résultats sont bien confirmés, cela pourrait être une étape importante dans la recherche d’exoplanète habitable. Le champ magnétique d’une planète est l’un des facteurs d’habitabilité, car il protège l’atmosphère du vent solaire et des rayons cosmiques. Observer le champ magnétique d’une exoplanète signifie mieux comprendre ses propriétés atmosphériques.

La FDA autorise le vaccin de Moderna

Vendredi, la FDA (l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) a autorisé le vaccin de Moderna contre le coronavirus. Après le vaccin de Pfizer/ BioNTech, celui de Moderna devient le deuxième vaccin contre le coronavirus à être autorisé pour une utilisation d'urgence aux États-Unis. Comme ceux des concurrents, il s’agit d’un vaccin à ARN messager. Il se conserve facilement, dans un frigo standard, et la dernière étude sur l’essai clinique de phase 3 mené sur plus de 30.000 personnes montre que ce vaccin produit des anticorps pendant au moins 3 mois. Aux Etats-Unis, où la pandémie a déjà causé plus de 313.000 morts, la campagne de vaccination à commencé la semaine dernière. De plus, nous apprenons cet après-midi que l'agence européenne du médicament vient d'autoriser l'utilisation du vaccin de Pfizer/ BioNTech.

L’empreinte carbone du déploiement de la 5G

Selon un rapport du Haut Conseil pour le climat,  le déploiement de la 5G en France aura des conséquences sur l’environnement. L’organisme vient de rendre son rapport et il est très critique. Le déploiement de la 5G risque d’une part d’augmenter la consommation d’électricité et d’autre part, d’augmenter « significativement » l’empreinte carbone du numérique. Entre la fabrication d’antennes supplémentaires, la multiplication de data center, la création de smartphones, etc., l’impact carbone du déploiement de la 5G ne sera pas neutre. Cela pourrait ajouter 2,7 à 6,7 millions de tonnesde CO2 en 2030. Le déploiement de la 5G risque de compromettre les objectifs de la France en matière de neutralité carbone. De nombreuses villes, comme Lyon, Lille ou Grenoble, réclament un moratoire.

Les premiers humains ont peut-être hiverné 

Enfin, selon une étude parue dans la revue « L’Anthropologie », pour survivre aux hivers polaires, les premiers hominidés ont peut-être hiberné. Deux chercheurs grec et espagnol ont analysé les ossements de la Sima de los Huesos, le célèbre site archéologique en Espagne, et notamment, des squelettes qui proviennent de l’espèce Homo Heidelbergensis qui vivait là il y a un demi-million d’années. Selon eux, ces ossements portent la trace d’une série de maladies liées à une faible exposition au Soleil. La seule façon d’expliquer ces grosses carences en vitamine D, c’est que ces humains devaient rester enfermés pendant des mois au fond de leur grotte. Ce sont les même maladies que l’on retrouve chez les animaux qui hibernent. De plus, à cette époque, nos ancêtres ont vécu l'une des périodes glaciaires les plus sévères du dernier million d’années.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......