LE DIRECT
.

La France a perdu 30% de ses oiseaux en 30 ans

5 min
À retrouver dans l'émission

Le bilan 1989-2019 sur les populations d’oiseaux dans l’hexagone ; et autres actualités scientifiques.

.
. Crédits : JakeOlimb - Getty

Selon un rapport paru hier, la population des oiseaux a chuté en France de près de 30 % en seulement trente ans. Ce rapport, c’est le bilan 1989-2019 du STOC : le programme “Suivi temporel des oiseaux communs”, conduit par Le Muséum National d’Histoire Naturelle, l’Office Français de la Biodiversité et la Ligue pour la Protection des Oiseaux. Le STOC est aussi le plus ancien réseau de sciences participatives, qui s’appuie sur le travail d’ornithologues bénévoles qui recensent chaque année les oiseaux partout en France. Ce rapport parle d’une « hécatombe » en milieux agricole et urbain. En 30 ans, les 123 espèces aviaires les plus communes ont globalement perdu 30% de leurs effectifs. Cette baisse globale des oiseaux en France est assez contrastée : d’un côté, il y a quelques espèces qui augmentent (les espèces dites « généralistes », comme le pigeon ramier ou le merle noir qui s’adaptent à tout type de milieu) et de l’autre, il y a les espèces dites « spécialistes », qui s’adaptent moins facilement et dont la population décline de façon vertigineuse. 

Entretien avec Benoît Fontaine, coordinateur national du programme STOC. 

Écouter
2 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - BOB JDS Benoit Fontaine

« Eurosfordocs.eu » : pour une meilleure transparence du lobbying pharmaceutique

Aujourd’hui, c’est le lancement de  « Eurosfordocs.eu », une plateforme internet pour une meilleure transparence du lobbying des industries de santé. Plusieurs scandales sanitaires sont liés à des conflits d'intérêts majeurs : on peut évoquer l’affaire du Mediator en France ou encore la crise des opioïdes aux États-Unis. En France, les industriels sont dans l’obligation de déclarer tous leurs liens d’intérêts financiers. Ces liens sont répertoriés dans la base gouvernementale « Transparence-Santé », une plateforme difficilement explorable et donc plutôt opaque. L’association « Euros for docs » avait créé le site « Eurosfordocs.fr » pour simplifier l'exploration de cette gigantesque base de données. Après le succès de cette plateforme française, l’association lance aujourd’hui sa version européenne. Toutes les sources de transparence des pays européens ont été réunies, unifiées et stockées sur cette seule base de données. Pour les projets d’investigations, journalistes, chercheurs et ONG, ce site est une mine d’informations précieuses.  

CoVid-19 : l’alphabet grec pour désigner les variants 

Enfin, hier, l’Organisation Mondiale de la Santé a changé la nomination des variants du CoVid-19. Les noms scientifiques continueront d’exister. Toutefois, pour le grand public, les autorités nationales et les médias, l’OMS recommande d’utiliser des lettres de l’alphabet grec. Ces lettres sont utilisées pour les 4 variants préoccupants qui circulent. Le variant B.1.1.7, jusqu'à présent dit "britannique", devient le « variant Alpha » ; le B.1.351, découvert en Afrique du Sud, devient « Beta » ; le P.1 brésilien devient « Gamma ». Pour le variant découvert en Inde, il existe différentes sous-lignées dont une est jugée préoccupante : il s'agit du variant B.1. 617.2 qui a été baptisé « Delta ». L’autre variant d'intérêt B.1.617.1 est appelé « Kappa ». L’OMS propose cette nouvelle nomenclature pour éviter de stigmatiser et de discriminer les pays concernés. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......