LE DIRECT

"Les perturbateurs endocriniens sont présents dans l’organisme de tous les Français"

4 min
À retrouver dans l'émission

Les résultats de Santé Publique France sur les "polluants du quotidiens" et autres actualités scientifiques.

Crédits : Getty

Le rapport de Santé Publique France publié aujourd’hui est sans équivoque : "les perturbateurs endocriniens sont présents dans l’organisme de tous les Français ». Il s'agit des résultats de l’enquête Esteban menée en France entre 2014 et 2016. Elle a étudié 1 104 enfants et 2 503 adultes et a cherché dans les urines ou les cheveux des traces de perturbateurs endocriniens - les PE - que l’on appelle aussi "les polluants du quotidien" car on les trouve dans l’alimentation et les cosmétiques. Bisphénols, Parabens ou éthers de glycol entre autres, de nombreux travaux ont déjà montré que leurs effets sur la santé étaient préoccupants - voire cancérigènes. 70 bio-marqueurs ont été traqués : on en trouve chez les adultes comme chez les enfants. L’étude mentionne une valeur de référence d’imprégnation significative, bien que similaire à celle des autres pays européens. 

Interview de Robert Barouki, biochimiste et toxicologue à l’INSERM et à l’Université Paris Descartes. Pour lui, ce type de résultats appelle à mener d’autres examens pour bien évaluer les risques sanitaires des perturbateurs endocriniens.

En bref

  • Une substance brillante observée sur la Lune

Hier, sur la face cachée de la lune, le Rover chinois YUTU-2 a détecté une étrange substance. Une substance qui se trouve au fond d’un cratère et que l’agence spatiale chinoise a décrit comme "un gel brillant à la couleur inhabituelle". Le Rover l’a photographié et, à première vue, cela ne ressemble pas à du régolite lunaire. Le calendrier de la mission Chang'e 4 vient d’être modifié pour l’analyse de cette matière. Elle serait peut-être le fruit d’un impact avec un astéroïde. Pour identifier sa composition chimique, une analyse spectrométrique est en cours...

© China National Space Administration (CNSA)
© China National Space Administration (CNSA)
  • De l'eau douce au fond de la mer de Norvège ?

Dans une étude parue dans The Geophysical Research Letters, une équipe internationale de géologues a trouvé de l’eau douce à l’intérieur de la mer de Norvège, près de l’archipel des Lofoten, au nord du pays. L'équipe a observé des fuites d’eau douce provenant d’une fissure à 800 mètres sous le niveau de la mer. Les géologues ont prélevé des échantillons : ce phénomène aurait commencé lors de la dernière période glaciaire. À cette époque, les épaisses calottes glaciaires qui enveloppaient la Norvège se sont abattues sur la croûte terrestre, ce qui aurait entraîné - dans les fissures des fonds marins - de grandes quantités d’eau de fonte. L’eau serait restée piégée dans les sédiments jusqu’à aujourd’hui. 

  • La domestication a-t-elle modifié le cerveau des chiens ?

Cela fait des siècles que l’homme pratique l’élevage sélectif et que des lignées de chiens sont élevées pour différentes tâches : la chasse, la surveillance de troupeaux...  Ces pratiques ont-elles eu un impact sur la structure cérébrale du chien ? La question est posée par des  neuroscientifiques de l'évolution de l'Université Harvard, et leur résultat ont été publiés hier dans The Journal of Neuroscience. Les chercheurs ont fait passer des IRM à une soixantaine de chiens, de 33 races différentes. Résultat : d'une race à l'autre, des variations neuroanatomiques sont clairement visibles. Des variations qui ne dépendent pas simplement de la taille totale du cerveau car on observe bien une corrélation entre l’anatomie cérébrale des chiens et leurs traits de comportement. 

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......