LE DIRECT
.

L'Aduhelm : l'autorisation très controversée de la FDA pour ce traitement contre la maladie d’Alzheimer

5 min
À retrouver dans l'émission

L’entreprise pharmaceutique Biogen a finalement reçu le feu vert pour la mise en vente de son médicament ; et autres actualités scientifiques.

.
. Crédits : Westend61 - Getty

On commence ce journal avec une annonce très relayée par les médias : la FDA (l’agence américaine des médicaments) vient d’autoriser la vente de l’Aduhelm, un traitement contre la maladie d’Alzheimer. La maladie d’Alzheimer touche plus de 50 millions dans le monde. A ce jour, il n’y a pas de médicament qui permet de soulager les patients ni les symptômes, ni de ralentir la maladie de façon significative. Cette autorisation de la FDA est un espoir pour beaucoup mais elle est aussi très controversée. L'Aduhelm est fabriqué par l’entreprise Biogen, et il s’agit de l’Aducanumab, dont il a déjà été question dans ce journal. Il cible l’une des causes de la maladie et il détruit les plaques amyloïdes qui s’accumulent dans le cerveau. En 2019, l’entreprise avait annoncé l’arrêt de ses deux essais cliniques de phase 3, suite aux résultats négatifs. Puis 6 mois plus tard, Biogen annonçait que l’Aducanumab était en fait efficace pour un sous-ensemble de participants. Malgré des résultats parcellaires et contestés, la FDA autorise la vente de ce médicament et fait prévaloir la balance bénéfice/risque.  

Entretien avec Laure Verret, maître de conférences en neurosciences à l’université Paul Sabatier de Toulouse, impliquée dans la recherche sur la maladie d’Alzheimer.

Écouter
2 min
LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS LAure verret

Au plus près de Ganymède

Ce soir, la sonde Juno de la Nasa va survoler de près Ganymède, la plus grande lune de Jupiter, qui est plus grande que la planète Mercure. Ce soir vers 19h30, la sonde volera à environ 1.000 kilomètres au-dessus de cette lune gelée. Ganymède n’avait pas été explorée depuis la sonde Galileo dans les années 90, et ce survol sera la collecte d’une mine de données scientifiques : Juno devrait mesurer son champ magnétique, ses particules de haute énergie, son niveau de rayonnement ainsi que la magnétosphère de Jupiter. On peut aussi s’attendre à ce que la caméra JunoCam rapporte d’impressionnants panoramas. 

Lumière sur les aurores boréales

Une étude parue hier dans Nature Communications nous éclaire enfin précisément sur l’origine des aurores boréales. On sait que les lumières chatoyantes des aurores boréales sont provoquées par les particules des tempêtes solaires, accélérées par les champs magnétiques terrestres qui les précipitent ensuite dans l'ionosphère. Toutefois, le phénomène n’était pas entièrement compris. Une équipe a reproduit les conditions des aurores boréales en laboratoire grâce au LAPD, le Large Plasma Device : une chambre à vide cylindrique avec un puissant champ magnétique. Les expériences ont prouvé que ce sont bien les ondes d’Alfven (des ondes transversales magnéto-hydro-dynamiques) qui transfèrent leur énergie aux électrons auroraux. Ce processus de transfert d’énergie produit des électrons accélérés capables d’atteindre les énergies aurorales. 

Les Maoris et les Polynésiens auraient découvert l’Antarctique avant les Européens 

Enfin, dans une étude à découvrir dans Journal of the Royal Society of New Zealand, les Européens ne sont peut-être pas les premiers à avoir découvert l’Antarctique. Des chercheurs néo-zélandais ont analysé et croisé des histoires traditionnelles maories avec ce qu’on appelle la grey literature, la littérature grise, de la documentation parallèle. Il se trouve que les activités polynésiennes et maories dans les eaux polaires se produisent depuis très longtemps, bien avant les Européens. Les premiers récits ethnographiques, mais aussi gravures, sculptures et tissages évoquent un navire - le Te Ivi o Atea - commandé par le navigateur maori Ūi Te Rangiora. Il serait arrivé en Antarctique au début du VIIe siècle, soit 1.200 ans avant les expéditions européennes, dans les années 1820. Selon les auteurs, Maoris et Polynésiens sont sous-représentés dans l’histoire de l’exploration de l’Antarctique. 

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......